Avant de rentrer à Montréal, tard dimanche soir, les joueurs du Canadien qui étaient dans le vestiaire des visiteurs, au TD Garden de Boston, ont tous parlé avec admiration du même joueur: Dale Weise.

Mis à jour le 10 févr. 2015
Richard Labbé LA PRESSE

À entendre les commentaires élogieux lancés à gauche et à droite, on aurait cru qu'il était question d'un joueur de concession, le genre de joueur capable de changer un match, voire une saison, à lui seul.

Dale Weise n'est pas ce type de joueur, mais ces jours-ci, en tout cas, il s'amuse à confondre les nombreux sceptiques.

«On me donne une chance, et ma confiance va en grandissant, a dit le héros du week-end. Je me sens bien, et c'est très plaisant de contribuer de cette façon.»

Très plaisant... et peut-être un peu très surprenant aussi. Alors que le Canadien se prépare à accueillir les Flyers de Philadelphie, ce soir au Centre Bell, Weise se retrouve avec 22 points au compteur, un sommet personnel en carrière. Il a récolté cinq points à ses trois derniers matchs.

Pour un type dont les Canucks de Vancouver (et surtout l'entraîneur John Tortorella) ne voulaient plus et qui gagne 1,2 million de dollars cette saison, c'est tout de même assez étonnant. Rappelons que le Canadien l'a acquis il y a un an en retour d'un défenseur, Raphael Diaz, et que l'échange avait des allures de transaction très mineure.

Plus maintenant.

«Je suis très fier de ce que j'ai pu accomplir avec cette équipe depuis que je suis ici, a-t-il ajouté. Je sais que j'ai encore du chemin à parcourir, je dois afficher un peu plus de constance dans mon jeu. Tout ce que je veux faire, c'est de continuer comme ça.»

La direction du Canadien a déjà fait savoir que Weise n'est pas un coup de chance, que les dépisteurs du club avaient auparavant fait leurs devoirs et flairé son talent. N'empêche, sa présence prolongée à bord du premier trio, en compagnie de Max Pacioretty et de David Desharnais, a de quoi surprendre bien du monde... sauf peut-être ses coéquipiers.

«Dale a de très bonnes mains, a expliqué Desharnais dimanche soir. C'est un gars qui a un bon lancer aussi. On lui a donné une occasion, et il est en train de la saisir.»

Devant son filet, Carey Price voit lui aussi la même chose.

«Dale est un joueur de caractère, a expliqué le gardien. C'est le genre de gars qui aime se foutre le nez un peu partout, il provoque des choses. Je suis très heureux de voir que tous ses efforts sont récompensés.»

Ça fait déjà longtemps qu'on avance que Weise n'est pas un joueur de premier trio et qu'il ne mérite pas d'être là. Mais pour le moment, le patineur de 26 ans force son entraîneur à ne pas briser cette combinaison, qui rapporte au Canadien.

«Les trois joueurs du premier trio se complètent bien, a résumé Michel Therrien dimanche soir. Ils travaillent tous ensemble, et on voit bien que ça leur rapporte.»