Source ID:520370; App Source:cedromItem

Un as dans la manche de Therrien?

Le Canadien aura besoin de la contribution du... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le Canadien aura besoin de la contribution du trio de Tomas Plekanec (photo) et de celui de Lars Eller en première ronde des éliminatoire contre le Lightning.

Photo Bernard Brault, La Presse

De John Druce à Bryan Bickell, en passant par Chris Kontos, Fernando Pisani et Joel Ward, les séries de la LNH ont permis au fil des ans à des joueurs plus marginaux de se mettre en valeur en contribuant de façon inespérée.

Le Canadien aura-t-il sa vedette inattendue durant ces séries éliminatoires?

La question vaut la peine d'être posée, car tout le monde s'entendait, hier, sur le fait que le Tricolore devra compter sur l'apport offensif d'un autre trio que celui de David Desharnais s'il veut espérer battre le Lightning de Tampa Bay.

«On a un très bon premier trio qui a été très productif ces derniers temps et c'est très bien, a reconnu Lars Eller. Mais plus une équipe met tous ses oeufs dans le même panier, plus elle est vulnérable en cas de blessure à un joueur-clé.

«Heureusement, la profondeur est un atout pour notre équipe.»

Pour trouver un as dans la manche de l'attaque tricolore, les regards se tournent spontanément vers Daniel Brière, un vétéran habitué d'élever son jeu en séries. Mais ce qu'entend faire Michel Therrien avec les trios d'Eller et de Tomas Plekanec risque aussi de peser lourd dans la balance.

L'entraîneur-chef songerait-il à confier des responsabilités offensives plus étayées à Plekanec et laisser à Eller la majorité des mandats défensifs?

«On aura besoin de la contribution des quatre trios, a répondu Therrien sans se compromettre. Tout le monde va devoir aider offensivement comme défensivement.»

Avant que l'entraînement d'hier ne se consacre aux unités spéciales, on a brièvement vu Plekanec flanqué de Daniel Brière et Brendan Gallagher et Eller au centre de Brandon Prust et Brian Gionta.

«Ne vous fiez pas trop à cela», a prévenu Therrien, qui doit mettre dans la balance le statut encore incertain de Prust, la plus grande aisance de Brière au poste de centre et le bon souvenir que lui avait laissé le trio Bourque-Eller-Gionta il n'y a pas si longtemps.

Suivre Stamkos

Le Canadien recherchera la contribution de ses deuxième et troisième trios, mais la présence de Steven Stamkos de l'autre côté risque de calmer certaines ardeurs. Le CH aura beau vouloir marquer des buts, il ne pourra pas faire fi d'une telle menace.

«On est tous conscients qu'il peut changer le cours d'une rencontre avec un seul tir et qu'il faudra lui porter attention à chacune de ses présences, a convenu Therrien. On va essayer d'établir des confrontations, mais je ne veux pas qu'on perde notre tempo en s'y concentrant trop. On veut s'assurer de toujours avoir les bons joueurs sur la glace au bon moment, mais lorsqu'on n'a pas le dernier changement, c'est parfois hors de notre contrôle.»

Chose certaine, Plekanec accueillerait avec plaisir la mission de couvrir Stamkos.

«J'ai déjà affronté Alex Ovechkin et Sidney Crosby il y a quelques années et l'on avait remporté nos séries contre [les Capitals et les Penguins], a-t-il rappelé. Ç'avait été un beau défi de les réduire au silence et ce ne sera pas différent avec Stamkos.

«Mais il n'y a pas que Stamkos. Le Lightning joue un bon jeu d'équipe. À chacun de nos matchs contre eux cette saison, leur système était très efficace.»

Cette saison, Plekanec et Eller ont commencé sensiblement la même proportion de présences sur la glace en zone défensive. Si l'entraîneur délestait l'un d'eux de quelques départs en zone défensive, cela améliorerait ses chances en attaque.

Mais ça ne semble pas être une préoccupation pour les deux joueurs de centre.

«Ce n'est pas parce que la mise en jeu est en zone défensive que l'objectif de marquer un but cesse, observe Plekanec. On veut toujours marquer et ne pas concéder de but. Cela ne change pas.»

«On veut tous être à l'attaque, personne ne veut rester coincé dans la zone!», a renchéri Eller.

Le Danois, qui a été cloué au lit pendant deux jours en raison d'un virus, se dit désormais rétabli à 100%.

«Il s'agit juste de retrouver mon synchronisme après une semaine passée loin de la glace», a dit le centre de 24 ans, à qui le soleil de la Floride fera le plus grand bien.

La série

DEMAIN: Canadien à Tampa, 19 h

VENDREDI: Canadien à Tampa, 19 h

DIMANCHE 20 AVRIL: Tampa à Montréal, 19 h

MARDI 22 AVRIL: Tampa à Montréal, 19 h

JEUDI 24 AVRIL: x- Montréal à Tampa, 19 h

DIMANCHE 27 AVRIL: x- Tampa à Montréal, à déterminer

MARDI 29 AVRIL: x- Montréal à Tampa, à déterminer

x - si nécessaire




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer