Contre une autre formation qui connaissait des ratés, les hommes de Claude Julien ont subi une deuxième défaite de suite, ratant ainsi une (autre) occasion d’engranger de précieux points au classement…

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Encore une occasion ratée

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Evander Kane et ses coéquipiers ont profité des lacunes du Canadien en infériorité numérique, hier soir. Le gros attaquant des Sharks de San Jose a marqué deux buts alors que son équipe évoluait avec l’avantage d’un joueur.

Il va falloir classer celle-là aussi dans la catégorie des défaites qui font mal et des matchs qui auraient dû être gagnés.

Qu’est-ce que le Canadien avait devant lui, hier soir au Centre Bell ? Il avait devant lui les Sharks de San Jose, un club tout croche grugé par de la bisbille interne (voir Couture, Logan). Il avait devant lui un club qui ne gagne pas souvent et qui gagne encore moins souvent sur la route, avec une seule victoire à l’étranger avant la visite au Centre Bell.

Enfin, chance incroyable, les Sharks avaient choisi d’offrir en cadeau aux Montréalais le gardien réserviste Aaron Dell, dont les chiffres avant ce match (moyenne de 3,48, efficacité de ,884) n’étaient pas à confondre avec ceux d’un futur membre du Temple de la renommée.

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Envoyé dans la mêlée pour donner un congé à Martin Jones, le gardien Aaron Dell (30) a été solide devant le filet des Sharks, repoussant 35 des 37 tirs dirigés vers lui.

Et malgré tout ça, après 60 minutes, ça a donné ceci : Sharks 4, Canadien 2.

On pourrait bien sûr évoquer l’incontournable parité, rappeler que dans cette ligue, tout le monde peut battre tout le monde. On pourrait aussi rappeler qu’au hockey, comme dans la vie en général, il n’y a jamais rien de facile, et que des imprévus, eh bien oui, ça existe.

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

À l’autre bout de la patinoire, Carey Price (31) a moins bien paru, cédant à quatre reprises devant les 23 tirs de ses rivaux.

Mais ça fait deux matchs de suite que le Canadien l’échappe devant des adversaires qui ne demandaient qu’à être humiliés sans amour : dimanche au Minnesota contre le Wild, puis hier contre les Sharks.

Quatre points faciles, perdus de manière un peu bête. Quand ça se met à chauffer au classement, en mars ou au début d’avril, les défaites comme celles-là font toujours mal.

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

C’est Nick Cousins (21) qui a ouvert le pointage, hier soir, avec son premier but dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Que s’est-il passé, Claude Julien ?

« On a eu nos chances et on n’en a pas profité, a répondu le coach en fin de soirée. Eux, ils n’ont pas eu des tonnes de chances, mais ils en ont profité. Ce n’est pas ce qu’on a fait, et il y a des gars qui auraient pu être meilleurs que ça. »

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Après avoir marqué dans les derniers instants de la première période, Kane (9) est revenu à la charge au début du deuxième vingt pour donner l’avance aux Sharks.

L’entraîneur-chef s’est bien sûr gardé de citer des noms, mais il est évident qu’en défense, c’est souvent une aventure. Cette fois, c’est Brett Kulak qui a eu des ennuis, et c’est Shea Weber qui a écopé d’une pénalité en fin de première période, ce qui a mené au premier but des Sharks en plus de briser le rythme du CH, qui venait à peine de marquer le premier but de la soirée.

Et puis revenons un peu sur ce Dell, un autre gardien réserviste qui a débarqué au Centre Bell pour voler un match, le genre de choses qui arrive trop souvent. La différence entre Dell et Carey Price, c’est à peu près 8,5 millions de dollars, et c’est lui, le pauvre réserviste, qui a eu l’air du gardien à 10,5 millions. Il ne faudrait pas que ça arrive trop souvent.

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Le but inscrit par Kevin Labanc (62) avant la mi-rencontre a porté un dur coup aux Montréalais, qui ont eu de la difficulté à reprendre leur élan par la suite.

Il faudra aussi que le Canadien contribue à faire du Centre Bell un endroit un peu plus inhospitalier. Avec cette défaite, la fiche du club montréalais devant ses partisans n’est guère reluisante : deux victoires, trois défaites. Les clubs qui ne gagnent pas à la maison sont rarement des clubs des séries.

Il est encore un peu tôt pour tirer de grandes conclusions par rapport à tout ça, dites-vous ? Vous avez bien raison. En plus, ça change vite dans cette ligue, comme en témoignent les départs de fou que le CH a connus il n’y a pas si longtemps… et qui n’ont mené à rien.

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Alors que le CH évoluait avec un joueur en plus en fin de rencontre, Aaron Dell (30) a dû contenir les efforts de Max Domi et de ses coéquipiers pour préserver l’avance des siens.

Mais il y a aussi la réalité des défaites qui font mal et qui ne devraient pas se produire, comme celle-ci. Les accumuler, ce n’est jamais une bonne stratégie.

« Ça ne fonctionnait pas comme on voulait »

Jean-François Tremblay
Jean-François Tremblay La Presse

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Brett Kulak (17) et Barclay Goodrow (23) luttent pour s’emparer d’une rondelle libre dans le territoire montréalais en première période.

« Ils ont marqué quelques buts, puis ont fermé le jeu en zone neutre. Ils nous forçaient à faire des jeux, mais ils étaient bons avec leur bâton pour annuler nos attaques. Ils voulaient nous épuiser. Ça ne fonctionnait pas comme on voulait. » — Brett Kulak

« Tu reviens dans le vestiaire et ça fesse quelques minutes. Il faut passer à autre chose. Sept fois, c’est beaucoup. Ça peut changer un match, sur la route surtout. » — Jonathan Drouin, sur les buts accordés en fin de période

« Je ne crois pas [avoir connu une soirée difficile]. Il y a eu un mauvais bond sur mon patin dans la dernière minute de la deuxième période. J’aurais voulu faire un meilleur jeu à ce moment-là, mais à part ça, je crois avoir été plutôt solide. » — Brett Kulak

« Peu importe. Ce n’était pas une grosse pénalité, mais on a eu des avantages numériques aussi après des appels faibles des arbitres. Ils se sont défendus contre notre avantage numérique, on n’a pas été capables de le faire. Les arbitres ont le droit de faire des erreurs, c’est à nous de gérer la situation. » — Claude Julien, sur la pénalité douteuse imposée à Jeff Petry qui a mené à un but des Sharks

« Ce n’est certes pas idéal d’accorder des buts en fin de période comme on le fait… Les Sharks ont une bonne équipe et ils sont capables de profiter de leurs chances. » — Carey Price

« Ce n’était pas le match avec le plus de rythme. Quand on joue bien, on patine les cinq ensemble. Là, il y avait des fois deux gars en haut, deux en bas, beaucoup de dégagements ou de revirements en zone neutre. » — Jonathan Drouin, sur le nombre élevé de dégagements refusés

« Les unités spéciales doivent faire la différence pour nous. C’est bien de constater que notre avantage numérique fonctionne, mais il faut aussi que notre jeu en désavantage numérique soit bon. Il faut que nous soyons meilleurs que ça. Il va falloir travailler là-dessus. » — Shea Weber

Dans le détail

Jean-François Tremblay
Jean-François Tremblay La Presse

Trio d’observations sur le match entre les Sharks et le CH

La frustration de Claude Julien

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Claude Julien a été expéditif lors de son point de presse d’après-match, hier soir.

Claude Julien a royalement perdu patience avec son désavantage numérique. « Notre avantage numérique n’était pas mauvais, mais notre désavantage numérique n’était pas bon. Ils ont marqué vite. On ratait nos assignations, ou on ne dégageait pas les rondelles, ou on était trop occupés à donner des coups de bâton devant le filet pour chercher la rondelle. On va s’en occuper demain. Les rôles devront être définis clairement et je vais m’assurer que ça se passe. » Le Canadien a accordé deux buts à court d’un joueur hier, faisant baisser son efficacité à 67,6 % (11 buts accordés en 34 occasions). Une seule équipe fait pire que le Canadien en ce moment dans la LNH. Sur le premier but, Tomas Hertl a trouvé Logan Couture avec une passe transversale avant qu’Evander Kane marque. Encore la fameuse passe transversale, juste sous le nez de Paul Byron. Puis Kane a profité du chaos autour de Carey Price pour marquer son deuxième. La définition même de « se tirer une balle dans le pied » dans un match que le Canadien dominait pourtant. Les Sharks n’ont eu qu’à fermer le jeu après avoir pris l’avance.

Sept buts dans la dernière minute

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Evander Kane (9) a inscrit un but dans les dernières secondes de la première période, ainsi que dans les premiers instants du deuxième vingt.

Il y a de ces statistiques qui en disent long. Comme celle-ci : le Canadien a accordé un but dans la dernière minute d’une période sept fois cette saison, dont deux fois hier contre les Sharks. C’est arrivé en première, puis encore en deuxième période. Le Canadien a eu beau refaire le coup aux Sharks dans les dernières secondes de la deuxième période, et Claude Julien a pris soin de le rappeler, le mal était fait. « C’est évident, ce soir, qu’on n’était pas au point, a-t-il dit dans un point de presse éclair. On en a marqué un aussi. On ne veut pas parler de ça… Mais il y a des choses que l’on doit continuer d’améliorer et c’est frustrant. On a une équipe capable de faire mieux et c’est ce qu’on doit accomplir. » Pour Nick Cousins, ces buts sont une parfaite manière d’« échapper le momentum ». « C’est énorme. Les cinq dernières minutes sont importantes. On a eu ce but tard en deuxième période et on a vu la période suivante où l’on a généré plusieurs bons jeux. Certains disent que le momentum ne se transporte pas de période en période, mais je crois qu’il le fait. »

Drouin impressionnant

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Jonathan Drouin (92) a été l’attaquant le plus utilisé dans le camp montréalais, hier soir, avec un temps de jeu de 21 min 27 s

Claude Julien a choisi de réunir les vieux complices Jonathan Drouin et Max Domi, et de leur ajouter Joel Armia. On avait un peu vu ce trio la saison dernière, très peu cette saison. C’était en tout cas la première fois qu’ils amorçaient un match. Les trois ont très bien fait. Drouin a été le plus spectaculaire, notamment lors de cette montée rapide où il est passé à un cheveu de surprendre le gardien Aaron Dell en contournant le filet. Domi était souvent dangereux dans l’enclave. Armia, lui, a créé des revirements et s’est imposé physiquement, en plus de marquer en redirigeant un tir de Domi. À trois, ils ont obtenu 20 tirs en direction du filet adverse et ont été le trio le plus utilisé par Claude Julien. « Ça a bien été, a dit Drouin. Plus le match avançait, plus on se trouvait. Armia a pris confiance par rapport à l’année passée. Il veut la rondelle. Domi a fait un excellent jeu et Armia a fait une redirection impressionnante. On va voir ce qu’on peut faire mieux, mais pour un premier match, c’était bien. »

En hausse: Brendan Gallagher

Vous savez, le cliché du gars qui fait tout sauf marquer ? Ç’a été Brendan Gallagher hier soir.

En baisse: Brett Kulak

Pas une soirée facile pour ce défenseur, qui avait souvent l’air déboussolé sur la glace.

Le chiffre du match: 9

Nombre de défaites consécutives subies par le Canadien face aux Sharks