«Il y a une chose primordiale dans le hockey, c'est la manière de réagir après un but. Que cela soit un but pour ou un but contre, comme cela a été le cas ce soir, les joueurs mandatés sur la patinoire doivent s'assurer que l'adversaire ne marque pas», a déclaré Craig Ramsay en faisant allusion aux deux buts inscrits en 11 secondes par le Canadien.

Mis à jour le 30 mars 2011
Pierre Ladouceur LA PRESSE

Pour l'occasion, Ramsay avait fait appel aux Mark Stuart, Alexander Burmistrov, Chris Thorburn, Johnny Oduya et Eric Boulton. Et, battus à la rondelle par Scott Gomez derrière le filet d'Ondrej Pavelec, le groupe a laissé libre accès à l'enclave à Mathieu Darche.

«Dans une telle circonstance, je ne voulais pas nécessairement qu'on marque un but. Je souhaitais seulement refroidir les ardeurs de l'adversaire avec une présence efficace», a ajouté Ramsay.

Sur les deux buts du Canadien, les hommes de Jacques Martin ont été présents dans l'enclave. D'ailleurs, sur le premier but, outre le marqueur Roman Hamrlik, Michael Cammalleri, Jeff Halpern et Tomas Plekanec étaient tous au rendez-vous.

«Notre travail autour de notre filet représente certes une lacune qu'il faudra améliorer. Par contre, outre ces deux jeux, j'estime qu'on a bien travaillé», a ajouté Ramsay dont l'équipe accuse un retard neuf points sur les détenteurs de la huitième place, les Sabres de Buffalo.

«Les Sabres ont perdu ce soir. La porte est toujours ouverte. Mais on ne peut pas penser aux autres équipes. Il faut se concentrer sur notre prochain adversaire, les Flyers de Philadelphie», a admis Ramsay.

Les Thrashers, qui se sont présentés au Centre Bell avec une fiche de 6-3-1 à leurs 10 matches précédents, pensaient bien avoir une chance de tirer les marrons du feu en troisième période.

«Après notre but, j'étais convaincu qu'on allait égaler la marque. On a eu des chances, mais leur gardien a fait les arrêts importants. On devait tout de même profiter de notre jeu en avantage numérique en fin de match», a avoué Ramsay.

«Les joueurs du Canadien ont bloqué les lignes de tir et on n'a pas été en mesure de placer des rondelles au filet. Pourtant, on avait parlé de la nécessité de profiter des rebonds sur les bandes pour éviter de lancer sur les joueurs en défense», a expliqué Ramsay.

«Mais on a fourni un bon effort jusqu'à la toute fin. Et, encore une fois, on a accordé un but dans un filet désert. On doit mener la LNH dans ce domaine», a conclu Ramsay dont l'équipe mène effectivement la LNH avec ses 14 buts accordés dans un filet désert!