Le centre n’a jamais été repêché et est arrivé dans la Ligue nationale à 23 ans. L’ailier droit n’a pas non plus été repêché, est passé par la ECHL et s’est établi dans la LNH à 25 ans. L’ailier gauche ne pensait pas être réclamé, si bien qu’il se préparait à aller se coucher quand il a appris que le Lightning le réclamait, au 208e rang.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

À bien des égards, Tyler Johnson, Yanni Gourde et Ondrej Palat forment le deuxième trio le plus improbable de la LNH. On pourra voir à l’œuvre cette unité nouvellement assemblée ce soir, au Centre Bell, à l’occasion du duel Lightning-Canadien.

Le Lightning se cherche en ce début de saison, et avec le départ de J. T. Miller, l’entraîneur-chef Jon Cooper tente encore de trouver la combinaison idéale pour ses trios. C’est pourquoi il a réuni ces trois joueurs au parcours atypique.

« Avec ce trio, on a de la vitesse. Les trois sont tenaces sur la rondelle. Ils travaillent fort. Gourde est peut-être petit, mais il a un gros cœur. Il a de la hargne. Il a un peu de Brendan Gallagher en lui. Les deux sont des joueurs de petite taille, mais ils s’en foutent », a analysé Cooper.

Des trois, Gourde est en effet celui qui se distingue par sa hargne. Samedi, à Ottawa, l’attaquant de 5 pi 9 et 173 lb a d’ailleurs laissé tomber les gants contre Dylan DeMelo. Gourde a beau s’être établi en tant que marqueur de 20 buts dans la LNH, il ne recule pas devant le jeu rude.

« C’est un compétiteur et quand il se fâche, tu ne veux pas être devant lui !, rigole Johnson. C’est bon de le voir aller ainsi, mais on espère qu’il n’aura pas à le faire souvent.

C’est formidable de jouer avec lui, poursuit Johnson. Il est constamment en mouvement, en train de travailler, donc ça facilite ton travail, car tu sais qu’il est toujours en échec avant. On a simplement à envoyer des rondelles au filet et Yanni peut travailler devant le filet, dans son bureau. »

Gourde a bon espoir que sa nouvelle unité connaîtra du succès. « J’ai de l’expérience avec Palat, avec Johnny aussi, mais les trois ensemble, pas vraiment. Palat est gros, il travaille fort et il gagne ses batailles. Johnny apporte de la vitesse et il est vraiment intelligent. Moi, je vais au filet, je patine dans la face des adversaires, je suis tannant. »

Des trouvailles

On le disait : Gourde a eu un long parcours vers la LNH. Il a disputé 298 matchs dans la Ligue américaine, et 38 en ECHL, avant de faire sa place dans la LNH. Voilà qu’il vient de connaître des saisons de 64 et 48 points.

Johnson n’a pas non plus été repêché, malgré une dernière saison de 115 points à l’âge de 20 ans dans les rangs juniors. Après deux campagnes productives avec le club-école du Lightning, il amorce sa septième saison dans la LNH, avec à son actif deux saisons de 29 buts.

Palat, lui, a dû attendre à l’âge de 20 ans avant d’être repêché. Le Lightning a prononcé son nom et trois choix plus tard, la séance 2011 était terminée. Comme Johnson, l’ancien des Voltigeurs de Drummondville entame sa septième campagne dans le circuit, après deux ans sous la gouverne de Cooper, qui dirigeait alors le club-école du Lightning.

« Évidemment, ils ont été très intelligents de m’avoir repêché !, lance Palat à la blague. Je ne sais pas, ils ont choisi les bons joueurs et on essaie de travailler le plus fort possible. »

« Quand il était DG ici, Steve Yzerman nous disait toujours : je me fous que vous soyez un choix de premier tour, de deuxième tour ou pas repêché. Si tu mérites ta place, tu l’auras. Tout le monde a droit à une vraie chance et ça a fonctionné pour nous. »

Formation probable ce soir

Stamkos-Point-Kucherov
Palat-Johnson-Gourde
Killorn-Cirelli-Joseph
Maroon-Verhaeghe-Witkowski

Hedman-Cernak
McDonagh-Shattenkirk
Coburn-Sergachev

Vasilevskiy