Source ID:; App Source:

Blake Geoffrion et le deuil d'une carrière

Blake Geoffrion... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Blake Geoffrion

Photo Bernard Brault, archives La Presse

La semaine dernière, il y avait un an que la vie de Blake Geoffrion basculait lors d'un match des Bulldogs de Hamilton. Le petit-fils de Bernard «Boum Boum» Geoffrion a vu sa carrière prendre fin à l'âge de 25 ans après une fracture du crâne. Aujourd'hui employé des Blue Jackets de Columbus, à qui le Canadien rendait visite vendredi soir, Geoffrion revient sur des événements qui auraient pu lui coûter la vie.

Il y a à peine plus d'un an,... (Image tirée d'une vidéo YouTube) - image 2.0

Agrandir

Il y a à peine plus d'un an, Blake Geoffrion frôlait la mort sur la glace du Centre Bell.

Image tirée d'une vidéo YouTube

LE COUP

Dans les hauteurs du Centre Bell flottent les bannières honorant Bernard Geoffrion et Howie Morenz, respectivement grand-père et arrière-grand-père de Blake Geoffrion. Sur la patinoire, le jeune Américain, premier marqueur des Bulldogs de Hamilton après neuf rencontres, s'empare de la rondelle.

Première période, 0-0.

Geoffrion patine sur le flanc gauche et transporte le disque jusqu'à la ligne bleue adverse. Il a aperçu le défenseur Jean-Philippe Côté quitter le banc du Crunch de Syracuse et il le voit s'approcher de lui.

«Je savais qu'il allait me plaquer, mais il m'a surpris en se tournant et en me présentant la hanche, a raconté Geoffrion à La Presse. À part P.K. Subban, on ne voit plus cela très souvent.»

Le choc est violent. Geoffrion part en vrille tandis que Côté, un ancien de l'organisation du CH, perd l'équilibre. Le casque de Geoffrion s'est déplacé au moment de l'impact et, dans sa chute, la lame d'un patin de Côté l'atteint au-dessus de l'oreille.



«Sur le coup, je n'ai rien senti. Je pensais me relever et m'en prendre à celui qui m'avait frappé. Or, j'ai senti beaucoup de sang couler le long de ma tête...»

À mi-chemin vers l'infirmerie, Geoffrion commence à vomir. Il a déjà vu ce film-là: depuis ses années juniors, il a subi six ou sept commotions cérébrales. C'en sera une de plus, voilà tout.

Mais les médecins du Canadien ne veulent pas prendre de risque. Ils communiquent avec Danny et Kelly Geoffrion, qui assistent à la rencontre, et leur offrent d'accompagner leur fils en ambulance.

La semaine dernière, il y avait un an que... (Photo fournie par Dany Geoffrion) - image 5.0

Agrandir

Photo fournie par Dany Geoffrion

L'ATTENTE ET LE DOUTE

Une fois rendu à l'Hôpital général de Montréal, les choses dégénèrent. Geoffrion s'évanouit et est pris de convulsions. Dans les minutes qui suivent, un test au scanner révèle une fracture compressée du crâne de la grosseur d'une pièce de un dollar ainsi que de petites hémorragies. Les médecins obtiennent l'autorisation écrite de ses parents pour procéder d'urgence à une intervention chirurgicale. Une opération de plusieurs heures qui laissera tout le monde dans l'attente et le doute.

«Après le match, le coach nous a réunis dans le vestiaire pour nous dire que Boomer était sur la table d'opération et qu'il était entre la vie et la mort, se rappelle Gabriel Dumont. Ils ne savaient pas dans quel état il sortirait de là.

«Ça a été un choc pour tout le monde.»

Geoffrion est placé sous sédation pendant une douzaine d'heures. Il se réveille de temps à autre, voit à son chevet tantôt Geoff Molson, tantôt Marc Bergevin.

Et bien sûr, ses parents.

«Quand il s'est réveillé, Kelly et moi avons eu une bonne pleurée», admet Danny Geoffrion, lui-même un ancien du Canadien et des Nordiques de Québec.

«La première chose que Blake a demandé a été de savoir quand il pourrait recommencer à patiner...»

La semaine dernière, il y avait un an... (Photo Olivier Jean, archives La Presse) - image 6.0

Agrandir

Photo Olivier Jean, archives La Presse

DE DURS LENDEMAINS

Au lendemain de l'opération, les médecins ont dit s'attendre à une guérison complète. Mais combien de temps prendrait-elle? Impossible de le prédire.

«Les semaines qui ont suivi ont été bizarres, se souvient Gabriel Dumont. C'était dur de jouer certains soirs. Mais peu à peu, le temps passe et on oublie un peu...»

Jean-Philippe Côté, lui, n'a pas oublié. L'incident l'a longtemps hanté.

«Ça me dérange encore d'avoir été la raison pour laquelle il a dû mettre fin à sa carrière, admet le sympathique défenseur. Au niveau de mon jeu physique, ça m'a pris un bon moment après l'incident avant de distribuer de grosses mises en échec. Mais j'ai repris confiance, car je sais en moi-même que je ne veux pas blesser l'autre.»

Les deux hommes ont été en contact une fois ou deux, et Geoffrion a assuré Côté qu'il n'avait pas à s'en faire. C'était un malheureux accident. C'était la vie.

Si les symptômes de commotion cérébrale ont disparu, la fracture du crâne, elle, a continué de poser problème au fil des mois.

«J'ai eu quelques rencontres avec des médecins qui m'ont dit qu'il était possible que je ne puisse plus jamais jouer, raconte Geoffrion. J'ai appelé Marc Bergevin pour le tenir au courant et l'aviser de cette possibilité-là.»

En dépit de ce qui avait circulé au mois de mars à propos de cet entretien, Geoffrion assure qu'il n'avait pas encore opté pour la retraite.

«Finalement, je n'ai pas eu à prendre de décision ; les médecins l'ont prise à ma place.»

Étant donné les risques qu'il courait en revenant au jeu, une seule conclusion s'imposait.

Blake et son grand-père Bernard «Boom Boom» Geoffrion.... (Photo fournie par Danny Geoffrion) - image 7.0

Agrandir

Blake et son grand-père Bernard «Boom Boom» Geoffrion.

Photo fournie par Danny Geoffrion

L'HÉRITAGE

Deux semaines avant que Geoffrion ne confirme sa retraite, le 15 juillet 2013, son agent Bill Zito lui a annoncé qu'il avait une offre pour lui. Jarmo Kekalainen, le DG des Blue Jackets de Columbus, voulait l'embaucher comme dépisteur professionnel afin qu'il ratisse le centre des États-Unis, autant les villes de la LNH que de la LAH.

«Je connaissais Kekalainen depuis mon année de repêchage, car cette année-là, en tant que dépisteur-chef des Blues de St. Louis, il m'avait interviewé à quelques reprises. En l'écoutant, la description de tâches m'a paru attrayante et j'ai accepté quelques semaines plus tard.»

Vingt-quatre heures après avoir officialisé sa retraite, Geoffrion devenait un employé des Blue Jackets.

«J'adore mon nouveau travail. Ça me permet de rester proche du hockey. Mais c'est certain que je m'ennuie des gars. Il y a encore des gens de hockey qui m'entourent, sauf que maintenant, ils ont tous 25 ans de plus que moi!»

Geoffrion n'a pas été le seul à réorienter sa carrière cet été. Son agent songeait à délaisser la représentation de joueurs afin de s'impliquer dans les opérations hockey. Si bien qu'un mois après avoir aidé son client à se trouver du boulot chez les Blue Jackets, Zito est lui-même devenu l'adjoint de Kekalainen.

«Une belle histoire»

Geoffrion attend un chèque d'assurance qui le dédommagera de la blessure qui a mis fin à sa carrière. Si on lui accorde le montant maximal, c'est une somme d'environ 800 000 $ qui lui sera remise. Si l'assureur détermine que les commotions cérébrales ont eu un rôle à jouer, le montant sera moindre.

Mais en dépit de la sécurité que pourrait lui apporter cet argent, rien ne saura le ramener sur une patinoire.

«Quand on fait quelque chose toute sa vie et que ça nous est ôté du jour au lendemain, ça ne peut faire autrement que de nous manquer», constate Geoffrion.

Bien qu'il lui arrive encore de penser à ce qu'il aurait pu accomplir dans la LNH, il s'applique à regarder vers l'avenir. À éviter de cultiver les regrets. À être reconnaissant d'être encore en vie.

«En tant que père, je suis juste content qu'il soit encore parmi nous, affirme de son côté Danny Geoffrion. Je sais que son rêve était de jouer dans la Ligue nationale. Or, il a quand même joué au Centre Bell et il a porté le numéro 57 avec le Canadien (en référence au numéro 5 de Boum Boum et au numéro 7 de Morenz).

«Ça demeure une belle histoire.»




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer