«Une bonne journée!» C'est avec ces trois mots que le gardien Henrik Lundqvist a qualifié sa sortie de 36 arrêts qui ont permis aux Rangers de New York de battre les Devils 3-0 et de prendre les devants 2-1 dans la finale de l'Est.

François Gagnon LA PRESSE

Ces trois mots de Lundqvist ne sont pas assez puissants pour rendre justice au sensationnel après-midi de travail qui lui a permis de signer un deuxième jeu blanc en trois rencontres face aux Devils.

L'analyse de l'entraîneur-chef des Devils, Peter DeBoer, l'imageait beaucoup mieux après la défaite de siens. «Leur gardien a fait la différence. Il n'y a rien de plus à dire», a lancé DeBoer qui avait une autre réponse aussi courte qu'éloquente lorsqu'on lui a demandé ce qu'il aurait voulu de plus de la part de son équipe.

«Un but! C'est tout ce qui nous a manqué aujourd'hui. Nous avons obtenu 36 tirs qui ont généré une vingtaine d'occasions de marquer. Nous les avons limités à cinq ou six occasions tout au plus. Nous avons disputé un très bon match de hockey. Un match solide dans tous les aspects du jeu. On n'a pas marqué. C'est tout. On ne doit pas se laisser abattre et revenir en force dès lundi pour niveler les chances à nouveau dans la série», a indiqué l'entraîneur-chef des Devils.

Pour un troisième match de suite dans cette finale de l'Est, les Devils ont été les meilleurs sur la patinoire en première moitié de rencontre. Plus encore hier que lors des deux premiers matchs, le jeu était tout à l'avantage des Devils qui ont doublé les Rangers en première avec 11 tirs contre 5 et qui dominaient 26-14 après 14 minutes de jeu.

Kovalchuk repentant

Des six tirs qu'il a obtenus, Ilya Kovalchuk s'est présenté deux fois en échappée devant Henrik Lundqvist. Zach Parise a obtenu deux bonnes occasions sur des descentes en surnombre et plusieurs tirs de la pointe se sont rendus au filet des Rangers en dépit de la présence gênante de plusieurs joueurs des Devils et des Bleushirts devant Lundqvist qui a eu le dernier mot chaque fois.

Signe que la frustration monte dans le camp des Devils, le capitaine Zach Parise est demeuré à l'écart des journalistes refusant de venir répondre aux questions après la rencontre.

Il faut dire que le capitaine et son père ont été au centre d'une controverse médiatique vendredi alors que des propos imputés à Jean-Paul Parise soutenant que son fils aimerait certainement évoluer dans l'uniforme des Rangers - Zach Parise sera joueur autonome sans compensation le premier juillet prochain - ont causé une commotion au New Jersey.

L'ancienne vedette des North Stars du Minnesota a d'ailleurs dû régir par communiqué pour dénoncer l'interprétation de ses propos dans les pages du quotidien Newsday.

Contrairement à son compagnon de trio, Ilya Kovalchuk est revenu au vestiaire après la défaite.

«Leur attaque à cinq a marqué la nôtre n'y est pas arrivée. Notre incapacité de marquer est l'histoire du match. Au nombre d'occasions que nous avons obtenues, il fallait marquer. Moi le premier», a convenu Kovalchuk.

Lundqvist en plein contrôle

Obligé de réaliser de bons arrêts dès le début de la rencontre, il était clair que Martin Brodeur et son vis-à-vis étaient prêts à se livrer un autre bon duel.

C'est Lundqvist qui en est sorti gagnant.

«J'ai reçu mes premiers tirs tôt dans la rencontre. Ça m'a plongé dans le match rapidement. Mais j'ai aussi joué de chance. Surtout contre Kovalchuk. Il est très fort. Tu veux éviter de faire le premier geste contre un gars de cette qualité. Je n'y suis pas arrivé sur ses deux échappées et j'ai été chanceux de stopper la rondelle. Car une fois étendu, je me disais qu'il serait en mesure de soulever la rondelle dans la lucarne pour marquer. On fait notre chance il faut croire, mais elle doit être avec moi aussi. Aujourd'hui elle l'était», a indiqué Lundqvist qui a aussi profité de la complicité du poteau à sa gauche sur un tir de la pointe de Peter Harrold alors que les Devils, qui profitaient d'une cinquième attaque massive, tentaient de resserrer le score 2-1.

Non seulement ont-ils été blanchis lors de cette cinquième attaque massive, mais les Devils ont vu le capitaine Ryan Callahan marquer dans un filet désert avec un peu plus de deux minutes à faire au match.

«C'est à ce moment-là que j'ai cru à la victoire. Pas avant», a conclu le gardien des Rangers.

Capitaine de Rangers, Ryan Callahan a mis fin à une disette de six matchs sans but lorsqu'il a profité du retrait de Martin Brodeur pour inscrire son quatrième but des séries, son deuxième seulement en 13 rencontres.

«Cette incapacité de Ryan de nous aider offensivement est en train de le rendre fou. Je le sais. Je le vois. Mais il nous aide de tellement d'autre façon en bloquant des tirs en se donnant à la cause, que je suis très heureux qu'il ait pu marquer ce but en fin de rencontre. Et même si c'est seulement un but dans un filet désert, des fois cela peut faire débloquer les choses. Il est près d'un déblocage. Je le sens. Et si ce but peut aider les choses, ce sera bénéfique pour notre équipe», a indiqué John Tortorella après la rencontre.

Temps d'arrêt opportun

L'entraîneur-chef des Rangers a eu fort à faire pour contenir sa colère en première période. Témoin d'un mauvais début d'engagement en période médiane, Tortorella a réclamé un temps d'arrêt 111 secondes seulement après le début de l'engagement.

«On était en train de se faire manger tout rond. On jouait avec le feu et nous allions nous brûler. Il fallait changer le tempo du match. Nous devons rendre à notre adversaire le crédit qui lui revient, mais nous passions beaucoup trop de temps en zone défensive depuis le début du match. Nous étions trop lents dans nos sorties de zone. C'était dangereux. Il fallait réagir et je crois que nous avons disputé une bien meilleure deuxième moitié de match», a convenu John Tortorella.

S'il est vrai que le jeu des Rangers s'est animé en deuxième, ce sont malgré tout les Devils ont été les plus menaçants. Mais Henrik Lundqvist, comme il l'avait fait lors de la première rencontre - une autre victoire de 3-0 -  a encore une fois gardé son équipe dans le match.

Lorsque les journalistes lui ont demandé s'il s'était permis d'apostropher ses coéquipiers dans le vestiaire lors du deuxième entracte ou si l'entraîneur-chef l'avait fait à sa place, le gardien suédois s'est contenté de sourire.

«John a parlé, c'est évident. Mais je ne vous dirai pas ce qu'il a dit. Quant à moi, ce n'est pas dans ma nature de parler. Je suis agressif sur la glace, je compétitionne, mais une fois au vestiaire, je me concentre sur ce que j'ai à faire. Je me disais qu'en continuant à effectuer les arrêts que le momentum changerait de côté. Que les Devils ne pouvaient pas dominer comme ça pendant 60 minutes. C'est heureusement ce qui est arrivé. Nous avons marqué deux buts rapides, le vent a changé de côté et nous avons gagné. C'est une grosse victoire. Je suis très heureux d'avoir gagné. Mais lundi, plus rien de ce qui a été fait aujourd'hui ne comptera», a conclu la première étoile du match.

Dan Girardi, pendant une pénalité écopée par Bryce Salvador, a marqué le premier but des Rangers en tout début de troisième. Après une mise en jeu en zone offensive remportée par Brad Richards, l'excellent défenseur a décoché un puissant tir des poignets qui a déjoué Martin Brodeur sur le côté du bouclier.

C'était le troisième but de Girardi - son deuxième but et quatrième point en trois matchs - en séries. Un troisième but gagnant pour le défenseur des Rangers.

À peine deux minutes plus tard, la recrue Chris Kreider (son 5e des séries) a fait dévier un tir de la pointe décoché par Ryan McDonagh.

McDonagh s'est signalé avec cette deuxième passe en séries, mais le défenseur a aussi été impeccable en défensive s'imposant dans chacune des cinq infériorités numériques des Rangers. Il a aussi stoppé quatre de 19 rondelles bloquées par les Blueshirts samedi après-midi.

Les joueurs des deux équipes sont rentrés à la maison après le match. Ils sont conviés à des entrainements dimanche en vue du quatrième match de la finale d'Association Est qui sera disputé lundi soir (20 h) au Prudential Arena.

Entre les lignes

- Forts de l'avance de deux buts que leurs favoris leur ont offerte en début de troisième période, les fans des Rangers ont alors facilement supplanté deux des Devils dans la guerre des encouragements dans les gradins...

- Une fois le score 3-0, les fans de Devils ont quitté le Prudential en masse laissant aux partisans des Rangers le loisir de chanter Henry! Henry! Henry! lorsque Henrik Lundqvist a hérité de la première étoile de la rencontre...

- Martin Brodeur, avec 19 arrêts, dont quelques-uns très solide - en particulier un plongeon sur sa droite aux dépens de Ryan Callahan en deuxième période - a obtenu la troisième étoile de la rencontre...

- La deuxième est allée à Dan Girardi...

- Les Devils ont cadré 36 tirs en plus d'en ajouter 19 qui ont été bloqués et 10 qui ont raté la cible. Ces 65 tirs décochés confirment la nette domination des Devils alors que les Rangers ont répliqué à 32 : 22 tirs cadrés, 6 bloqués et 4 qui ont raté la cible...

- Le défenseur Stu Bickel a été laissé de côté dans le camp des Rangers à la faveur de Steve Eminger. «Ce n'est certainement pas une réprimande à l'endroit de Stu qui nous donne ce qu'on attend de lui. Mais nous avions besoin de plus de vitesse à la ligne bleue pour sortir la rondelle et c'est ce qui a motivé notre décision. Rien n'est décidé en vue du quatrième match», a indiqué John Tortorella.

- Bien que les Devils aient annoncé une salle comble - il n'y avait effectivement plus de billets disponibles aux guichets - plusieurs centaines de sièges étaient inoccupés au Prudential Center hier. Sans commentaires...