Si le règne de son prédécesseur a été marqué par un besoin de contrôle quasi maladif, le DG du Canadien Marc Bergevin n'a pas peur de s'entourer et de bonifier son équipe.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Il a procédé à trois nouvelles nominations, mercredi, en annonçant d'abord l'embauche de Sylvain Lefebvre comme entraîneur-chef des Bulldogs de Hamilton en plus de retenir les service de Martin Lapointe et Patrice Brisebois pour faire de l'intervention individuelle avec les espoirs de l'organisation.

Lefebvre prend la place de Clément Jodoin, à qui il reste toujours une année de contrat au sein de l'organisation.

Jodoin devient candidat pour un poste d'adjoint à Michel Therrien.

«Ils ont déjà travaillé ensemble par le passé, a observé Bergevin. Michel est très à l'aise avec Clément, il sait ce qu'il peut apporter et à quel point il travaille fort.»

On peut lire dans la nomination de Lefebvre une démarche du Canadien de vouloir développer sa propre relève parmi les entraîneurs-chefs francophones.

«Mais je viens à peine d'embaucher Michel, je ne pense pas à le remplacer, a prévenu Bergevin en riant. C'est juste qu'à l'égard de nos jeunes joueurs, je cherchais quelqu'un qui convenait à la nouvelle culture que je veux implanter.»

Lapointe et Brisebois, de leur côté, travailleront au sein d'une nouvelle unité de développement des joueurs qui n'existait pas dans l'organigramme du Canadien.

«Par le passé, certaines fonctions de Trevor Timmins étaient de parler aux jeunes et de les suivre, a rappelé Bergevin. Mais le repêchage étant si important, c'était difficile pour lui de tout faire.

Dès son entrevue avec Geoff Molson pour le poste de DG, Bergevin a noté que c'était une faiblesse de l'organisation qu'il fallait corriger. Molson lui a donné son aval pour mettre son plan à exécution et Bergevin a répondu en donnant à son organigramme un visage résolument francophone.

«Ce sont des Québécois, mais ce sont d'abord et avant tout des hommes de hockey crédibles», a pris soin de préciser le nouveau DG.

Le Canadien conservera-t-il son choix?

Le repêchage de la LNH aura lieu la semaine prochaine à Pittsburgh et, un peu partout à travers la LNH, on s'attend à ce qu'il y ait du mouvement avant le début des sélections. Or, Bergevin n'a pas encore reçu l'appel d'une équipe intéressée à son troisième choix.

«Si cela fait du sens pour nous, que ça fait de nous une meilleure équipe aujourd'hui et à long terme, c'est sûr que je vais écouter», a toutefois précisé Bergevin.

Qui sait si le joueur que le CH convoite ne serait pas encore disponible au cinquième ou sixième rang...

À l'heure actuelle, même les trois premiers noms au sommet de la liste de repêchage du Canadien ne sont pas encore définitifs. Et ce n'est pas le «combine» organisé la veille qui aura pas d'impact véritable sur les décisions finales de l'organisation.

«C'est un repêchage spécial qui est particulièrement difficile à prédire», a noté Bergevin.

De Gomez à Laraque

D'ici l'encan de la semaine prochaine, le Tricolore pourrait avoir des décisions importantes à prendre au plan hockey puisque la période de rachat de contrat s'amorce vendredi et se poursuit jusqu'au 30 juin.

À cet effet, Bergevin soutient n'avoir pris aucune décision quant au rachat d'un joueur. Scott Gomez, par exemple.

Au plan des négociations de contrat, les dossiers Carey Price et P.K. Subban progressent bien. Selon Bergevin, l'échéance de la convention collective n'influence en rien ces négociations, même s'il est possible que les contrats de très longue durée ne soient plus acceptés dans le prochain contrat de travail.

Mais ce type d'entente ne lui fait manifestement pas peur.

«Il faut donner ce genre de contrat à des joueurs de caractère en qui l'on croit et qui ont du caractère. À Chicago, je considère que le contrat de Marian Hossa était un bon contrat.»

Par ailleurs, si l'on regarde à plus long terme, certaines équipes ont déjà publié leur calendrier préparatoire et le Tricolore devrait faire de même au cours des prochaines semaines. On sait déjà que deux matchs face aux Hurricanes de la Caroline, l'un à Québec et l'autre à Montréal, auront lieu au début d'octobre. Marc Bergevin souhaitait avoir un calendrier préparatoire allégé par rapport à ce que le CH a vécu l'an dernier, mais ce n'est pas clair que son voeu sera exaucé.

«Chacun a sa vision des camps d'entraînement et du nombre de joueurs qu'il voudrait voir là, mais je suis arrivé un peu tard et ces choses-là sont décidées d'avance», a-t-il admis.

Oh! Et avis à Georges Laraque: il ne recevra pas d'invitation du Canadien pour ce camp d'entraînement...