À chaque match entre le Canadien et les Rangers, Mathias Brunet cible deux joueurs dont le rôle est semblable et analyse en détail leur performance. À l'occasion du quatrième match de la finale de l'Association de l'Est, il a observé les joueurs de centre David Desharnais et Brad Richards.

Mis à jour le 26 mai 2014
Mathias Brunet LA PRESSE

David Desharnais aurait mérité un meilleur sort hier contre son rival Brad Richards. Il connaissait un match monumental et avait failli donner la victoire grâce à une passe lumineuse à Alex Galchenyuk, avec trois minutes à faire en troisième.

Mais Galchenyuk a frappé la barre horizontale et, en période de prolongation, c'est une sortie de territoire ratée par Desharnais qui a mené au but gagnant des Rangers.

C'est justement le travail de Richards le long de la rampe devant Desharnais qui a permis à Carl Hagelin de récupérer le disque puis de le remettre à Martin St-Louis, qui n'a pas raté sa chance.

Brad Richards et David Desharnais étaient les deux centres chargés de faire produire les meilleurs éléments de leur club hier. Richards encore plus en l'absence de Derek Stepan.

Deux joueurs au statut bien différent: Richards riche d'un contrat de 58 millions pour neuf ans, Desharnais ignoré au repêchage. D'ailleurs, ce dernier terminait sa première saison avec les Saguenéens de Chicoutimi dans les rangs juniors quand Brad Richards soulevait la Coupe avec Tampa en 2004.

Mais le meilleur des deux hier a été Desharnais, malgré le dénouement malheureux pour le CH. Michel Therrien l'a d'ailleurs utilisé durant presque 22 minutes, un énorme total pour un attaquant.

Et le centre numéro 1 des Canadiens a joué avec énergie durant toute la rencontre. Il a été efficace en défense en récupérant de nombreuses rondelles libres en territoire défensif et il a été à l'origine des deux buts de son équipe. Il a surtout impressionné par sa maîtrise de la rondelle et sa ténacité le long des rampes.

Sa fougue a aussi fait en sorte que Dominic Moore a écopé d'une punition en début de troisième alors que les Canadiens tiraient de l'arrière par un but, et il a passé à Markov, qui a passé à Subban, pour le but égalisateur. Belle façon de se faire justice!

Difficile de croire que ce joueur pointé montré doigt par le maire Denis Coderre sur Twitter est le même centre qui offre du hockey phénoménal au moment le plus important de la saison.

Richards a été plus discret mais, à sa défense, il faut dire que les nombreuses punitions qu'ont eues ses coéquipiers ne l'ont pas aidé puisqu'il n'est pas utilisé en infériorité numérique.

Alain Vigneault l'a fait jouer durant 16 minutes 26 au total et si on avait inversé le nombre de punitions, il aurait probablement joué plus souvent que son rival du CH.