(Toronto) C’est drôle, mais pour un club qui a depuis longtemps accordé une grande importance à ce qui se passe à la ligue bleue (« on n’a jamais assez de défenseurs », a souvent répété Marc Bergevin), le Canadien ressemble à une équipe qui aura des ennuis à cette position cette saison.

RICHARD LABBÉ
RICHARD LABBÉ La Presse

Vous avez vu ça hier soir  ? En fait, il ne serait pas exagéré d’affirmer que Karl Alzner a été le meilleur défenseur du Canadien à Toronto, lors de l’avant-dernier match préparatoire de la formation montréalaise – et Dieu merci, il n’en reste qu’un seul.

Rien contre Alzner, à qui la direction avait promis qu’il aurait la chance de se battre pour un poste de toute façon, mais on s’entend que ce n’est pas lui que l’on attendait hier soir, dans ce match qui s’est conclu par une victoire facile des Maple Leafs au compte de 3-0.

En tout cas, ce n’est certes pas lui que Claude Julien attendait, et on peut présumer que le coach espérait voir messieurs Christian Folin et Mike Reilly dévorer les bandes, avec le regard affamé de ceux qui veulent obtenir une place dans le « show », comme on dit. Mais ce n’est pas arrivé.

« On va continuer à évaluer les défenseurs et on a un match samedi, a indiqué Claude Julien. Plus on s’approche et plus on va être capables de prendre des décisions. On n’est jamais satisfaits, d’ailleurs, mais il faut voir si on est capables de tenir notre bout avec un système assez complet et un système que les joueurs aiment. Il faut exécuter nos jeux de la bonne façon, peu importe les joueurs que l’on a. »

Alors, est-ce que ce sera suffisant ? Le deuxième duo défensif du club, Ben Chiarot et Jeff Petry, ça devrait aller, le premier aussi, surtout si Victor Mete poursuit sa progression, et que Shea Weber peut redevenir celui qu’il a été naguère.

Mais ça s’annonce plus hasardeux par la suite. On l’a très bien vu contre ces Leafs qui, contrairement à lundi soir au Centre Bell, n’étaient pas des Marlies. 

Les Folin, Reilly et aussi Xavier Ouellet ont eu du mal à suivre.

Ils n’ont pas été les seuls.

« C’est assez évident qu’on est rendus à un stade du camp d’entraînement où on voit une séparation qui se fait, a admis l’entraîneur. C’était quand même assez évident [hier soir] […]. C’est là que tu vois les joueurs capables de jouer contre ces équipes-là et ceux qui ont de la difficulté. Un match comme ça nous permet de réaliser ce qu’on avait probablement réalisé auparavant. »

Heureusement, ça s’annonce solide devant le filet, en présumant que ce n’est rien de sérieux pour la main gauche de Carey Price. Keith Kinkaid, d’office hier à Toronto, a accordé un but qui aurait dû être refusé, et il a exécuté des arrêts, 46 en tout. Ça ressemble à un bon second.

Enfin, dans le cas de Charles Hudon, comme disent les plus grands poètes anglais : si ce n’était de la malchance, il n’aurait aucune chance. Hudon commence à manquer de temps, il le sait, et c’est le couteau entre les dents qu’il a sauté sur la glace hier soir. Pour finir, ce que l’on retiendra, c’est qu’il a compté un but qui aurait dû être bon lors de la deuxième période. Mais le but a échappé aux arbitres et il a été refusé, par un soir où il n’y avait pas de reprise vidéo. « J’ai touché à la rondelle avec mon bâton », a-t-il confirmé après le match, avec la mine un brin déconfite du gars qui n’y peut rien.

Pas de chance, disions-nous…

PHOTO CHRISTOPHER KATSAROV, LA PRESSE CANADIENNE

Nick Suzuki et Trevor Moore

Ils ont dit

« Je ne sais pas ce que les entraîneurs vont faire, ce n’est pas ma décision. Tout ce que je sais, c’est que je fais tout ce que je peux pour pouvoir rester avec le club. J’essaie de profiter de chaque occasion. » — Nick Suzuki

« On a perdu, alors c’est décevant. Je pense que nous avons encore plusieurs aspects de notre jeu à travailler avant que ne commence la saison, dans une semaine. » — Jesperi Kotkaniemi

« Je pense que c’est un peu tout le monde qui a connu une soirée difficile. Je peux jouer mieux que ça quand j’ai possession de la rondelle. C’est sûr qu’il y avait une grande différence entre les Leafs [d’hier soir] et les Leafs qui étaient au Centre Bell lundi soir, mais je sais que je peux suivre le rythme et jouer avec ces gars-là. » — Xavier Ouellet

« Je continue de travailler le plus possible en espérant pouvoir faire ma place. On verra pour la suite. Je continue de disputer chaque match comme si c’était mon dernier. » — Charles Hudon

« Il n’y avait pas de révision possible. Dans ce cas, j’aurais aimé au moins voir les officiels discuter ensemble, mais ce n’est pas grave. C’est le calendrier préparatoire. Même le but d’Hudon, il a touché la rondelle avec le bâton. Pendant la saison, ce but est bon, parce qu’il y a une révision. Ce n’est pas ce qui m’inquiète ; c’est plus d’évaluer mon équipe à ce stade-ci. C’est ce qu’on a essayé de faire. » — Claude Julien

PHOTO CHRISTOPHER KATSAROV, LA PRESSE CANADIENNE

Auston Matthews

Dans le détail

Une « distraction » nommée Matthews

Auston Matthews a pu disputer son match sans provoquer de réaction, hier soir, à l’aréna Scotiabank. Il faut dire que l’entraîneur Mike Babcock lui avait épargné un embarras potentiel en évitant de le placer dans la formation de départ. Ensuite, ç’a été le silence quand Matthews touchait à la rondelle… jusqu’à ce qu’il marque en troisième. Rappelons que plus tôt dans la journée, le joueur vedette des Leafs avait présenté de tièdes excuses par rapport à un incident survenu au mois de mai en Arizona, pour lequel il fait l’objet d’une plainte pour avoir troublé la paix. Reste à voir si cet incident aura des conséquences pour Matthews, tant devant la justice que face à la direction des Leafs qui, dit-on, songeait à lui offrir le rôle de capitaine. « Ce n’est pas le bon moment pour parler de celui qui sera notre prochain capitaine », a affirmé le DG des Leafs, Kyle Dubas, en fin de soirée.

Suzuki ici pour de bon ?

Nick Suzuki disputait un autre match préparatoire hier, et on va vous le dire tout de suite : ce serait très étonnant qu’il ne soit pas en uniforme avec le Canadien au moment où la saison va s’amorcer, le 3 octobre en Caroline. Ce qu’on a vu de lui demeure assez impressionnant pour une verte recrue : un sens du hockey hautement développé, l’intelligence du jeu, et une facilité à presque toujours être au bon endroit, au bon moment. Bien sûr que le Canadien aura à placer des joueurs au ballottage pour le garder, mais est-ce que la direction de ce club peut vraiment lever le nez sur un tel talent offensif ? La réponse à cette question est un énorme non… En tout cas, Claude Julien a aimé le jeu du jeune homme hier soir. « Il continue à faire son travail, a dit l’entraîneur. Auston Matthews l’a frappé, et il est allé frapper à son tour Matthews tout de suite après. »

Pas de reprises vidéo

On aurait eu un beau cas d’obstruction sur le gardien en première période quand une altercation devant le filet entre Mike Reilly et Alexander Kerfoot a mené à la chute du gardien Keith Kinkaid… et au premier but des Maple Leafs, celui de Trevor Moore. En temps normal, on peut présumer que l’entraîneur Claude Julien aurait été vite sur le piton et aurait exigé la reprise vidéo pour tenter de faire annuler ce but, mais voilà, la reprise vidéo n’était pas offerte pour ce match. La raison : en calendrier préparatoire, les clubs de la LNH n’ont ce luxe que lors de deux rencontres seulement, et le Canadien avait déjà épuisé ce privilège. « Il y avait un gars sur mon dos, alors j’ose espérer que le but aurait été refusé en temps normal ! a répondu Kinkaid. Je pense que ces buts-là vont être refusés une fois la saison commencée. »

En hausse : Karl Alzner

On l’avait pratiquement oublié, lui, mais il a probablement été le meilleur défenseur du Canadien à Toronto. Assez pour brouiller les cartes ?

En baisse : Mike Reilly

Une soirée difficile pour ce défenseur qui tente de se faire une place. On peut déjà lui prévoir une place à Laval.

Le chiffre du match : 49

Nombre de tirs des Maple Leafs en direction du gardien du Canadien Keith Kinkaid