Deux revers difficiles à avaler dans les 72 heures précédentes, l'arrivée en ville de l'équipe de tête dans l'Association Est, deux soldats qui tombent au combat en cours de rencontre... Dans les circonstances, la victoire du Canadien aux dépens des Rangers de New York représente tout un accomplissement.

Mis à jour le 16 janv. 2012
Marc Antoine Godin LA PRESSE

Et il ne faut pas se surprendre que ce soit encore le trio de David Desharnais qui ait pris les choses en main.

«On sait qu'on est capables de battre les grosses équipes, a insisté Desharnais, auteur d'un but et deux mentions d'aide. On l'a fait aussi l'an dernier avec sensiblement le même groupe de joueurs.

«Si l'on joue comme ce soir, on va participer aux séries, c'est sûr.»

Mais la clé sera de bâtir quelque chose de concret et d'un tantinet durable à partir de cette belle performance.

«On a connu des matchs comme celui-ci plus tôt cette saison, mais c'est toujours le match suivant qui est l'enjeu, a précisé Desharnais. Il faut qu'on puisse continuer sur cette lancée. C'est le fun ce soir, mais si en perd deux par la suite, ça ne voudra rien dire.»

Sur la même longueur d'onde

Selon Erik Cole, le secret de la production de son trio résidait dans la simplicité.

«On n'a vraiment pas fait de dentelle, on a envoyé la rondelle dans le fond de la zone et on s'est assuré d'avoir une bonne présence au filet, a dit Cole. Ce match-là fait du bien après les précédents qui nous ont frustrés par manque de résultats.»

Randy Cunneyworth avait pris la décision de n'employer que trois trios et neuf attaquants en deuxième période, en clouant Lars Eller et Andrei Kostitsyn. Mais c'est devenu une nécessité dans le dernier tiers après qu'il eut perdu Travis Moen et Tomas Plekanec.

«Ça n'a pas été un problème puisque tout le monde était sur la même longueur d'onde, a invoqué Max Pacioretty. Quand nos attaquants exercent un bon échec-avant et qu'ils se replient aussi pour venir aux défenseurs, on est capable de battre n'importe quelle équipe.»

Subban et Del Zotto: anti-histoire

Un incident s'est produit en deuxième après le but de Desharnais.

Selon ce que suggère une vidéo circulant sur YouTube, P. K. Subban aurait craché au visage de Michael Del Zotto des Rangers. Or, ni Subban ni Del Zotto n'avaient souvenir de cet incident, pas plus que l'entraîneur John Tortorella.

Il n'y aura vraisemblablement pas de suite à cela.