Source ID:; App Source:

Entraînement intense pour le Canadien à Pittsburgh

Claude Julien a indiqué vendredi que si des changements... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Claude Julien a indiqué vendredi que si des changements sont apportés à son alignement contre les Penguins de Pittsburgh, ils ne seront annoncés que samedi.

Photo André Pichette, archives La Presse

(Pittsburgh) À la veille du deuxième match de la saison contre les Penguins de Pittsburgh, le Canadien s'est offert une séance très énergique de plus d'une heure, vendredi.

Tout y est passé: la relance offensive, la récupération de rondelles, les deux contre deux, les un contre un qui deviennent des deux contre un. Un peu d'avantage numérique et une formation de mises en jeu pour conclure la séance. 

On a vu beaucoup de choses à l'entraînement... mais pas la formation finale qui affrontera les Penguins.

«Le match est demain, a dit Claude Julien. Je ne suis pas un gros fan de faire des changements la journée d'avant. On verra en temps et lieu.»

Dans tous les cas, Tomas Plekanec alternait avec Matthew Peca au centre du quatrième trio. Il a toutefois fait des heures supplémentaires après ses coéquipiers, ce qui est généralement un signe qui ne ment pas. Évidemment, le sort du vétéran est intrigant après qu'il ait été laissé de côté pour le match d'ouverture dans une preuve évidente du virage jeunesse qui s'orchestre chez le Canadien.

«C'est différent, a dit Plekanec. Comme joueur, tu traverses différentes étapes de ta carrière, et c'est celle que je traverse en ce moment. Je veux jouer, il n'y a aucun doute, mais j'essaie d'être professionnel. Je l'ai été toute ma carrière et rien ne changera. Quand je vais voir mon numéro, je serai prêt.»

Plekanec n'a tout de même pas hésité à transmettre son savoir aux cercles des mises en jeu. C'est un des aspects à régler rapidement chez le Canadien, surtout pour Jesperi Kotkaniemi, qui a terminé à 14% de succès (1 en 7) sa soirée contre les puissants Maple Leafs.

«C'est une bataille 50-50, parfois ça prend des trucs de vétéran pour savoir à quoi s'attendre de certains joueurs et de certains juges de ligne. C'est une question d'ajustement, d'un match à l'autre.»

«On essaie de s'entraider, a dit l'entraîneur. On sait tous que dans les mises en jeu, pas seulement Kotkaniemi, on doit s'améliorer. J'aimerais voir une équipe qui commence avec la rondelle plus qu'elle ne le fait. On va continuer d'y travailler.»

Alzner et... Deslauriers

Rien de nouveau non plus à la défense. Les sept défenseurs se sont entraînés en rotation, sans duos fixes.

«Je ne sais pas si je vais jouer demain, a expliqué Karl Alzner, laissé de côté contre les Maple Leafs. J'imagine qu'il n'y aura pas de changements parce que l'équipe a très bien joué contre Toronto. On verra bien.»

Alzner a admis qu'il avait mal accepté d'être écarté de la formation pour la première fois de sa carrière. Mais il a eu le temps de se faire à l'idée et il jure qu'il sera prêt dès qu'on fera appel à ses services.

«Quand j'ai vu que je ne jouais pas, comme joueur qui n'a jamais été laissé de côté, j'ai d'abord cru que c'était la fin du monde. Puis tu y penses et tu te dis que tu ne dois pas être un bébé, des joueurs sont laissés de côté tous les jours. Des joueurs passent des saisons entières en ne jouant que 30 matchs. Moi, j'ai été chanceux toute ma carrière.»

Par ailleurs, Nicolas Deslauriers est sauté sur la glace pour la première fois depuis sa fracture au visage, le 17 septembre dernier, résultat d'un combat contre Brandon Baddock des Devils en match préparatoire. Avec sa grille complète, il a rejoint sur la glace Jonathan Drouin et Tomas Plekanec après la séance du jour. Il est encore engourdi d'un côté du visage. Il a également encore de la difficulté à ouvrir complètement la bouche. Bonne nouvelle : il se dit en avance sur son échéancier de remise en forme.

«Quand un gars peut commencer à patiner avec l'équipe, il va toujours faire le voyage, a reconnu Julien. Pour nous, c'était important le premier voyage de la saison. On n'a pas eu l'occasion de passer beaucoup de temps ensemble, de réunir les joueurs avant ce voyage. Ça donne l'occasion de passer du temps ensemble et d'apprendre à se connaître. Deslauriers fait partie du groupe et s'il peut sauter sur la patinoire pendant un voyage comme ça, pour lui c'est probablement un boni.»

Les trios du Canadien à l'entraînement

Tatar-Danault-Gallagher

Drouin-Kotkaniemi-Armia

Byron-Domi-Lehkonen

Hudon-Peca/Plekanec-Shaw

> Participez à notre pool de hockey




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer