Jonathan Drouin avait besoin de cette rumeur comme de quatre dents de sagesse indésirables. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Le distingué confrère de Sportsnet Elliotte Friedman a lancé ce pavé dans la mare hier dans sa chronique 31 Thoughts.

« Ça ne devrait guère surprendre les plus assidus à Montréal, mais le Canadien cherche à échanger un attaquant. Nick Suzuki cogne à la porte. Et même s’il a été renvoyé à Laval lundi, Jake Evans est proche également. En espérant un rétablissement rapide et complet de Ryan Poehling, mais même sans lui, l’équipe a un surplus d’attaquants. Jonathan Drouin a joué 11:57 lundi dans la défaite de 3-0 contre Toronto, le total le plus bas chez les attaquants de l’équipe. Déjà, on peut garder un œil là-dessus. »

Difficile de prévoir les plans du CH. Mais quand on cherche à échanger activement un joueur, on le met en vitrine. Si Marc Bergevin tentait de passer Drouin à un autre club, il aurait demandé à Claude Julien de l’utiliser à profusion afin de le mettre en valeur. 

Qui met-on en valeur en ce moment ? Charles Hudon, qui n’a pas quitté Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia depuis le début des rencontres préparatoires et qui occupe un poste à la pointe en supériorité numérique. Charlie Lindgren a été appelé à jouer lundi pour remplacer au pied levé Carey Price. Pourquoi ne pas avoir employé Keith Kinkaid, utilisé seulement une fois depuis le début du camp ? L’aurait-on vraiment surtaxé avec deux matchs en trois soirs ? 

Lindgren n’a pas une énorme valeur, d’autant plus qu’il détient un contrat garanti de 750 000 $ pour deux ans sans avoir fait ses preuves dans la LNH, mais le marché pour des gardiens, presque mort cet été, serait un peu plus animé en septembre, selon le DG des Penguins de Pittsburgh, Jim Rutherford. Celui-ci cherche aussi à solutionner son problème de surplus de gardiens. 

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Charlie Lindgren

Le Canadien n’obtiendrait probablement pas grand-chose pour Lindgren, mais il décongestionnerait les effectifs à cette position afin de favoriser le développement de Cayden Primeau, déjà épaulé par Michael McNiven. 

Même si Charles Hudon connaît un très bon camp d’entraînement, il ne semble pas dans les plans des entraîneurs. Pourquoi le placer dans une position aussi favorable en matchs préparatoires après l’avoir laissé sur la tribune de presse pour le reste des matchs à compter du 19 février dernier? 

Je demeure impressionné par son jeu, malgré son manque de finition. Il joue avec plus d’intensité et provoque des choses grâce à un échec-avant efficace. 

Comme dans le cas de Lindgren, on n’obtiendra pas la lune pour Hudon, peut-être un choix plus tardif, mais c’est mieux que de le perdre au ballottage. 

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Charles Hudon

Mais revenons à Drouin. La volonté y est, mais le jeune homme ne semble pas avoir retrouvé ses repères, malgré des séances de vidéo avec son ancien entraîneur à Halifax, Dominique Ducharme, aujourd’hui l’adjoint de Claude Julien. 

Après avoir amassé 46 points à ses 55 premiers matchs, Drouin en a obtenu seulement sept à ses 26 derniers, dont une soirée de quatre points. La vitesse et les habiletés y sont, mais la compréhension du jeu, ou plutôt du moment opportun pour réaliser certains jeux, semble encore faire défaut. Claude Julien aime les joueurs responsables dans les trois zones.

Y a-t-il pour autant urgence à échanger l’un des attaquants les plus doués de l’équipe ? À moins de détails à l’interne qui nous échappent, ou d’une offre irrésistible de la part de l’un des 30 autres clubs, rien ne presse. 

On semble plutôt chercher des moyens de le relancer. Il a d’abord joué à la droite de Domi et Lekhonen, puis de Danault et Tatar, enfin de Domi et Tatar. Ce matin, il jouait au sein d’un trio avec Nick Suzuki au centre et Charles Hudon à l’aile. Les expériences ne sont donc pas terminées. 

Avec la tenue de Victor Mete depuis le début du camp à la gauche de Shea Weber, pas convaincu que le Canadien cherche à tout prix le gros défenseur gaucher et de toute façon, la perle rare est-elle disponible ? 

Évidemment, l’équipe ne cracherait sans doute pas sur un attaquant costaud capable de marquer des buts, question de mieux équilibrer ses forces coté gabarit, mais là encore, il faut un mariage parfait. 

À LIRE

Le 30 mars 2014, le défenseur québécois Jonathan Racine jouait les seules 15 minutes de sa vie dans la LNH. Il a reçu une invitation surprise du Rocket de Laval cette semaine. Jean-François Tremblay raconte

> Participez gratuitement à notre pool de hockey