On attendait un match entre deux clubs en pleine forme, mardi soir au Centre Bell. Sauf que ce n'est pas exactement ce qui est arrivé.

Mis à jour le 11 déc. 2013
Richard Labbé LA PRESSE

Non, il n'y a pas vraiment eu de match. Il n'y a pas eu de véritable affrontement, parce que les Kings de Los Angeles étaient tout seuls sur la patinoire, et parce qu'ils ont fait ce qu'ils voulaient des joueurs du Canadien, se permettant une petite victoire facile par la marque de 6-0, devant 21 273 fans déçus et silencieux, si on fait abstraction des huées en fin de deuxième période.

> Le sommaire du match

Le Canadien n'avait pas subi une seule défaite en temps réglementaire depuis le 16 novembre, et le club en bleu, blanc et rouge s'est pointé sur la glace en surfant sur une série de cinq victoires. Mais les Kings n'ont pas paru impressionnés, eux qui ont fermé les lumières en deuxième période, avec une pétarade de quatre buts sans la moindre riposte.

Une volée? Une claque? Une leçon? Toutes ces réponses, et même pire.

«Y a pas grand-chose de bon à retenir, a admis l'entraîneur Michel Therrien après ce désastre. Des performances comme ça, c'est rare que ça arrive. Il faut l'oublier. Je pense que le deuxième but en fin de première période [...] à 1-0, on était dans le match. Mais le deuxième but a cassé notre rythme.»

Ce deuxième but, signé Anze Kopitar, est survenu avec seulement 13 secondes à faire en première. Le Canadien avait pourtant bien commencé sa soirée au bureau, mais un certain Martin Jones a tout arrêté.

Si les fans montréalais ne connaissaient pas ce Jones avant mardi soir, eh bien, ils le connaissent sans doute mieux maintenant. Le gardien de 23 ans, dont c'était seulement le troisième départ dans la LNH, a été impérial, surtout en début de rencontre, alors que le CH tirait de tous les côtés. Son blanchissage était déjà un deuxième zéro pour lui chez les grands de la LNH. Excellente façon de se faire une réputation...

Price sur le banc

Ce fut un peu plus difficile pour le gardien d'en face. Carey Price, magique au cours des dernières semaines, l'a été pas mal moins cette fois-ci. Il a donné 4 buts en 16 tirs avant de se faire dire d'aller s'asseoir au banc par son coach, en deuxième. Il n'a pas voulu répondre aux questions des médias après le match.

Pour Price, il s'agissait d'un premier match de plus de trois buts depuis le 7 novembre à Ottawa. C'est aussi la première fois de la saison qu'il cédait sa place en plein match. Peter Budaj est arrivé à froid, et il a flanché sur le deuxième tir des Kings contre sa personne, ce qui a porté la marque à 5-0.

Le reste ne fut que formalité.

«Perdre comme ça, ça fait mal, a ajouté Michel Therrien. Si on avait profité de nos chances de marquer en première période, ç'aurait été un autre match. C'est décevant, surtout devant nos partisans.»

Après une première période de 17 tirs, le Canadien a dû se contenter de trois petits lancers en deuxième. Un peu plus, et les gens du Centre Bell offraient une chaise à Martin Jones.

Jordan Nolan, Kopitar, Alec Martinez, Tyler Toffoli, Jake Muzzin et Justin Williams ont marqué les buts des Kings.

Le défenseur Douglas Murray et l'attaquant George Parros ont dû laisser leur place, et se contenter d'un rôle de spectateur. Michaël Bournival, lui, a été le joueur le moins employé, avec seulement 7 min 16 s sur la glace.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi soir à Philadelphie, contre les décevants Flyers. Ça devrait être plus facile...

* * *

Ils ont dit

> Josh Gorges: «Nous avons eu un départ correct, mais nous devons être plus combatifs que ça. Nous n'avions pas bien joué non plus contre Buffalo (samedi). Il n'y a pas d'excuses pour la façon dont nous avons joué.»

> Tomas Plekanec: «Nous n'avons pas su profiter de nos chances de marquer, alors qu'ils ont été capables de le faire. Nous avions des informations sur leur gardien, mais il faut profiter de nos occasions. Leur gardien a été très bon lors de la première période.»

> Brian Gionta: «Quand ça se met à débouler... En deuxième période, on a peiné à tirer deux fois. On perdait toutes nos batailles le long des rampes et devant le filet. Nous n'avons certes pas aidé Price ni Budaj. Et en troisième, on a juste essayé de retrouver notre jeu de façon à ce qu'on ne le perde pas au prochain match.»

> Anze Kopitar: « Martin (Jones) a été incroyable pour nous en première période. Ses sept arrêts lors de leur avantage numérique en début de match ont été immenses. C'est sans doute ce qui a changé l'allure du match.»

> Martin Jones: «Je ne m'attendais pas à connaître ce genre de départ dans ma carrière, mais je ne veux pas m'arrêter là. Je veux continuer à m'améliorer... Je ne savais pas que les Kings n'avaient pas gagné ici depuis 1999. C'est une belle statistique, mais nous sommes juste heureux d'avoir pu gagner.»