Après seulement un match préparatoire avec le Canadien, Andrew Shaw est déjà dans la mire des autorités de la Ligue nationale de hockey.

Richard Labbé LA PRESSE

La Presse a appris que la ligue va revoir mercredi la mise en échec de l'attaquant du Canadien, survenue mardi soir au Centre Bell lors d'un match préparatoire face aux Capitals de Washington.

> Mathias Brunet: Du caractère? Vraiment?

Le Département de sécurité des joueurs de la LNH a d'ailleurs confirmé un peu plus tard mercredi matin que le joueur du Canadien allait avoir une audience téléphonique jeudi, ce qui signifie une suspension de quatre matchs ou moins si jamais la LNH décide de sévir à son endroit. 

Le geste de Shaw, qui a eu lieu lors de la deuxième période, s'est soldé par l'expulsion du joueur du Canadien, qui a frappé par derrière et contre la baie vitrée un défenseur des Capitals, Connor Hobbs.

«Ce n'était pas mon intention de le blesser, je voulais seulement terminer ma mise en échec», a plaidé Shaw au terme de la soirée, qui s'est soldée par une victoire de 5-2 du Canadien.

Shaw, s'il est suspendu par la LNH, pourrait ainsi rater le début du calendrier régulier.

Therrien veut que Shaw conserve sa personnalité

Michel Therrien n'a pas hésité à vanter la combativité et l'intensité de Shaw mardi soir et il avait d'autres louanges en réserve pour son nouveau venu mercredi midi. Mais l'entraîneur-chef du Canadien sait aussi qu'il existe un seuil à ne pas franchir quand on joue avec toute la fougue qu'affiche l'ancien porte-couleurs des Blackhawks de Chicago.

«Premièrement, tu ne veux pas perdre la personnalité du joueur, a d'abord répondu Therrien, aucunement surpris que Shaw ait été convoqué à une audience. C'est un joueur qui a beaucoup d'enthousiasme, qui amène beaucoup d'énergie à une équipe. C'est un guerrier, et je ne veux pas qu'il perde ça. D'un autre côté, il a un certaine expérience dans la Ligue nationale. Il sait très bien où est la "ligne", et il se doit de ne pas traverser cette ligne.

«La bonne chose dans toute cette histoire, c'est que le joueur n'a pas été blessé, a ajouté l'entraîneur-chef du Canadien. C'est la priorité. On veut que les joueurs soient protégés et qu'ils restent en santé. Mais ce sont des choses auxquelles il devra faire attention. En même temps, il ne faut pas qu'il perde son enthousiasme. C'est toujours plus le "fun" de retenir quelqu'un que de le pousser.»

Après le match de mardi, le défenseur Nathan Beaulieu ne s'était pas gêné pour dire à quel point il aimait Shaw. Le capitaine Max Pacioretty est allé dans la même direction mercredi.

«Il joue avec ardeur, et il ne connaît pas d'autres façons de jouer. Il s'agissait de son premier match au Centre Bell et peut-être était-il un peu trop gonflé à bloc», a excusé Pacioretty.

«Nous avons besoin de cette passion. Il a évolué auprès de grands leaders, et il est un grand leader, a ajouté le capitaine. Il a joué pour une équipe qui a gagné deux coupes Stanley et il sait quoi faire pour gagner. Nous voulons voir cette passion toute l'année. Il est adoré dans le vestiaire. Nous aimons sa passion, son intensité.»

- Avec La Presse canadienne