L'attaquant des Bruins de Boston Jarome Iginla, qui est reconnu pour ses habiletés avec la rondelle, mais aussi pour sa robustesse sur la patinoire, a déclaré au magazine Sports Illustrated que les bagarres ont toujours leur place dans la LNH.

Publié le 16 nov. 2013
LA PRESSE CANADIENNE

Le joueur âgé de 36 ans, qui a marqué plus de 500 buts et récolté 1000 points en carrière dans la ligue, fait partie de ceux qui se battent occasionnellement - il a participé à 60 combats au cours de sa carrière, dont trois déjà cette saison.

Si certains considèrent les combats dans la LNH comme étant désuets et inutilement dangereux pour les joueurs, Iginla estime plutôt qu'ils sont nécessaires.

«Est-ce que les combats sont encore nécessaires aujourd'hui dans la LNH?, se questionne Iginla. Ma réponse, c'est oui.»

Iginla considère que «les bagarres permettent aux joueurs d'être responsables de leurs gestes sur la patinoire, encore plus que les pénalités». Sans ces bagarres occasionnelles, «il y aurait beaucoup plus de coups de bâton illégaux, la majorité survenant dans le dos des arbitres; plus de coups de hache aux chevilles ou aux poignets, et entre les jambières; et plus de doubles échecs à la colonne vertébrale».

Iginla, qui a disputé 17 saisons avec les Flames de Calgary, a marqué 534 buts et amassé 1117 points en 1251 matchs, en plus de purger 865 minutes de pénalité en saison régulière en carrière dans la LNH. L'Albertain, qui a été sélectionné au 11e rang de la séance de repêchage de la LNH en 1995 par les Stars de Dallas, a aussi remporté le trophée Maurice-Richard, remis au meilleur marqueur du circuit Bettman, en 2001-02 et 2003-04.