Devante Smith-Pelly disputait hier soir son premier match dans le maillot du Canadien, à Columbus. Il était débarqué le soir précédent avec son gros sac d'équipement aux couleurs des Ducks d'Anaheim, sans trop savoir à quoi s'attendre.

Mis à jour le 27 févr. 2015
Richard Labbé LA PRESSE

«Les gars m'ont bien accueilli d'entrée de jeu. C'est comme si j'étais un membre de cette équipe depuis déjà longtemps, a dit Smith-Pelly avant le match d'hier soir. Tout ce que je veux faire, c'est apporter un élément de robustesse à cette équipe. Je ne vais pas changer mon style de jeu pour le moment.»

Le joueur de 22 ans a commencé le match à bord du troisième trio du Canadien, en compagnie de Jacob De La Rose et de Brandon Prust. Smith-Pelly doit avant tout assimiler un nouveau système de jeu et apprendre à connaître ses nouveaux coéquipiers.

Smith-Pelly, le deuxième choix des Ducks au repêchage de 2010, vient de Scarborough, en banlieue de Toronto, là où on lui a rapidement expliqué les choses importantes de la vie.

«J'ai commencé à jouer au hockey mineur en Ontario vers l'âge de 8 ou 9 ans, et en grandissant, on m'a toujours rappelé que j'étais censé détester le Canadien de Montréal... Ça va maintenant devenir mon équipe favorite!»

Comme bien des joueurs quand ils sont échangés, Devante Smith-Pelly ne s'attendait pas à devoir déménager aussi vite, lui qui en était à sa quatrième saison chez les Ducks.

«Ça m'a surpris, mais une fois le choc initial passé, je me suis mis à avoir hâte de joindre ma nouvelle équipe. Je sais que je quitte une bonne équipe, mais je me joins aussi à une très bonne équipe. Je sais que Montréal est un marché bien différent d'Anaheim, et je m'attends bien sûr à ce que ce soit différent. Mais ça reste du hockey, peu importe la ville où on se retrouve. Le but du jeu ne change pas.»

Fidèle à ses habitudes, Michel Therrien n'a pas voulu dévoiler sa stratégie à long terme concernant l'utilisation de Smith-Pelly, auteur de 17 points en 55 matchs, dont celui d'hier soir.

«Il faut apprendre à le connaître, a expliqué l'entraîneur du Canadien. Il faut passer du temps avec lui et lui expliquer notre système de jeu. Alors on va travailler avec lui au cours des prochains jours.»