Plusieurs fans du Canadien commencent déjà à rêver de voir Mitch Marner dans un uniforme montréalais.

Mathias Brunet
La Presse

Marner, 22 ans, le meilleur compteur des Maple Leafs avec 94 points l’hiver dernier, deviendra joueur autonome avec compensation à compter du 1er juillet.

Une équipe pourrait lui soumettre une offre hostile, mais les Leafs, même s’ils sont coincés par le plafond salarial, auraient le privilège d’égaler toute offre.

Le milieu s’est emballé mardi à la suite d’une interview du réputé Darren Dreger, de TSN, sur les ondes de la station torontoise 1050. Or, les propos de Dreger ont été mal interprétés par plusieurs, d’où l’excitation dans plusieurs marchés, dont celui de Montréal.

Dreger n’a jamais affirmé que les négociations entre les Maple Leafs et Marner étaient dans une impasse. Au contraire, il a évoqué des échanges informels et il dit s’attendre à voir les deux parties communiquer à nouveau lors du camp d’évaluation de la LNH en prévision du repêchage à compter de samedi à Buffalo.

Mais l’informateur de TSN ne voit pas pourquoi Marner s’empresserait de signer un nouveau contrat à Toronto sans explorer le marché. «Je serais assommé que son entourage et lui ne soient pas dans un avion à compter du 26 juin pour visiter certaines villes de la LNH. Il a mérité ce droit. Il peut ensuite analyser les offres et prendre sa décision le 2 juillet.»

Dreger s’attend néanmoins à voir les Leafs déposer une offre agressive pour retenir ses services. Par agressive, il mentionne au moins 10,5 millions par saison, mais peut-être plus de 11 millions. «Auston Matthews touchera 11,5 millions l’an prochain, mentionne l’analyste hockey. Mérite-t-il moins que Matthews?»

Réécoutez l'interview de Darren Dreger ici. 

Le Canadien pourrait toujours soumettre une offre à Marner s’il n’a pas signé de contrat avec Toronto d’ici le 26 juin. Mais les répercussions sont énormes. Si Marner accepte un contrat de plus de 10,58 millions et que les Leafs n’égalent pas l’offre, le CH ou toute autre équipe doit verser à Toronto quatre choix de première ronde en compensation.

Non seulement déstabilise-t-on sa masse salariale, mais on hypothèque aussi l’avenir. Évidemment, quatre choix de première ronde demeurent des données abstraites pour le commun des mortels. Aucun nom n’est associé à ces choix.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

Prenons les quatre derniers choix de première ronde du Canadien: Jesperi Kotkaniemi, Ryan Poehling, Mikhail Sergachev et Noah Juulsen. À moins d’une surprise de taille, Kotkaniemi et Poehling deviendront les deux premiers centres du CH dans un avenir rapproché. Sergachev est un défenseur offensif de top 4. On l’a échangé pour Jonathan Drouin, qui déçoit, mais le Russe demeure un défenseur de premier plan. Juulsen semble remis de sa blessure à l’oeil. Il a encore beaucoup de potentiel.

Kotkaniemi a été repêché dans le top 3, mais rien n’assure le Canadien de terminer parmi les équipes de tête pendant quatre ans avec Marner. Rien ne les assure non plus d’une Coupe Stanley. Les Maple Leafs d’ailleurs n’ont toujours pas franchi une ronde depuis 2004 malgré l’émergence récente de leurs jeunes joueurs.

Mais revenons à la réalité actuelle. Offrir 11 millions ou plus à Marner congestionnerait sur le champ la masse salariale de l’équipe. Il n’y aurait déjà plus d’espace et Joel Armia, comme Artturi Lehkonen, ne sont toujours pas sous contrat.

Évidemment, Lehkonen et Armia ont une valeur moindre comparativement à un joueur lumineux comme Marner, et Marc Bergevin pourrait toujours se départir d’autres actifs pour accueillir le jeune joueur des Leafs, mais il y aurait d’autres problèmes à moyen et long terme.

À eux trois, les salaires de Carey Price, Shea Weber et Marner atteindraient la somme de 21,5 millions annuellement jusqu’en 2026, soit 26% de la masse salariale de l’équipe.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Max Domi

Max Domi deviendra joueur autonome avec compensation à compter du 1er juillet 2020 et il aura droit à une bonne augmentation de son salaire actuel de 3 millions par année. Brendan Gallagher sera joueur autonome sans compensation l’année suivante. Il pourra s’attendre à gagner beaucoup plus que 3,7 millions par saison.

Sans oublier Kotkaniemi, Poehling, Suzuki qui, dans trois, quatre ou cinq ans, aspireront à un contrat payant à long terme s’ils remplissent leurs promesses.

Acquérir Marner pour 11 millions par année améliorerait évidemment le Canadien. Mais il faudrait sacrifier des joueurs de qualité dans les années à venir, et il n’y aurait plus de choix de qualité au repêchage pour pallier leur perte.

Mais on jase pour jaser. Les Maple Leafs égaleront probablement toute offre, quitte à échanger d’autres joueurs. Mitch Marner est devenu sans l’ombre d’un doute leur meilleur attaquant, leur meilleur joueur, supérieur même pour l’instant à Auston Matthews et à John Tavares.

Mais pour retenir les services de Marner, ils devront sacrifier des joueurs de qualité. Probablement William Nylander, fumant au Championnat mondial avec 18 points en 8 matchs, et au moins un autre joueur parmi lesquels Nazem Kadri et Kasperi Kapanen. Peut-être même un autre.

L’embauche de John Tavares fait mal en rétrospective. Elle a gonflé la masse salariale, son arrivée a rendu les jeunes joueurs des Leafs trop gourmands, et les résultats ne sont pas au rendez-vous. Et on n’a toujours pas réglé le problème en défense avec tout ça…

À LIRE

Les Blues ont servi un avertissement aux Bruins hier soir en l'emportant en prolongation. Jean-François Tremblay a analysé le match en direct de Boston et nous a rapporté une conversation prémonitoire du héros du match avec son entraîneur...