Les bosses et les ecchymoses font partie de la réalité des joueurs à ce stade-ci des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Publié le 24 mai 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Cependant, les joueurs des Sharks de San Jose et des Canucks de Vancouver ne vous révèleront jamais la gravité de leurs blessures tandis qu'ils se préparent au cinquième match de la finale de l'Ouest, mardi.

Les joueurs des deux clubs ont continué de minimiser le rôle de la douleur après leur entraînement matinal respectif, le capitaine des Sharks Joe Thornton étant le meilleur exemple de cette réalité. Thornton a effectué un retour au jeu pour les Sharks après avoir été contraint de quitter le match no 4 en raison d'une mystérieuse blessure, et il a refusé de donner des détails sur la nature de celle-ci.

«Peu importe ce que c'est, ça va mieux aujourd'hui, a dit Thornton après la séance d'entraînement. C'est tout ce qui compte.»

Il a quitté le match de dimanche soir à San Jose en troisième période, après avoir été mis en échec contre la rampe par Raffi Torres. L'attaquant de 30 ans a ajouté qu'il n'avait jamais douté qu'il disputerait le match suivant.

«Je suis certain que je souffre de quelques blessures, mais ce n'est pas l'une d'elles, a confié Thornton, qui menait les marqueurs des Sharks avant le match de mardi. Je vais bien.»

L'entraîneur-chef des Sharks Todd McLellan a aussi minimisé la blessure de Thornton, tandis que ses coéquipiers saluaient sa détermination.

«C'est énorme, a mentionné le joueur de centre recrue Logan Couture. C'est notre meneur. Il a le «C» sur son chandail. C'est un guerrier et il joue en dépit des obstacles. C'est donc bien de le voir revenir (au jeu). C'est l'un des meilleurs joueurs sur la patinoire.»

«Personne ne sait jusqu'à quel point il est blessé, a ajouté le défenseur Dan Boyle. C'est le genre de joueur qu'on aime avoir dans notre entourage.»

Boyle a poursuivi en expliquant que la blessure de Thornton avait fait ombrage à celles des autres joueurs, et que de combattre la douleur faisait partie du quotidien des joueurs à ce stade-ci de l'année.

Mais ça en prend beaucoup pour empêcher un joueur de participer aux séries éliminatoires.

«C'est «marche ou crève» quand tu te retrouves dans cette position, a dit Boyle. De toute évidence, beaucoup de joueurs veulent participer aux séries. On a beaucoup de substituts. Parfois, vous optez pour des gars qui vous ont permis de vous rendre ici, même s'ils ne sont pas à 100 pour cent. C'est comme ça que ça fonctionne. Les gars ne voudront pas rater cette opportunité, à moins qu'ils en soient obligés.»

Le capitaine des Canucks Henrik Sedin, qui a fait l'objet de spéculations entourant une possible blessure, a déclaré que les joueurs des deux équipes faisaient de leur mieux pour composer avec la douleur.

Combien de joueurs jouent en dépit de blessures sérieuses?

«Je l'ignore, a assuré Sedin avec un rictus au visage. Je suis certain qu'ils ne vous le diront pas. C'est un jeu de devinettes.»