Source ID:18b116e3-1ff0-4f22-a9c6-98ff80ddaf6f; App Source:alfamedia

Simon Després veut une chance

Simon Després s'entraîne dans l'objectif de revenir dans... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Simon Després s'entraîne dans l'objectif de revenir dans la LNH.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Tout ce que Simon Després demande, c'est une chance. Une invitation quelque part dans la LNH. Mais on voit de toute évidence quelle équipe vient au sommet de sa liste de priorités.

«J'ai 26 ans et je peux choisir où je veux aller. Ça n'a pas de prix. Je viens de Laval, vous pouvez imaginer où je veux aller.»

Serait-il prêt à accepter un contrat de la Ligue américaine?

«Oui, sans hésiter.»

Le message est donc passé à l'organisation du Canadien, Simon Després veut refaire ses preuves dans la meilleure ligue du monde. Le défenseur sait bien que son parcours n'est pas un long fleuve tranquille. Au début de 2016, il dévoilait pour la première fois les démons qu'il avait dû combattre.

«Rendu dans la LNH en faisant des choses sombres, je pensais que je pouvais continuer à faire ça. Veiller tard, boire de l'alcool, tu es capable de le faire pendant un certain temps, mais ça finit par te rattraper», avait déclaré Simon Després à TVA Sports en 2016.

Ryan Kesler, Simon Després et Ryan Getzlaf... (Photo Kirby Lee, archives USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Ryan Kesler, Simon Després et Ryan Getzlaf

Photo Kirby Lee, archives USA TODAY Sports

Il a tout changé pour s'en sortir, sa nutrition, ses habitudes de vie, avec l'aide de son agent et de ses proches. Il a dû apprendre à gérer sa basse pression, à mieux s'hydrater, surtout pour un joueur de son gabarit, à 6 pi 4 po et 230 lb. Tout y est passé, même son cellulaire, qu'il a renié pour mieux se concentrer sur l'essentiel. Després se rappelle que l'idée a germé après avoir reçu un nombre ahurissant de messages lorsqu'il est passé des Penguins de Pittsburgh aux Ducks d'Anaheim en mars 2015.

Il restait à se débarrasser des symptômes de la commotion cérébrale qui a sérieusement amputé deux saisons de sa vie. Un coup de Tyson Barrie, dans l'angle mort, lui a fait rater 42 matchs lors de la saison 2015-2016. Il n'a joué que le match d'ouverture la saison suivante, avant d'être tenu à l'écart tout le reste du calendrier. C'était une chute vertigineuse pour un défenseur régulièrement utilisé entre 18 et 20 minutes par match. À la fin de la saison, les Ducks ont racheté le contrat de 5 ans et 18,5 millions qu'ils avaient accordé au joueur jadis considéré comme un bel espoir défensif.

«Ça ne m'arrivera pas une autre fois de me faire frapper sans que je regarde, prévient Després. Je m'entraîne en arts martiaux mixtes. Je sais me battre, je suis plus fort. À mesure que tu vieillis au hockey, tu ne te places plus dans des positions pour te faire blesser. Tu ne gardes pas la rondelle trop longtemps.

«J'ai joué avec Sidney Crosby. Quand il est revenu de commotion, il ne se mettait pas dans des situations pour se faire frapper. Il a gagné deux autres fois la Coupe Stanley et c'est encore un des bons joueurs de la ligue. C'est possible de revenir de commotion et de jouer dans la LNH.»

La KHL

Incapable de retourner dans la LNH, c'est dans la KHL que Després a voulu se refaire un nom, dans l'uniforme du Slovan de Bratislava. Il a adoré son expérience sur le Vieux Continent, il a aimé la culture et la vie slovaques. Després habitait sur le bord du Danube, près de la vieille ville, où il faisait souvent des marches. Il se rendait en vélo à l'aréna. Sur la glace, il a aussi beaucoup appris, dans l'adversité.

«J'ai été très dominant par moments, même si on a perdu la moitié de l'équipe vers Noël parce qu'on ne se faisait pas payer. On a été capables de battre Kazan qui a gagné le championnat. On a battu à tour de rôle le Jokerit et Sotchi. On a battu de bonnes équipes avec une équipe très ordinaire. J'avais des partenaires à la ligne bleue, des défenseurs de 18 ans qui n'auraient même pas pu jouer junior majeur.»

Després juge que le hockey plus «artistique» de la KHL, qui met l'accent sur le patin et la possession de rondelle, l'a changé comme joueur. «Dans la LNH, tu deviens un robot, tu fais toujours les mêmes gestes. Je devenais moins bon. En Russie, je me suis amélioré, j'ai réduit mes faiblesses.»

Le Québécois reconnaît toutefois qu'il a pensé tout abandonner, loin de chez lui, dans une équipe perdante. Il doit sa persévérance à Eliezer Sherbatov, son ancien complice d'il y a longtemps chez le Delta de Laval. Ils se sont présentés en duo aux équipes de la KHL, l'un venait avec l'autre. De retour à Laval pour l'été, les deux joueurs s'entraînent en intensité ensemble au gymnase Sherbatov MMA. Vous avez fait le lien, Eliezer est le frère des propriétaires de l'endroit, Yoni et Boris.

«C'est l'un des meilleurs athlètes joueurs de hockey que je connaisse. On a habité ensemble, il était à côté de moi dans l'avion. Il parlait toutes les langues là-bas. On s'est beaucoup entraidés. De mon côté, j'ai joué professionnel longtemps, je lui ai montré des trucs pour rester dans la KHL [Eliezer avait un contrat à deux volets]. Il a fini l'année sur le premier trio.»

Després espère que Sherbatov obtiendra aussi sa chance de se faire valoir dans un camp de la LNH ou de la Ligue américaine. Il doit beaucoup à son ami, il le veut encore à ses côtés. Mais ce ne sera pas en KHL... «C'est terminé pour moi dans cette ligue-là. J'ai fait le tour de la Russie.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer