Les dirigeants de la Ligue nationale de hockey cherchent à savoir si la présence des joueurs aux prochains Jeux d'hiver est une bonne idée. Mais pour Andrei Markov, la réponse ne fait aucun doute: oui, la ligue devrait permettre à ses joueurs de prendre part au prochain tournoi olympique de Sotchi, dans un an.

Mis à jour le 16 févr. 2013
Richard Labbé LA PRESSE

«Je crois que c'est un grand honneur que d'être là, a expliqué Markov en entrevue avec La Presse. Les Jeux, c'est une bonne expérience pour quiconque y participe. C'est un honneur d'aller là-bas pour représenter son pays.»

La question des joueurs de la LNH à Sotchi pour 2014 n'est toujours pas réglée, et elle a fait l'objet de longues discussions cette semaine à New York, entre les dirigeants de la LNH, des représentants de la Fédération internationale de hockey et du CIO.

Ces discussions doivent se poursuivre prochainement, et à la lumière des pourparlers des derniers jours, il est permis de croire que les joueurs de la ligue pourront de nouveau prendre part aux Jeux.

En attendant, en substance, les patrons de la LNH tentent de déterminer si l'expérience olympique vaut la peine d'être répétée pour une cinquième fois depuis les Jeux de Nagano, en 1998.

La ligue doit trancher au cours des prochaines semaines afin de prévoir un calendrier 2013-2014 en fonction des Jeux, et afin de prévoir une pause olympique à cet effet.

Un honneur

Andrei Markov, lui, affirme qu'il n'hésitera pas bien longtemps si jamais les décideurs de la Russie lui demandent de porter le maillot national dans un an.

«Ce serait un honneur, bien sûr. Particulièrement si tu joues dans ton propre pays, ce sera assurément une expérience incroyable, comme ça l'a été pour les Canadiens (aux Jeux de Vancouver).»

Certains dirigeants de la LNH ont des réserves concernant les Jeux de Sotchi en raison du calendrier, qui devra être arrêté pour une période de plus de deux semaines, mais aussi parce que certains entraîneurs et directeurs généraux ont déjà manifesté leur inquiétude par rapport à la possibilité de blessures à des joueurs-vedettes, un scénario qui pourrait changer le cours d'une saison pour les équipes ainsi touchées par de mauvais coups du sort.

Le décalage horaire de Sotchi est aussi au coeur des préoccupations pour les gens de la ligue.

Andrei Markov est conscient de tous ces risques, mais il juge quand même que l'expérience des Jeux en vaut la peine.

«Ce n'est jamais facile de voyager aussi loin pendant une saison, mais tous les joueurs impliqués dans le tournoi olympique seront dans la même position de toute façon. Je ne crois pas que ce sera un problème pour quiconque.»

Avant mai

La décision de la LNH concernant les Jeux de Sotchi doit être connue avant le mois de mai, selon les informations qui circulent, mais il est permis de croire que les patrons du circuit voudront en arriver à un consensus bien avant.

Le vétéran défenseur du Canadien, de son côté, aimerait bien pouvoir prendre part à un troisième tournoi olympique, lui qui avait été sélectionné par la formation nationale russe en 2006 et en 2010.

«J'aimerais être là, mais avant tout, il faut voir s'ils vont bien vouloir me choisir», a-t-il répondu.