CF.QoT. FF60. axDiff. HDSv %. MDGSAAA. LDGF %.

Alexandre Pratt
Alexandre Pratt La Presse

Non, un chat n’a pas posé ses pattes au hasard sur les touches du clavier de mon ordinateur. Cette suite de caractères dépareillés est logique. Ce sont des sigles de statistiques avancées utilisées dans la LNH. Des formules conçues par des ingénieurs, des mathématiciens et des amateurs pour déceler des tendances dans le jeu d’un hockeyeur.

Ésotérique ? Un peu.

Hermétique ? Assurément.

Du sanskrit pour le fan ordinaire.

Mais pour les initiés, ces données sont précieuses. Elles ont modifié radicalement la stratégie dans de nombreux sports. Surtout au baseball. Regardez les Blue Jays de Toronto ce soir à la télévision. Cherchez l’arrêt-court. Vous remarquerez qu’il s’installe derrière le deuxième but. Parce que les statistiques avancées démontrent que c’est le meilleur endroit pour capter des balles contre certains frappeurs gauchers.

Est-ce une parole d’évangile ? Pas pour tous. Jacques Lemaire, ancien entraîneur-chef du Canadien, m’a confié cet été qu’il ne tenait pas compte des statistiques. « J’essayais de les oublier. Ce qui était important, c’est ce que le gars faisait sur la patinoire. »

De nombreux entraîneurs et dépisteurs pensent comme Jacques Lemaire. Les stats, c’est O.K,, mais ça ne remplace pas le flair et l’expérience.

Et le Canadien ? Dans quel camp se trouve-t-il ?

Historiquement, l’équipe fut à l’avant-garde. Au début des années 40, elle a embauché le Montréalais Allan Roth, vendeur de vêtements pour hommes qui compilait des statistiques dans ses temps libres. Une tête brillante. Les Dodgers de Brooklyn viendront le recruter et gagneront cinq fois le championnat de la Ligue nationale entre 1947 et 1956. M. Roth est aujourd’hui considéré comme l’un des pères des statistiques avancées.

Mais depuis 20 ans ? Mystère. L’organisation jalouse cette information comme si c’était le secret des statues de l’île de Pâques. Pendant longtemps, on ne savait même pas si le Tricolore avait recours à des statisticiens. On en a eu la confirmation en 2016, lorsqu’un conseiller externe du Tricolore, Matt Pfeffer, a dénoncé publiquement l’échange de P.K. Subban.

Alors, que fait le Canadien avec les statistiques avancées ? Est-ce même important pour l’équipe de direction ? J’ai posé la question au directeur général, Marc Bergevin. Pour la première fois, il lève le voile sur la valeur de ces données et leur utilisation.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Marc Bergevin, directeur général du Canadien

« Oui, c’est important. Jusqu’à un certain degré.

— Quel degré ?

— Je ne ferai pas une transaction si je n’aime pas un joueur, mais que ses statistiques avancées sont bonnes.

— Et repêcheriez-vous un joueur uniquement sur la base des statistiques avancées, comme le font des directeurs généraux au baseball ?

— Non. Je vais te donner un exemple. Pendant les conflits en Irak et en Afghanistan, tu envoies des drones. Ils vont prendre des photos. Te donner de l’information. Mais à la fin de la journée, ça te prend aussi des bottes sur le terrain. Au hockey, on va [étudier] les statistiques. Mais ça prend aussi des dépisteurs. Il n’y a pas une statistique qui va me dire : Marc, les 50/50 battles [les batailles serrées], le joueur n’en gagne que 40 %. Parce que c’est quoi, une bataille serrée ? Qui vérifie ça ? C’est quoi, la définition ? On a tous une définition différente. Même chose avec les revirements. Si un gars “dompe” la rondelle dans le fond de la zone, est-ce que c’est un revirement ? Ça change d’un aréna à l’autre. »

Marc Bergevin, vous l’aurez compris, accorde encore une grande valeur au travail des dépisteurs. Sans surprise. C’est un emploi qu’il a occupé après sa carrière de joueur dans la LNH. Il se fie beaucoup à son « instinct hockey ». De l’aveu de ses proches collaborateurs, c’est d’ailleurs son principal atout comme directeur général.

« Si tu me donnes un joueur de hockey, je vais le regarder. Après quelques shifts, je peux te dire ses forces et ses faiblesses. C’est plus difficile avec les jeunes. Le dépistage amateur et professionnel, c’est totalement différent. Tu vas voir une partie Anaheim-Los Angeles, tu as quatre trios, bang, bang, bang. Tu vas reconnaître un joueur de quatrième ligne. Les joueurs sont déjà étiquetés. Mais quand tu regardes un gars de 16, 17 ans jouer contre un autre de 19 ans, et que tu dois projeter où il sera dans quatre ans, c’est plus difficile. »

Et c’est ici que l’analyse des statistiques avancées vient aider la direction du Canadien. Le dépisteur en chef de l’organisation, Trevor Timmins, peut compter sur les études et les rapports de son collègue Pierre Allard, directeur de la science du sport et de la performance.

Le Canadien a aussi confié des mandats à l’externe, notamment à Jonathan Tremblay, professeur à l’école de kinésiologie de l’Université de Montréal. En 2018, M. Tremblay était dans la war room pour préparer le repêchage amateur. La même année, il a aussi collaboré à la création d’une séance de recrutement du Canadien en Europe.

« À la fin de la journée, ce n’est pas lui qui prend la décision, précise Marc Bergevin. Mais ça nous donne de l’information. Nous, on regarde un joueur pendant 30 parties. On lui parle. On a son background. On voit des choses, des positions, des drapeaux rouges. Ces études, elles renforcent ce qu’on sait déjà. Ou elles soulignent de nouveaux points à explorer. J’ai déjà eu recours à des thérapeutes sportifs qui m’avaient dit : lui, touches-y pas. Ça, c’est un drapeau rouge. [Ces conseillers] peuvent aussi préparer des situations pour les entrevues. Un exemple : un avion va s’écraser. Il n’y a plus de pilote. Juste toi et moi. Qui va conduire l’avion ? Prendras-tu en main la situation, ou vas-tu laisser l’autre le faire ? »

Et pour évaluer les joueurs professionnels, à quelles statistiques avancées Marc Bergevin prête-t-il attention ?

La réponse arrive plus vite qu’un tir frappé de Shea Weber.

« Les 50/50 puck battles. »

Les batailles musclées pour la rondelle.

« Sur la patinoire, il y en a toujours. Si tes chances sont de 50/50, tu dois en gagner 75 %. C’est quelque chose qu’on regarde de près. En anglais, on dit : are you strong on your stick ? Parce qu’aujourd’hui, le jeu est plus rapide. »

Ne cherchez pas cette donnée dans le sommaire publié dans La Presse. Ni dans n’importe quel autre journal ou site spécialisé. C’est une compilation faite à l’interne. Le Canadien n’est d’ailleurs pas la seule équipe à reconnaître son utilité. Mike Gillis, ancien DG des Canucks de Vancouver, avait indiqué en 2010 que c’était une valeur importante pour l’évaluation des jeunes joueurs. « Le test le plus éloquent, c’est leur capacité de gagner et de conserver la rondelle, et de gagner leurs batailles [pour la rondelle]. C’est ce qui distingue vraiment les gars de la Ligue américaine de ceux de la Ligue nationale. »

Marc Bergevin s’attarde aussi aux circonstances des revirements.

« Ils sont où, les revirements ? C’est quelque chose qu’on regarde. Si tu perds 2-1 avec 10 minutes et que tu essaies de faire un jeu, je comprends. Mais si tu mènes 3-1, qu’il reste 10 minutes et que tu perds la rondelle sur une montée… »

J’ai évidemment pensé à P.K. Subban. Mais Marc Bergevin n’a pas fourni d’exemple. Je le laisse poursuivre son explication.

« Manage the game. Gère la partie. Gère le cadran. Sois alerte. [Ça vaut pour] n’importe quelle équipe, n’importe quel joueur. Souvent, je vais regarder un joueur qui va embarquer sur la glace. Des fois, il y a un délai de trois secondes avant qu’il saute [la bande]. O.K., ça veut dire qu’il n’est pas alerte sur le banc. Quand tu es sur le banc… »

Il clique des doigts.

« Quand tu es sur le banc et que tu n’es pas là, je le vois tout de suite. Oui, tu regardais, mais tu ne prêtais pas attention. Il faut que tu saches ce qui se passe tout le temps. »

Un détail qui a une grande valeur à ses yeux.

Un détail qu’aucun ingénieur ou mathématicien n’a encore réussi à quantifier.