Le hockey nous fait vibrer, ses vedettes nous font rêver, mais il n'y a pas toujours de quoi être fier... surtout quand on s'attarde aux chandails que les joueurs portent! Si certains sont de vraies oeuvres d'art, d'autres auraient mérité de ne jamais être inventés. En voici quatre qui sont passés à l'histoire pour les mauvaises raisons.

François Parenteau LA PRESSE

Canadien de Montréal

En 1912-1913, le Canadien porte pour une seule saison son illustre «chandail de barbier» qui a tant fait jaser durant les célébrations du centenaire. Le Tricolore voulait-il rendre hommage à Ménick, célèbre barbier des sportifs montréalais, avant son temps? À moins que l'idée était d'endormir ses adversaires... En 2008, Alex Kovalev déclare en blague: «Si on me le donne, je vais coucher avec!» La ressemblance avec un pyjama était frappante à ses yeux.

* * *

Seals d'Oakland

Les Seals d'Oakland (devenus les Golden Seals de la Californie) disputent seulement neuf saisons dans la LNH, de 1967 à 1976, mais ils trouvent quand même le moyen d'arborer l'un des pires uniformes de l'histoire de la LNH. Admirez cette création composée de turquoise et de jaune... Aucune saison gagnante durant leur existence: ont-ils été punis pour leur mauvais goût?

* * *

Photo: Temple de la renommée du hockey

Len Frig

Canucks de Vancouver

Au fil des ans, les Canucks adoptent des looks variés et n'ont pas peur du changement. Vous l'aurez deviné, ce n'est pas toujours un succès. Par exemple, ce chandail porté à la fin des années 70 et au début des années 80, avec le col en V. V pour Vancouver, mais sans doute pas pour victoire. Excepté une participation en finale de la Coupe Stanley contre les Islanders de New York en 1982, les succès sont plutôt rares à Vancouver durant cette période.

* * *

Photo: Bob Mummery

Garth Butcher

Kings de Los Angeles

C'est à se demander si une chaîne de restauration rapide bien connue a commandité les Kings en 1995-1996 pour créer ce troisième maillot. Même Wayne Gretzky a eu la «chance» de le porter avant d'être échangé à St. Louis.

* * *

Photo: Temple de la renommée du hockey

Steven Finn

Mighty Ducks d'Anaheim

Aussi en 1995-1996, les Mighty Ducks présentent un troisième chandail: un canard déchaîné, habillé en gardien de but, qui fracasse la glace. Parfait pour attirer l'attention des jeunes fascinés par les films de Disney, mais à part ça...