Heureusement pour le Wild du Minnesota, Dany Heatley s'est présenté au Centre Bell hier soir. Parce qu'en matinée, l'ancien joueur-vedette est passé en coup de vent dans le vestiaire de son club sans s'arrêter devant les représentants des médias.

Publié le 20 nov. 2013
Richard Labbé LA PRESSE

De toute évidence, M. Heatley cherche à éviter les questions un peu trop embarrassantes, lui qui a une famélique récolte de cinq points à sa fiche. Cinq petits points en 22 rencontres. Il a marqué à 1,3 seconde de la fin du match, hier.

On aura deviné que le Wild ne verse pas 5 millions de dollars cette saison à Heatley pour ce genre de récolte. Mais voilà où en est rendu le joueur de 32 ans, qui est bien loin de ses glorieuses années chez les Sénateurs d'Ottawa, alors que les saisons de 80 points étaient chez lui une habitude. Une certitude, pourrait-on ajouter.

Aujourd'hui, le Wild semble se contenter de peu, dans le cas de Heatley. Aujourd'hui, le Wild semble se contenter d'un gars qui est «bon dans la chambre», comme on le dit si bien dans le milieu.

Un nouveau rôle

«Dany se plaît dans son nouveau rôle, a tenu à dire Mike Yeo, l'entraîneur du Wild, avant le match d'hier soir au Centre Bell. Il s'en sort bien. Il nous aide à gagner des matchs et au bout du compte, c'est ce qu'il y a de plus important pour nous.»

À écouter Mike Yeo parler, on comprend que les attentes ne sont plus les mêmes dans le cas de Dany Heatley. Chez le Wild, on ne se croise pas les doigts en espérant une saison de 105 points, comme Heatley l'avait fait dans le maillot des Sénateurs en 2006-2007.

«On lui demande de faire des choses différentes, ajoute le coach du Wild. En même temps, il a des occasions de marquer aussi, mais la rondelle ne veut pas aller dans le filet. Ça arrive. À notre niveau de jeu, la confiance est une grande partie du succès, et c'est certain que nous aimerions le relancer. Un gars comme lui doit pouvoir marquer des buts.»

En attendant de retrouver le «vieux» Heatley, la direction du Wild se croise les doigts et espère lui trouver un rôle d'importance avec l'équipe.

Et le principal intéressé, lui?

On présume qu'il espère retrouver sa touche magique d'autrefois. Et on présume aussi qu'il espère ne pas avoir à jouer trop souvent dans de «gros» marchés de hockey, là où les questions ont trop souvent l'habitude d'être gênantes. Surtout pour les gars qui sont en panne comme lui.