Marc Bergevin a dit une chose importante hier lors de son point de presse.

Publié le 21 juin 2019
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

«On a des jeunes qui progressent, comme Kotkaniemi, Domi, même Ryan Poehling. S’ils progressent comme on le pense, je détesterais devoir échanger, dans trois ans, l’un de ces joueurs pour faire de la place à un joueur qu’on embaucherait cet été. Mais j’évalue toutes les options.»

Le Canadien a enfin un noyau intéressant, surtout au centre. De jeunes centres appelés à grandir ensemble pour la prochaine décennie. Bergevin aurait pu ajouter Nick Suzuki et Alexander Romanov.

Un directeur général souhaite toujours gagner à court terme, mais il doit aussi conserver une vision à long terme. Le plafond salarial impose des contraintes énormes. Et il n’augmentera pas l’an prochain.

La situation des Maple Leafs de Toronto illustre bien les craintes de Bergevin. Plusieurs ont crié au génie lors de l’embauche de John Tavares, le joueur autonome le plus convoité l’an dernier.

Tavares a obtenu 77 millions pour sept ans. Il a obtenu 88 points, dont 47 buts, mais les Leafs ont récolté seulement quatre points de plus que le Canadien et ont été éliminés en première ronde.

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Mitch Marner

Moins d’un an plus tard, ils sont coincés. Le DG Kyle Dubas a déclaré hier qu’il n’allait pas nécessairement égaler la mise si son joyau Mitch Marner recevait une offre hostile sur le marché des joueurs autonomes avec compensation.

«S’il en recevait une, nous l’étudierions et évaluerions la compensation, a-t-il déclaré hier aux journalistes. Nos joueurs sont tous très importants pour notre organisation et nous voulons les garder le plus longtemps possible, mais la valeur du contrat doit être réaliste pour nous. Je ne peux vous dire pour l’instant comment nous réagirions.»

Il peut s’agir d’un bluff de sa part. Certaines équipes pourraient offrir la lune à Marner sachant que les Leafs égaleraient l’offre, de façon à coincer Toronto encore davantage au plan salarial. Ils auraient ainsi à libérer davantage de joueurs de talent. Dubas prévient ainsi ses rivaux qu’il pourrait accepter les quatre choix de première ronde compensatoires si on offre à Marner plus de 10,5 millions par année.

Peu importe que Marner reste ou pas, Dubas aura des choix à faire. Déjà, Kasperi Kapanen et Nazem Kadri seraient sur le marché des échanges. Leur départ affecterait la profondeur de l’équipe. Les Leafs ont perdu leur choix de première ronde cette année en acquérant le défenseur Jake Muzzin, des Kings de Los Angeles. Ceux-ci repêcheront au 22e rang avec ce choix.

Dubas a pris des risques pour gagner la Coupe Stanley plus rapidement. Il a le mérite d’être audacieux. Mais il y a des conséquences aussi.

PHOTO HANNAH FOSLIEN, ASSOCIATED PRESS

Jacob Trouba

Les Jets de Winnipeg vivent une situation semblable. Ils ont dû sacrifier leur défenseur de 25 ans Jacob Trouba, 50 points l'an dernier. Nikolaj Ehlers serait sur le marché. 

Plusieurs DG achètent leur billet de loterie. Il y a seulement un gagnant, malheureusement. Cette année, les Blues ont obtenu le gros lot, après avoir croupi au dernier rang du classement général en janvier.

Le pari des Maple Leafs, des Golden Knights de Vegas, des Blue Jackets de Columbus, des Jets de Winnipeg et des Sharks de San Jose n’a pas rapporté. Il ne faut pas l’oublier.

Si Artemi Panarin ou Matt Duchene cognaient à la porte du Canadien, Marc Bergevin les accueillera sans doute à bras ouverts. Mais il serait étonnant qu’il vide ses coffres pour des plans B. À Philadelphie, le DG Chuck Fletcher a intérêt à voir les Flyers gagner rapidement après l’argent qu’il vient de verser à Kevin Hayes.

Le Canadien a des carences, évidemment. Il faut un gardien auxiliaire supérieur à Charlie Lindgren. L’équipe a besoin d’un défenseur gaucher de premier plan pour compléter son top 4.

Si on le décode bien, Marc Bergevin affirme qu’il veut améliorer son club à ces positions en particulier, mais qu’il ne dépensera pas non plus pour le plaisir de dépenser, question de satisfaire l’appétit des fans.

C’est plutôt sage et responsable.

À LIRE

Guillaume Lefrançois est sur place à Vancouver pour le repêchage de la LNH, dont la première ronde est présentée ce soir. Il s'est entretenu avec Julien BriseBois, à son premier repêchage à titre de directeur général du Lightning de Tampa Bay.