Les Bruins ne sont qu'à une seule victoire de réussir ce qui semblait tout à fait logique il y a quelques semaines à peine: éliminer le Canadien.

Mis à jour le 12 mai 2014
Richard Labbé LA PRESSE

Mais ne comptez pas sur eux pour affirmer que la série est pratiquement terminée. Ce ne serait pas leur genre.

«Ce n'est pas fini, et on ne peut pas donner une autre chance au Canadien, a répété l'attaquant Reilly Smith, hier, au TD Garden de Boston. Il faut s'assurer de terminer cette série le plus rapidement possible.»

Les membres des Bruins ne le diront pas, mais les voici en voiture. Ces Bruins étaient bien sûr les grands favoris de cette série, eux qui ont conclu la saison avec 117 points, un sommet dans la Ligue nationale de hockey et 17 points de plus que la récolte du Canadien en calendrier régulier. Le club de Boston, c'est aussi deux présences en finale de la Coupe Stanley lors des trois dernières années, le genre d'expérience que les rivaux de Montréal ne possèdent pas.

Et voici aussi que le jeu de puissance des Bruins a enfin retrouvé un peu de mordant. Samedi soir, les buts de Reilly Smith et Jarome Iginla à cinq contre quatre étaient les premiers dans cette situation depuis une sécheresse de 0 en 38 contre le Canadien en séries.

En fait, le dernier but des Bruins en avantage numérique contre le Canadien en séries remontait à... 2009!

Aux vétérans de faire leur travail

Les Bruins y sont presque. Une dernière victoire lors du sixième match de la série, ce soir au Centre Bell, et ils pourront se débarrasser du Canadien et passer en finale de l'Association de l'Est.

«On se souvient de la série contre Toronto la saison dernière, a tenu à dire le défenseur Dougie Hamilton, hier, au TD Garden. Il avait fallu se rendre à un septième match, et c'est un scénario qu'on préfère éviter. On ne peut pas donner au Canadien l'occasion de reprendre le contrôle.»

L'entraîneur Claude Julien, lui, sait très bien que le plus difficile reste à venir.

«On doit se fier à l'expérience de nos joueurs dans cette situation, a-t-il fait savoir. Ce sera un match difficile, et nous n'avons encore rien gagné. Ils vont offrir leur meilleure performance, et nous devrons le faire aussi. Il va y avoir un septième match si on ne le fait pas. On sait très bien que ce sera le match le plus difficile de la série.»

On peut présumer qu'avec le Canadien dans les câbles, avec la foule du Centre Bell qui sera d'emblée très bruyante, le premier but sera, encore une fois, d'une immense importance. Dans cette série, l'équipe qui a marqué en premier a d'ailleurs remporté tous les matchs, et les Bruins ont une fiche de 6-0 cette saison en séries quand ils marquent les premiers.

Ces Bruins, doit-on le rappeler, aiment beaucoup le premier but, eux qui ont conclu le calendrier régulier avec une solide fiche de 41-6-2 lorsqu'ils sont les premiers au tableau.

«On fait normalement du très bon travail quand on est en mesure de jouer avec une avance, a rappelé l'entraîneur Claude Julien. Marquer ce premier but, pour nous, c'est toujours très important.»