Le Canadien est encore à la recherche d'un adjoint pour s'occuper spécifiquement des défenseurs, mais il s'est au moins assuré les services de deux entraîneurs, vendredi, en confirmant l'embauche de Gerard Gallant et de Clément Jodoin.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

L'arrivée de Jodoin a des airs de déjà-vu, car il a déjà soutenu Michel Therrien à son premier passage derrière le banc du Canadien, au début des années 2000.

« Ça a été une surprise, je ne m'y attendais absolument pas », a admis Jodoin à propos du coup de téléphone du DG Marc Bergevin lui signifiant que Sylvain Lefebvre le remplacerait comme entraîneur-chef des Bulldogs de Hamilton et qu'il était convié à venir épauler Therrien.

« Clément a tellement à offrir, il cherche toujours à se renouveler et son bagage est impressionnant », a mentionné le nouvel entraîneur-chef.

Les rôles ne seront pas entièrement définis avant l'arrivée du quatrième entraîneur, mais on sait déjà que Gallant sera derrière le banc avec Therrien tandis que Jodoin travaillera depuis la passerelle. Il sera en outre chargé de la préparation technique en vue du match suivant.

Gallant, lui, laisse la barre des Sea Dogs de Saint John après trois saisons fructueuses marquées par une conquête de la Coupe Memorial, il quitte au moment où cette puissance de la LHJMQ amorce une reconstruction.

« À la fin de notre saison, mon agent a sollicité quelques emplois pour un poste d'entraîneur-chef, mais lorsque ça ne s'est pas matérialisé, je me suis tourné vers les opportunités disponibles comme entraîneur-adjoint », a expliqué l'homme de 48 ans en conférence téléphonique.

« Mais je serais resté à Saint John si je n'avais pas eu la bonne proposition. »

Gallant avait des entrevues prévues avec deux autres équipes de la LNH pour un poste d'adjoint, mais le Tricolore les a battus de vitesse en prenant contact avec lui jeudi dernier. Une offre lui est parvenue ce mardi.

Des éloges envers Gallant

Michel Therrien a confié que durant l'entrevue précédant son embauche comme entraîneur-chef, Gallant était le premier nom qu'il avait suggéré comme adjoint potentiel.

« Je n'ai entendu que de bons commentaires à son sujet », a-t-il indiqué.

Gallant s'attire en effet les louanges.

« C'est un tabarouette de bon gars », s'est exclamé le défenseur Bruno Gervais, qui a connu Gallant en tant qu'entraîneur-adjoint chez les Islanders de New York de 2007 à 2009.

« C'est un très bel ajout pour le Canadien. C'est un très bon communicateur qui connaît la game, qui est calme et qui garde les gars détendus. Il a une façon de venir vous parler qui fait que les joueurs s'ouvrent à lui. De sorte que lorsqu'il se fâche et qu'il te donne une claque derrière la tête, ça vient te chercher. »

Le jeune défenseur Nathan Beaulieu, qui a disputé trois saisons sous les ordres de Gallant avec les Sea Dogs, en a lui aussi parlé comme d'un entraîneur proche de ses joueurs.

« Je suis content que le Canadien ait pris une chance avec lui », a indiqué l'arrière de 19 ans.

L'ancien gardien des Blue Jackets de Columbus Marc Denis, qui a connu Gallant à la fois comme adjoint et comme entraîneur-chef, dit l'avoir adoré.

« En tant qu'adjoint, il a vraiment été le lien l'entraîneur-chef Dave King et les joueurs, a décrit Denis. Il était le genre à passer plus de temps dans le vestiaire que dans son bureau. »

Après quatre ans comme adjoint à Columbus, Gallant a hérité d'une formation décidée qui a raté les séries durant ses deux saisons comme pilote.

« Je ne pense pas que ses insuccès aient entaché son dossier, croit Marc Denis. Ce serait de mauvaise foi d'analyser cela ainsi. »

Price a eu un bon mot pour Groulx

Le Canadien a par ailleurs confirmé que Pierre Groulx serait de retour la saison prochaine.

« J'ai rapidement avisé les deux entraîneurs qui n'allaient pas être de retour, a rappelé Therrien. Mais j'ai toujours aimé la façon dont il préparait ses gardiens. J'en ai parlé avec Carey Price, je lui ai dit que je croyais en son potentiel, et il m'a dit qu'il voulait continuer de travailler avec Pierre pour l'atteindre. »

Le responsable du vidéo Mario Leblanc n'a pas à craindre pour son poste non plus.