Les Blues de St. Louis ont atteint la finale à leurs trois premières années d’existence, de 1968 à 1970, grâce à des règlements favorables, mais n’y sont jamais retournés, tandis que les Sharks ont disputé la finale en 2016. L’une des deux équipes remportera-t-elle la Coupe Stanley pour la première fois de son histoire ?

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Sharks et les Blues étaient aux antipodes en janvier. St. Louis occupait le dernier rang du classement général, tandis que San Jose flirtait avec le premier rang dans l’Ouest, à seulement trois points des meneurs, les Flames de Calgary. Les deux équipes sont pourtant bâties sur le même moule. Du moins les deux ont-elles sacrifié des choix de première ronde cet été pour renforcer leur formation et obtenir du succès dès cette saison, Erik Karlsson pour les Sharks et Ryan O’Reilly pour les Blues, deux joueurs clés de leurs formations respectives. Mais ces deux clubs repêchent bien aussi et ont ainsi pu rester compétitifs au fil des années. Tomas Hertl, Timo Meier et Logan Couture ont facilité la réinitialisation à San Jose. Idem pour Robert Thomas, Vince Dunn, Colton Parayko à St. Louis, sans oublier les piliers Alex Pietrangelo, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko. Mais les Blues n’auraient jamais rejoint les Sharks en séries, puis dans le carré d’as, sans ce jeune gardien sorti de nulle part, Jordan Binnington. La pression ne semble pas le perturber. Son adversaire Martin Jones a retrouvé l’élan des beaux jours à compter du sixième match contre les Golden Knights. Voilà deux équipes expérimentées, talentueuses et affamées, qui voudront remporter la Coupe Stanley pour la première fois de leur histoire. Toute une finale d’association en perspective !

Fiches des équipes

Blues

ENTRAÎNEUR-CHEF

Craig Berube

FICHE EN SAISON

45-28-9

FICHE CONTRE LES SHARKS

1-1-1

BUTS MARQUÉS PAR MATCH

2,62 (10e)

BUTS ACCORDÉS PAR MATCH

2,54 (6e)

SUPÉRIORITÉ NUMÉRIQUE

17,1 % (6e)

INFÉRIORITÉ NUMÉRIQUE

75 % (5e)

Sharks

ENTRAÎNEUR-CHEF

Peter DeBoer

FICHE EN SAISON

46-27-9

FICHE CONTRE LES BLUES

1-1-1

BUTS MARQUÉS PAR MATCH

3,07 (4e)

BUTS ACCORDÉS PAR MATCH

3,07 (11e)

SUPÉRIORITÉ NUMÉRIQUE

18,5 % (10e)

INFÉRIORITÉ NUMÉRIQUE

80,8 % (9e)

3 Joueurs clés

Blues

Robert Thomas (Attaquant)

LA PRESSE

Robert Thomas

Le nom de Thomas circulait dans les rumeurs d’échange lorsqu’on parlait de se départir de Max Pacioretty à Montréal, mais à St. Louis, les murmures laissaient entendre que le jeune homme était un intouchable. Il a préparé le but de Patrick Maroon en prolongation dans le 7e match, son 5e point en 13 rencontres.

Ryan O’Reilly (Attaquant)

PHOTO LA PRESSE

Ryan O’Reilly

O’Reilly a coûté des choix de première (2019) et de deuxième ronde (2021) aux Blues l’été dernier, mais le choix de première perd de la valeur au fil des victoires de St. Louis. Les Sabres ont utilisé ce choix pour obtenir le défenseur Brandon Montour, des Ducks d’Anaheim, qui ne peuvent désormais plus repêcher avant le 28e rang avec ce choix. O’Reilly a 9 points en 13 matchs depuis le début des séries et joue en moyenne 22 minutes par rencontre.

Jaden Schwartz (Attaquant)

PHOTO LA PRESSE

Jaden Schwartz

Souvent blessé en saison, Schwartz, choix de première ronde en 2010 alors que Jarmo Kekalainen était encore le directeur du recrutement des Blues, est le meilleur compteur de son équipe en séries avec 11 points, dont 8 buts, en 13 matchs.

Sharks

Marc-Édouard Vlasic (Défenseur)

Le défenseur montréalais de 32 ans a joué presque 28 minutes dans le septième match contre l’Avalanche. Seul Brent Burns a été utilisé davantage. Il est évidemment le meilleur défenseur des Sharks à gauche et est chargé de contrer les meilleurs attaquants adverses.

Joe Thornton (Attaquant)

PHOTO LA PRESSE

Joe Thornton

Big Joe n’est plus dominant comme jadis, mais compter sur lui au centre du troisième trio (avec Marcus Sorensen et Kevin Labanc) demeure un luxe. Thornton a 6 points en 13 matchs, tout de même, et ses coéquipiers voudront lui permettre de remporter une première Coupe Stanley en 21 ans de carrière, un élément de motivation à ne pas négliger.

Joe Pavelski (Attaquant)

PHOTO LA PRESSE

Joe Pavelski

De retour au jeu dans le septième match après avoir subi une grave blessure à la tête contre les Golden Knights de Vegas, en première ronde, Pavelski a inspiré ses coéquipiers en marquant le premier but du match et en préparant le second. Sa présence à la droite de Tomas Hertl et Evander Kane ajoute évidemment beaucoup de piquant à l’attaque des Sharks.

L’horaire de la série

Samedi 11 mai, 20 h, à San Jose

Lundi 13 mai, 21 h, à San Jose

Mercredi 15 mai, 20 h, à St. Louis

Vendredi 17 mai, 20 h, à St. Louis

Dimanche 19 mai, 15 h, à San Jose*

Mardi 21 mai, 20 h, à St. Louis*

Jeudi 23 mai, 21 h, à San Jose*

* Si nécessaire

Les prédictions de nos experts

MATHIAS BRUNET

Sharks en 7

Deux équipes bien rodées, mais les Sharks ont une meilleure force de frappe en provenance de la défense, et seront motivés à l’idée de procurer au vénérable Joe Thornton une première Coupe Stanley en 21 ans de carrière.

PHILIPPE CANTIN

Sharks en 7

Les Blues sont pugnaces et confiants. Les Sharks cognent à la porte depuis longtemps. Une dure série, qui atteindra la limite. Avantage aux Sharks en raison de leur profondeur.

RICHARD LABBÉ

Sharks en 6

L’histoire des Blues est très belle… et peut-être aussi trop belle, comme si ça ne pouvait plus durer. De l’autre côté, il y a ces Sharks déterminés et intenses, enfin prêts à se débarrasser des démons du passé. C’est ce qu’on appelle une équipe en mission.

GUILLAUME LEFRANÇOIS

Sharks en 6

Jordan Binnington connaît de meilleures séries que Martin Jones, mais en défense comme en attaque, les Sharks sont supérieurs aux Blues.

ALEXANDRE PRATT

Blues en 6

Les derniers (au 1er janvier) seront les premiers (à la mi-juin). Les Blues sont en bonne position pour gagner la Coupe Stanley pour la première fois de leur histoire.

JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY

Sharks en 6

Depuis que les Sharks ont tordu le destin contre les Golden Knights, le chemin s’ouvre devant eux. En plus, j’avais choisi les Sharks en finale. Il faut bien être conséquent.