Tant qu'à mettre fin à une fâcheuse séquence, aussi bien le faire en grand!

Mis à jour le 25 janv. 2013
Marc Antoine Godin LA PRESSE

Le Canadien, qui n'avait pas vaincu les Capitals de Washington en six affrontements, a marqué trois buts en 4:52, jeudi soir, mettant ainsi la table pour une victoire facile de 4-1.

> Le sommaire du match

Les filets rapides de messieurs Plekanec, Markov et Gionta ont permis en un rien de temps d'égaler le nombre de buts que le CH avait marqués en quatre matchs face aux Capitals la saison dernière.

«Les deux derniers matchs sont vraiment de nature à bâtir notre confiance», a soutenu Carey Price, encore brillant jeudi. Nous avons été en mesure de protéger notre avance, une chose avec laquelle nous éprouvions beaucoup de problèmes l'an dernier.

«Ça semble beaucoup mieux parti cette saison.»

Cette première victoire à l'étranger cette saison, le Tricolore la doit à des acteurs qui s'étaient mis en évidence mardi soir contre les Panthers de la Floride. On parle en premier lieu des défenseurs Andrei Markov et Raphael Diaz, qui ont encore animé l'avantage numérique.

«Tout va pour le mieux en ce moment, je me sens bien, mais je veux juste aider l'équipe à se mettre sur une lancée», a prudemment commenté Diaz, comme s'il voulait éviter de dire quoi que ce soit qui puisse briser la magie qui opère en ce moment.

Diaz aurait-il pu imaginer qu'il trônerait un jour en tête des marqueurs du Canadien avec cinq points en trois rencontres?

«Non, aucune chance!» a-t-il avoué.

Par ailleurs, peu d'observateurs auraient pu prévoir que Markov puisse revenir à un tel niveau de domination, surtout aussi tôt en saison.

«Je ne me suis jamais aussi bien senti, a lancé le défenseur russe. C'est sûr que c'est agréable de produire comme ça, mais l'équipe vient de remporter deux matchs, c'est ce qui importe le plus.»

177 minutes sans donner de but

Si le Canadien a toutes les raisons de sourire, ses adversaires de jeudi sentent déjà la soupe chaude.

Les Capitals amorcent une saison avec trois revers consécutifs pour la première fois depuis 1993. Ils ont eu l'avance dans un match pendant moins de trois minutes depuis le début du calendrier et l'infériorité numérique a accordé sept buts en 18 occasions.

Il a fallu un but de Joey Crabb en fin de match pour sauver leur honneur... et priver Carey Price d'un blanchissage.

C'était le premier but que le Canadien accordait à forces égales en 177 minutes.

«Le timing de ce but n'était pas génial, a reconnu Price, mais ça n'empêche pas que nos défenseurs font de l'excellent travail depuis le début de la saison pour libérer l'enclave lorsque j'accorde un retour.»