Avant chaque match, pendant la période d'échauffement, les joueurs effectuent des exercices qui permettent de voir la composition des trios d'attaquants et des duos de défenseurs. Les entraîneurs adverses - comme les journalistes sur place, d'ailleurs - en profitent donc pour prendre en note les combinaisons.

Guillaume Lefrançois LA PRESSE

Mais voilà, avant le troisième match, les Rangers ont semé la confusion la plus totale en déployant des trios qui ne ressemblaient en rien à ce qu'on avait vu depuis le début de la série. C'était finalement... un simple gag!

«Ça, ce n'était pas moi. C'était mes joueurs qui faisaient une joke à Daniel Lacroix, qui a été coach ici et qui est sur le banc [du Canadien] et qui prend les trios. Je l'ai su par après, c'était une joke à Dan. Je n'ai rien à voir là-dedans!», a révélé Vigneault à son point de presse ce matin, à quelques heures du quatrième match de la série contre le Canadien.

Évidemment, plusieurs ont douté de la version de Vigneault, car en séries, toutes les tactiques sont bonnes pour déconcentrer l'adversaire. Par contre, les quelques joueurs du Canadien sondés au hasard - il a été impossible de questionner les joueurs des Rangers, car Vigneault rencontrait les médias après la période d'entrevue des joueurs - ont tous expliqué qu'une telle blague était possible. Les exercices de sortie de zone sont en effet relativement futiles et la préparation des joueurs n'en serait pas dérangée pour autant. «Tant que tu joues à ta position», a rappelé Steve Ott.

Lacroix a été adjoint chez les Rangers en 2013-2014, saison au cours de laquelle ils avaient atteint la finale de la Coupe Stanley. Six des 12 attaquants en uniforme dimanche étaient alors avec les Rangers et ont connu Lacroix. Par contre, deux de ces six attaquants (Jesper Fast et J.T. Miller) avaient davantage joué avec le club-école que dans la LNH.

Lacroix a visiblement marqué les joueurs même s'il n'a passé qu'une saison dans l'organisation...

Vrais changements

Cela dit, la blague allait finalement devenir bien réelle en troisième période, puisque Vigneault a complètement chambardé ses trios devant le manque de résultats. Hier, à l'entraînement, il a encore une fois montré des combinaisons différentes.

«On marche sur une fine ligne en séries, a expliqué l'entraîneur-chef des Rangers. On n'a pas beaucoup de temps pour s'ajuster de match en match. Pendant la saison, tu essaies d'être plus patient. Tu veux donner du temps à certains trios de trouver une chimie, parce que tu aimes certaines combinaisons. Mais quand tu arrives en séries, pour différentes raisons, certains joueurs performent mieux et tu dois leur donner de la glace avec de meilleurs joueurs.»

Le mystère persiste quant aux combinaisons de ce soir, car Vigneault a refusé de confirmer s'il apporterait des changements. L'entraînement de ce matin était optionnel et semblait réservé aux réservistes en défense et devant le filet.

Par contre, à l'avant, Oscar Lindberg, Tanner Glass, Pavel Buchnevich, Brandon Pirri et Matt Puempel se sont exercés. Or, Lindberg et Glass font partie de la formation depuis le début de la série. L'un des deux pourrait donc être sacrifié pour faire une place à Buchnevich, que l'on a vu dans les exercices d'avantage numérique hier.

Changements ou pas, Vigneault souhaite surtout voir son équipe limiter les revirements. Selon les statistiques officielles, ils en ont commis 21 dans le troisième match, dont quatre du défenseur Kevin Klein, qui sera visiblement laissé de côté ce soir.

«On a vu le nombre de revirements qui ont donné plusieurs chances au Canadien. On est conscients de ça et on sera meilleurs ce soir. On doit mieux gérer la rondelle», a expliqué Vigneault.

«Pour ramener la série à 2-2, on devra jouer notre meilleur match de la saison», a ajouté l'entraîneur-chef.