Canadien-Penguins: souvenirs de 2013

Taylor Pyatt a fait dévier la rondelle derrière... (Photo Gene J. Puskar, AP)

Agrandir

Taylor Pyatt a fait dévier la rondelle derrière Carey Price au moment où le Canadien se défendait à quatre contre cinq.

Photo Gene J. Puskar, AP

(Pittsburgh) Il faudrait être jovialiste ou humoriste, ou les deux, pour retenir quelque chose de positif de l'effondrement d'hier soir à Pittsburgh. Le seul élément positif, c'est probablement que le Canadien a pu sortir de là sans blessés. C'est déjà ça.

Autrement, on a eu là, mes amis, le genre de rince qui peut parfois laisser des traces.

> Mathias Brunet: Ça ne sent pas la Coupe...

C'est une chose que de perdre contre la meilleure équipe dans l'Assocition de l'Est. Il fallait peut-être même s'y attendre. Mais c'est une autre chose que de se faire rincer de la sorte en public par une équipe qui semblait d'un autre calibre, d'une autre planète.

Ce qui nous mène au constat qui devrait être source d'inquiétude, si ce n'est déjà le cas: plus ça va, et plus on a l'impression que la victoire du 11 janvier contre les Blackhawks de Chicago au Centre Bell ne fut qu'un mirage.

Plus ça va, et plus ce Canadien ressemble à s'y méprendre au Canadien de la saison dernière.

Rappelons-nous un peu. En 2013, la formation montréalaise avait commencé sa saison en surprenant tout le monde avant de connaître un relâchement graduel amorcé à la mi-saison.

La présente chute a aussi commencé à la mi-saison. En fait, depuis le début de janvier, la fiche du Canadien est exactement la suivante : victoire, défaite, victoire, défaite, victoire, défaite, victoire, défaite... et défaite hier soir. Le Canadien n'a pas enfilé deux victoires de suite en temps réglementaire depuis le début décembre.

Ce n'est donc pas de la fiction que d'avancer ce qui semble être une évidence: jusqu'à preuve du contraire, ce club-là demeure un bon petit club de ,500, qui aura bien du mal à participer aux séries éliminatoires s'il continue au même rythme.

Les signes inquiétants ne manquent pas, incluant un Andrei Markov vieillissant qui semble manquer d'essence dans le réservoir, un peu comme la saison dernière, justement. Que peut espérer le CH sans un Markov au sommet de sa forme? Et si le Russe a l'air un peu essoufflé maintenant, qu'est-ce que ce sera au retour de Sotchi?

On ignore si Michel Therrien possède des talents de magicien, mais le temps est peut-être venu pour lui de sortir des lapins de sa casquette. Sinon, la conclusion de cette saison pourrait ressembler à celle de la saison dernière.




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer