Peter Chiarelli s’est fait quelques cadeaux à son arrivée à Edmonton, en 2015.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Le DG déchu des Oilers a sacrifié des choix de première et deuxième rondes pour Griffin Reinhart, un défenseur costaud de bientôt 22 ans repêché au quatrième rang total par les Islanders trois ans plus tôt.

Mathew Barzal, Kyle Connor, Thomas Chabot et Brock Boeser étaient pourtant encore disponibles au 16e rang, de même que Sebastian Aho, Brandon Carlo, Roope Hintz et Vince Dunn au 33e.

« Quelques joueurs nous intéressaient au 16e rang, mais nous avons décidé de bouger, a déclaré Chiarelli le jour de la transaction. J’ai toujours aimé Reinhart. Il est prêt à jouer dans la LNH et il sera une pièce importante de notre défense. »

PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Griffin Reinhart

Reinhart était appelé à solidifier le top quatre défensif des Oilers à court terme. Chiarelli a aussi offert des choix de deuxième, troisième et septième rondes aux Rangers pour le gardien Cam Talbot.

Chiarelli a aussi offert 33 millions pour six ans au défenseur de 29 ans Andrej Sekera. Celui-ci avait pourtant une seule saison de plus de 35 points en carrière et avait produit 23 points l’hiver précédent.

On a aussi ouvert la porte aux jeunes. Connor McDavid, fraîchement repêché au premier rang, a évidemment entamé la saison à Edmonton, tout comme Leon Draisaitl. Le défenseur Darnell Nurse a fait le saut des rangs juniors à la LNH.

Le nouveau DG des Oilers, Ken Holland, a fait le contraire cet été. Il a gardé tous ses choix au repêchage, malgré une formation en manque cruel de talent aux ailes.

Holland a néanmoins embauché le gardien vétéran Mike Smith à un contrat raisonnable de 2 millions pour un an. Il aussi racheté le contrat de l’improductif Sekera, miné par les blessures au fil des ans.

En juillet, il a finalement réussi à échanger Milan Lucic pour un autre joueur décevant, James Neal. Lucic avait marqué six buts l’an dernier et dix l’année précédente. Neal en a compté seulement sept, mais 25 un an plus tôt.

Sinon, Reinhart, lui, était parti depuis un certain temps. Il a disputé 29 matchs à Edmonton en 2015, avant d’être renvoyé dans les mineures. Il n’a plus jamais joué dans la LNH par la suite. Il est sans contrat actuellement. Talbot avait déjà été échangé quelques mois plus tôt pour un obscur gardien des mineures.

La plus grande surprise pour les fans des Oilers est survenue au camp d’entraînement. Des jeunes qu’on attendait à Edmonton, le premier choix en 2018, Evan Bouchard, Tyler Benson, Cooper Marody, Caleb Jones et Kailer Yamamoto, pressentis pour un poste, ont tous été renvoyés dans la Ligue américaine.

« Je veux qu’ils y restent au moins jusqu’à Noël, sinon tout l’hiver », a annoncé Holland aux journalistes d’Edmonton il y a deux jours.

Cette approche tranchait avec celle de Chiarelli, qui, après McDavid, a permis aux Yamamoto, Bouchard et Jesse Puljujarvi d’accéder à la LNH à 18 ans, avant de les renvoyer dans les mineures.

Il a aussi refusé de céder au chantage du quatrième choix au total en 2016, Jesse Puljujarvi, désormais en Finlande en attendant un échange.

Holland, 63 ans, nous avait habitués à une telle façon de faire avec les Red Wings de Detroit, dont les meilleurs espoirs devaient apprendre leur métier pendant quelques années à Grand Rapids avant d’accéder au club de la Ligue nationale.

Le nouveau DG des Oilers a aussi refusé de promettre une participation aux séries éliminatoires cette année. Chiarelli, lui, avait gonflé les attentes avec ses solutions à court terme.

Les Oilers disputaient leur premier match hier soir contre les Canucks de Vancouver. Il ne fallait pas s’attendre à un style de jeu ouvert comme les Oilers des années 80 avec si peu de talent pour complémenter McDavid et Draisaitl et la présence d’un entraîneur conservateur comme Dave Tippett, la première embauche de Holland.

McDavid, dont l’état de santé a inquiété les fans tout l’été, a marqué le but gagnant en fin de match à la suite d’une poussée irrésistible entre trois joueurs dont lui seul est capable.

Mais sinon, Edmonton a joué de façon plutôt effacée et disciplinée. En zone défensive, rarement voyait-on un joueur s’écarter de la portion de demi-glace où se trouvait la rondelle pour étouffer le porteur de la rondelle. On a attendu et profité de ses chances.

Tippett n’est pas fou. Avec des Nygard ou des Haas, embauchés à 26, 27 ans de ligues européennes cet été, des plombiers comme Granlund, Khaira, Cave et Archibald, il a utilisé ses meilleurs à outrance.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Darnell Nurse (25), Leon Draisaitl (29) et Connor McDavid (97)

Draisaitl a joué presque 27 minutes, cinq de plus que McDavid. L’an dernier, l’attaquant le plus utilisé dans la LNH, McDavid, en jouait 22 : 50. En défense, Benning, Bear et Russell ont eu des miettes après Nurse (26 minutes), Klefbom (24 minutes) et Larsson (22 minutes).

Les Oilers ont tiré seulement 22 fois sur Jakob Markstrom. La plupart du temps, on envoyait la rondelle en fond de territoire pour entrée de zone au lieu de la conserver.

Il n’y aura pas de jeux en dentelle avec Tippett. Quand les jeunes seront prêts, Edmonton offrira sans doute à ses partisans du jeu plus excitant. En attendant, chaque victoire sera obtenue à l’arraché, avec un jeu collectif respecté à la lettre et beaucoup d’effort.

Le système de jeu de Tippett n’enchantera sans doute pas McDavid et Draisaitl, réunis à nouveau au sein d’un même trio à compter de la troisième, mais s’ils veulent gagner, ils devront s’y résigner. De toute façon, ils ne manqueront pas de temps d’utilisation…

*Je le répète depuis un an : malgré la saison étonnante de Jesperi Kotkaniemi l’an dernier, mon choix personnel au troisième rang pour le CH demeure le défenseur Quinn Hughes. Le jeune homme de 19 ans a joué 23 minutes et obtenu une aide pour les Canucks hier. Hughes a fait tourner les têtes. Étonnant de constater à quel point il joue avec la même aisance dans la LNH qu’avec les Wolverines dans la NCAA. Ce garçon a un talent fou.

À LIRE

Ben Chiarot veut imiter les Jets d’il y a deux ans, raconte Richard Labbé. Cette jeune équipe avait obtenu 114 points et atteint le carré d’as. Je suis généralement optimiste concernant le Canadien, mais pas prêt à leur prédire pareil succès. Le CH n’a pas de Scheifele, de Wheeler, de Laine ni la profondeur des Jets en défense cette année-là. Une participation aux séries par la petite porte constituerait déjà un bel exploit.