Source ID:; App Source:

Les Kings à une victoire de la Coupe Stanley

Il y a eu Le miracle de la 34e rue, un film hollywoodien qui divertit... (Photo: AP)

Agrandir

Photo: AP

Richard Hétu

collaboration spéciale

La Presse

(New York) Il y a eu Le miracle de la 34e rue, un film hollywoodien qui divertit les enfants et les jeunes de coeur au temps de Noël depuis les années 1940.

Il faudra maintenant aux Rangers et à leurs partisans un miracle sur la rue voisine, la 33e, où s'élève le Madison Square Garden.

Peut-être pas un miracle pour survivre à un balayage. Mais un miracle certainement pour venir à bout des Kings, qui ont pris lundi soir les devants 3-0 dans la finale de la Coupe Stanley grâce à une victoire de 3-0.

> Mathias Brunet: La Coupe est prête à être tendue... à l'Ouest encore!

Après avoir remporté ses trois premières séries en sept matchs, l'équipe de Darryl Sutter aura ainsi la chance mercredi soir de remporter une deuxième Coupe en trois saisons et de devenir la première équipe depuis les Red Wings à remporter la Coupe en quatre parties.

Les Wings ont réalisé l'exploit face aux Capitals en 1998.

Jeff Carter, Jake Muzzin et Mike Richards ont marqué pour les vainqueurs. Deux de ces buts ont été inscrits au deuxième tiers.

«La deuxième période a probablement été la partie la plus importante du match», a déclaré Sutter, l'entraîneur des Kings après le match. «Nous avons marqué en avantage numérique et ils ne l'ont pas fait. C'est la grosse différence.»

Après avoir subi des défaites crève-coeur lors des deux premiers matchs de la finale à Los Angeles, les Rangers ont continué à jouer de malchance. Ils ont obtenu plusieurs chances de marquer, mais ils se sont butés à Jonathan Quick, qui a réalisé le jeu blanc en repoussant 32 tirs, dont 17 au cours de la deuxième période.

«Je suis extrêmement déçu de nous voir dans cette position», a déclaré le gardien des Rangers, Henrik Lundqvist, après le match. «Depuis le début de la finale, nous répétons après chaque match que nous avons bien joué. Mais il faut trouver la façon de gagner à la fin. Ce n'est pas de bien jouer qui compte, c'est de gagner.»

«Nous devons nous ressaisir. Ce n'est pas fini», a-t-il ajouté.

Madison Square Garden était le théâtre d'un premier match de la finale de la Coupe Stanley depuis 1994. Le match a été frustrant au possible pour les partisans, qui ont notamment vu Mats Zuccarello rater une chance en or d'ouvrir la marque en première période.

C'est plutôt Carter qui a inscrit le premier but du match, et ce, avec seulement sept dixièmes de seconde à jouer dans la première période. Le centre des Kings a battu Henrik Lundqvist du côté de la mitaine à l'aide d'un tir du poignet.

«Je m'attendais à un tir bas et il a visé le haut du filet», a déclaré le gardien des Rangers. «C'est le genre de jeu où, avec un peu de chance, la rondelle se retrouve dans la mitaine ou dans la baie vitrée.»

Le jeu a eu l'effet d'une douche glacée doublée d'un coup de massue pour les partisans des Rangers. Il survenait tout juste après que les Rangers eurent bénéficié d'un avantage numérique.

«Ce but a fait mal», a admis Rick Nash. «Il a donné l'élan aux Kings. Mais il restait encore deux périodes à jouer, ce n'est donc pas une excuse.»

Les Kings sont donc retournés au vestiaire avec une avance de 1-0. C'était la première fois depuis le début de la finale qu'ils prenaient les devants en temps réglementaire.

Ils ont porté leur avance à 3-0 au cours de la deuxième période. Muzzin a d'abord inscrit le deuxième but de son équipe lors d'un avantage numérique, à 3:18.

Son tir de la pointe s'est faufilé entre les jambières de Lundqvist après avoir été dévié par Martin St-Louis.

Mike Richards a porté à trois buts l'avance des Kings en déjouant Lundqvist à 17:14. Le centre des Rangers a joué de chance en récupérant la rondelle devant le gardien des Rangers après avoir raté une passe.

Les Rangers se sont montrés encore plus agressifs en deuxième qu'ils ne l'avaient été en première. Derick Brassard a notamment obtenu deux bonnes chances de marquer mais il n'a pas réussi à toucher le fond du filet.

___________________________________________

Ils ont dit

> Jonathan Quick: «Évidemment, rien n'est joué, rien n'est fini. Nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous savons que la quatrième victoire est toujours la plus difficile.»

> Mike Richards: «Nous avons joué un bon match. Nous devrons jouer un meilleur match encore si nous voulons avoir du succès mercredi soir. Les Rangers forment une bonne équipe. Nous sommes chanceux d'avoir profité de bonds favorables. Espérons que ça continue.»

> Alain Vigneault: «Rendons leur hommage. Ils ont trouvé une façon de déjouer un très bon gardien, et nous n'avons pas réussi à faire de même.»

> Dan Girardi: «Nous avons eu de bonnes occasions de marquer. Un pouce plus haut et la rondelle entre dans le filet. C'est le genre de parties que nous jouons depuis le début de la série. Ce sont les petits jeux qui ont fait la différence.»

> Ryan McDonagh: «Nous n'avons pas essayé de changer quoi que ce soit. C'est malheureux que nous ayons accordé un but à la fin de la période comme ça. La rondelle a dévié sur un patin d'un de nos joueurs et s'est retrouvée sur la palette de Carter.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Les Kings trop forts

    Hockey

    Les Kings trop forts

    On pourrait tourner ça de tous les bords, on pourrait sortir toutes les statistiques possibles, mais au bout du compte, il faut probablement se... »

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer