C'est devenu une tradition chaque année, à Montréal en tout cas: il y a un jeune qui nous émerveille, qui enfile les bonnes performances, et en moins de temps qu'il ne le faut pour dire Latendresse, ce jeune se retrouve confronté à des attentes qui ne sont pas réalistes.

Richard Labbé LA PRESSE

L'heureux élu cette fois-ci: Jesperi Kotkaniemi.

Ce n'est pas pour diminuer ce qu'il a fait depuis que le camp est commencé. On va se le dire, le jeune a très bien paru très souvent, et il a encore bien paru hier à Toronto, dans une victoire de 5-1 du Canadien sur les Maple Leafs.

Mais on oublie parfois que les entraîneurs du hockey professionnel se servent de ces matchs préparatoires pour brasser la soupe, tenter des choses, voir ce qui marche et ce qui ne marche pas, qui cogne à la porte et qui n'y cogne plus, et tout et tout.

Hier, les Leafs voulaient voir leurs jeunes, leurs joueurs de catégorie B aussi, et c'est pourquoi la formation en bleu était surtout digne d'un match des Marlies.

Celle du CH n'était pas vraiment meilleure, il est vrai, mais ce n'est pas ce qu'il faut retenir ici. Ce qu'il faut retenir, c'est la qualité de la compétition placée devant Kotkaniemi. C'est plus facile contre Connor Carrick et Colin Greening que ça pourrait l'être face à Auston Matthews et à John Tavares, mettons.

Il ne faut pas oublier que Kotkaniemi vient à peine d'avoir 18 ans. Et on le lancerait comme ça, sans expérience, quand ça compte vraiment, à partir d'octobre?

Il s'agit, au mieux, d'une idée qui relève du fantastique. Des premiers centres de 18 ans dans cette ligue, il n'y en a pas eu beaucoup au fil du temps. Et quand ça arrive, on parle de talents qui relèvent de l'exception, comme Sidney Crosby. Kotkaniemi est très bon, mais est-il exceptionnel?

La réponse est non.

Mais bon, cette saison en sera une de réinitialisation (on ne dit pas «reconstruction» par ici), et dans cette réalité, le Canadien peut bien le garder ici le temps des neuf matchs permis selon la convention collective.

Ensuite, il retournera patiner chez lui en Finlande. Il n'y a aucun mal à ça.

Kotkaniemi, lui, a paru super embarrassé quand on a insisté un peu quant à savoir s'il n'était pas en train de se magasiner une place pour le match d'ouverture, le 3 octobre.

«C'est le but, a-t-il répondu timidement. Je dois continuer à faire des progrès.»

À part ça? On a vu un défenseur, Xavier Ouellet, qui est venu ici pour brouiller les cartes et qui l'a peut-être fait avec cette récolte de deux buts hier soir. Et on a revu un jeune espoir de premier plan, Nick Suzuki, nous rappeler qu'il existe lui aussi, et qu'il pourrait bien devenir un joueur intéressant dans cette ligue.

La saison 2018-2019 qui approche sera longue et pénible, mais au moins, à moyen terme, l'avenir de ce club semble un tantinet reluisant.

C'est déjà mieux que les Sénateurs.

Prochain match: Maple Leafs de Toronto c. Canadien, demain soir (19h30) au Centre Bell



* * *

En hausse: Xavier Ouellet

Un gros match de sa part, au moment où certains vétérans défenseurs en arrachent depuis le début du camp... Pourra-t-il causer la surprise?

En baisse: Jacob De La Rose

Quelques petits moments çà et là, mais sinon, assez invisible. Pourtant, ce n'est pas comme s'il y avait un poste confirmé pour lui. Nikita Scherbak pourrait figurer juste ici lui aussi.

Le chiffre du match: 18 843

L'assistance annoncée au match d'hier soir à Toronto, essentiellement un match de la Ligue américaine. On plaint ces gens-là, et on le répète: le calendrier préparatoire de la LNH devrait durer quatre matchs au maximum.

* * *

Ils ont dit

Xavier Ouellet: «J'ai eu plusieurs chances de marquer lors de mes deux premiers matchs préparatoires, ça ne rentrait pas, mais cette fois, c'est rentré dans le filet. Mais je suis ici pour jouer de manière intense dans ma zone, jouer de manière solide, c'est ça que je veux apporter à l'équipe. Les buts, ce sont des bonis.»

Artturi Lehkonen: «On voit que Jesperi Kotkaniemi est un jeune qui est pas mal mature pour un type de 18 ans. Il a fait des pas de géant depuis qu'il est ici avec nous au camp. Pour un jeune de 18 ans comme ça, qui arrive de Finlande, ce n'est pas si facile. Mais il s'en sort très bien.»

Nick Suzuki: «Je me sens bien et je sens aussi que je joue bien. Tout ce que je pense à faire, c'est d'être meilleur chaque jour.»

Jesperi Kotkaniemi: «Je suis content de mon jeu. Est-ce que j'en fais assez pour avoir une place? C'est dur à dire. J'essaie seulement d'amener le meilleur de moi-même à chaque match.»

Claude Julien: «On continue d'évaluer les joueurs. Les Leafs n'avaient pas beaucoup de vétérans, mais nous aussi. Ce sera plus semblable aux formations régulières lors du prochain match [demain soir au Centre Bell].»

Participez à notre pool de hockey