Le Lokomotiv de Yaroslav n'est plus. Mercredi après-midi, 36 joueurs et membres du personnel de cette équipe russe de la Ligue continentale de hockey (KHL) ont perdu la vie lors de l'écrasement de leur avion quelques secondes après le décollage. Un seul hockeyeur a survécu, ainsi que l'un des huit membres de l'équipage. Le monde du hockey russe et mondial n'avait jamais connu pareille tragédie.

Mis à jour le 8 sept. 2011
Frédérick Lavoie, collaboration spéciale LA PRESSE



Parmi les victimes se trouve l'entraîneur canadien Brad McCrimmon, 52 ans, défenseur de différentes équipes de la LNH durant 18 saisons entre 1979 et 1997. Ce soir, il devait diriger pour la première fois le Lokomotiv, qui aurait entamé sa saison en affrontant le Dynamo de Minsk, dans la capitale de la Biélorussie. McCrimmon avait été embauché en mai dernier par la formation de Yaroslav (280 km au nord-est de Moscou) après plusieurs saisons à titre d'entraîneur adjoint dans la LNH, notamment avec les Red Wings de Detroit et les Thrashers d'Atlanta.

> La tragédie en photos

Dix autres étrangers font partie des victimes, dont le capitaine de l'équipe nationale slovaque et ancien des Canucks de Vancouver, Pavol Demitra, et le Tchèque Josef Vasicek (Caroline, Nashville, Islanders de New York). Parmi les autres anciens de la LNH, on retrouve le Letton Karlis Skrastins (Nashville, Colorado, Floride, Dallas), le Biélorusse Rouslan Salei (Anaheim, Floride, Colorado, Detroit) et le Tchèque Karel Rachunek (Ottawa, Rangers de New York et New Jersey).



Photo: AP

L'entraîneur-chef du Lokomotiv, le Canadien Brad McCrimmon.

> Réagissez sur le blogue de Philippe Cantin

Le Russe Gennady Churilov et le Biélorusse Sergey Ostapchuk, aussi tués dans l'écrasement, avaient pour leur part entamé leur carrière dans la LHJMQ, respectivement avec les Remparts de Québec (2004-05) et les Huskies de Rouyn-Noranda (2008-2010).

L'attaquant Alexander Galimov, membre de l'équipe nationale russe, est l'un des deux seuls survivants de l'écrasement. Il a subi des brûlures sur 80% de son corps et se trouvait mercredi soir entre la vie et la mort, tout comme l'agent de bord rescapé.

Mercredi soir, les causes de l'écrasement du triréacteur Yak-42 étaient toujours inconnues. L'agence russe de l'aviation civile, Rosaviatsia, privilégie pour l'instant deux hypothèses, soit celles d'une défaillance technique et d'une erreur de pilotage. L'une des deux expliquerait, selon eux, pourquoi l'appareil n'a pas réussi à prendre assez d'altitude au décollage pour éviter l'antenne de la tour de télécommunication aéroportuaire qu'il aurait heurtée avec son aile gauche. À l'arrivée des secours, le nez de l'appareil en flammes flottait dans le fleuve Volga, à quelques centaines de mètres à peine de la piste de décollage.

Photo: AP

Pavol Demitra, qui a connu une brillante carrière dans la LNH de 1993 à 2010, est décédé dans la tragédie.

Dur coup pour la KHL

Au moment de l'accident, le premier match de la quatrième saison de la KHL venait à peine de débuter à Oufa, deux fuseaux horaires plus à l'est. Le président de la ligue, Alexander Medvedev, a subitement interrompu le match dans les dernières minutes de la première période, et annoncé le report du début de la saison jusqu'à une date indéterminée.

L'an dernier, le Lokomotiv de Yaroslavl avait terminé au troisième rang des séries éliminatoires. L'équipe fondée en 1959 avait été sacrée trois fois championne de Russie au cours des dernières années, en 1997, 2002 et 2003. Cette saison, elle comptait parmi les favorites pour remporter la Coupe Gagarine.

Le président de la Fédération russe de hockey, Vladislav Tretiak, a indiqué qu'après le deuil, il faudrait «tout mettre en place pour assurer la renaissance de l'équipe», en faisant notamment appel à des joueurs d'autres formations ainsi qu'à ceux du club-école du Lokomotiv. Il a également souligné que l'équipe nationale russe serait elle aussi handicapée par cette tragédie, plusieurs joueurs de Yaroslavl en faisant partie.

Associated Press

Des policiers et secouristes s'affairent autour du site de la tragédie à Tunoshna, un pittoresque village sur les berges de la Volga.

La tragédie donne aussi un coup dur à la jeune KHL et à ses ambitions internationales. À sa quatrième année d'existence, la ligue a connu des hauts et des bas. Elle a notamment été frappée par la crise économique de 2008, qui l'a obligée à sabrer dans les salaires élevés de certains joueurs étrangers censés donner du prestige au circuit. La ligue a tout de même réussi à poursuivre son expansion européenne cette année, ajoutant à ses rangs une 24e équipe, le Lev de Poprav, en Slovaquie.

Depuis ses débuts, la KHL attire surtout des joueurs de la LNH en fin de carrière, comme Jaromir Jagr, ou des Russes n'ayant pas trouvé de place pour la saison en Amérique du Nord, comme Alex Kovalev. Après cette tragédie, qui met en relief les problèmes de sécurité aérienne en Russie, plusieurs joueurs pourraient y penser à deux fois avant de faire le saut dans la KHL.

Photo: Reuters

Les Tchèques Josef Vasicek, Jan Marek et Karel Rachunek ont péri dans l'écrasement.