Voici trois observations.

Mis à jour le 19 sept. 2018
Jean-François Tremblay LA PRESSE

1- Nick Suzuki est un espoir de 19 ans qui disputera son premier «vrai» match pour le Canadien ce soir, devant ses nouveaux partisans au Centre Bell.

2- Suzuki a joué au centre et à l'aile au cours des dernières années. Il se dit lui-même à l'aise au centre, et c'est là où il était ce matin à l'entraînement du Canadien. Il accompagnait Paul Byron et Nikita Scherbak, dans ce qui ressemble au deuxième trio de l'équipe.

3- Les Panthers arrivent à Montréal avec une formation à peu près complète. 

Conclusion: à son premier match au Centre Bell, l'espoir de 19 ans Nick Suzuki fera directement face à des joueurs de centre établis, et fort talentueux, comme Aleksander Barkov et Vincent Trochek. 

Pour vous donner une idée, le premier a inscrit 78 points la saison dernière, et le deuxième 75.

«J'imagine qu'il va bien se débrouiller, a dit Claude Julien. C'est sûr, c'est un premier match avec le Canadien, il va être nerveux comme d'autres jeunes joueurs. Mais c'est une chance pour lui de se faire connaître, par les partisans, mais aussi par nous les entraîneurs. C'est la beauté de jouer contre une formation avec des joueurs réguliers. On peut voir comment les jeunes joueurs vont se débrouiller dans une vraie situation.»

Suzuki, lui, ressent-il la pression?

«Je ne suis pas habitué à ce qu'il y ait autant de monde, a-t-il lancé en souriant devant les journalistes. Il y a beaucoup d'attention, mais j'aime ça. Je veux montrer que les gens ont eu raison de croire en moi. Je vais travailler fort, c'est tout ce que je peux faire. Je ne dois pas trop penser.»

Le joueur de l'Attack d'Owen Sound admet qu'il devra d'abord penser à son jeu défensif. Après, il pourra essayer de s'exprimer offensivement pour développer une chimie avec ses partenaires de trio. Et on sait que Suzuki sait marquer des buts: il en a obtenu 42 la saison dernière, pour 100 points au total, en 64 matchs.

Suzuki s'est même permis de rêver aux acclamations de la foule s'il devait marquer, comme ça a été le cas pour Jesperi Kotkaniemi lundi face aux Devils. 

«C'était très bruyant et j'étais content pour lui. Si je suis assez chanceux pour avoir un but, peut-être que les cris ressembleront à ça! Ce serait vraiment plaisant pour moi.»

Le dossier Deslauriers

Le Canadien a annoncé hier que Nicolas Deslauriers allait être absent pour une période indéterminée en raison d'une opération au visage. Le résultat d'un coup de poing lors de sa bagarre avec Brandon Baddock des Devils.

Cette situation ramène bien sûr la question de la place des bagarres au hockey. Surtout dans un contexte où un joueur comme Deslauriers, qui tente de confirmer sa place avec le Canadien, est forcé de se battre contre un joueur comme Baddock, destiné à la Ligue américaine.

«Chaque année ça diminue. C'est peut-être bon signe, a reconnu l'entraîneur. Ce n'est pas toujours facile de prendre la décision de se battre. Mais quand on ne peut pas se défendre comme ça, on peut avoir tendance à utiliser son bâton à la place, ce qui peut être encore plus dangereux. C'est une décision délicate. C'est une discussion qu'on apporte chaque année pour que ça change. Tranquillement, j'espère que ça se modifie tout seul.»

Julien en a profité pour rappeler l'importance d'un joueur comme Deslauriers dans la formation du Canadien.

«On le connaît tous. On sait ce qu'il peut apporter: bon gabarit, il peut donner de bonnes mises en échec. C'est un joueur de soutien qui nous a donné 10 buts. Deslauriers ce n'est pas qu'un bagarreur. Je n'ai pas le temps pour des joueurs seulement de ce style. Je veux des joueurs capables de jouer au hockey.»

Petit mot en terminant sur les autres joueurs à surveiller ce soir. Il y aura le défenseur Xavier Ouellet qui tente de percer la formation du Canadien après plusieurs années à faire la navette entre la Ligue américaine et la LNH dans l'organisation des Red Wings. Évidemment, il y a aussi le nouveau trio avec Max Domi au centre et Jonathan Drouin et Joel Armia sur les ailes, qui avait laissé une forte impression lors du match intraéquipe. 

«Drouin, c'est tout un joueur, a dit Domi. Il a du talent, il sait faire des jeux, il est rapide, il peut marquer. C'est facile de jouer avec lui. Même chose pour Joel Armia, c'est un des joueurs les plus sous-estimés de la ligue. Il est fluide, il peut marquer, il a un bon gabarit. Nous serons prêts dès que la rondelle va toucher la glace.»

- - -

La formation du Canadien ce soir

Drouin - Domi - Armia

Byron - Suzuki - Scherbak

Agostino - Peca - Grenier

Teasdale - McCarron - Bitten

Benn - Petry

Reilly - Lernout

Ouellet - Brook

Price

Niemi