Après la victoire surprise du Canadien aux dépens du Lightning de Tampa Bay, on se doutait bien que le réservoir serait vide pour ce deuxième match en deux soirs. Les joueurs du Canadien méritaient les éloges qu'ils ont reçu après ce gain parce qu'ils ont tiré le maximum de la situation. Mais le scénario redouté au Centre Bell s'est matérialisé au Madison Square Garden face aux Rangers de New York. Cette fois-ci, Carey Price n'a pas été en mesure de fausser la donne. Price a été battu cinq fois sur 12 tirs. Les failles de certains de ses coéquipiers ont alors été étalées au grand jour. Outre les erreurs d'inexpérience, il faut parler du facteur fatigue pour des vétérans, surtout Roman Hamrlik qui avait joué 29:26 minutes la veille. Scott Gomez (22 minutes) contre Tampa a également manqué d'énergie.

Publié le 18 mars 2011
Pierre Ladouceur LA PRESSE

Le jeu de pointe

Avant la débandade dans les dernières minutes de la première période, tout se passait au niveau des joueurs de pointe. Tout d'abord, Yannick Weber a manqué de patience et son lancer a été bloqué par Artem Anisimov qui a filé en échappé pour ouvrir la marque. Le Canadien a égalé la marque lorsque David Desharnais a gagné une bataille pour la rondelle contre Bryan McCabe derrière la ligne des buts. Cela lui a permis de remettre la rondelle à PK Subban qui a pu marquer grâce à sa grande patience. Il a attendu de trouver une ligne de tir et il a attendu la présence des Benoit Pouliot et Ryan White devant le filet d'Henrik Lundqvist. Mais Dan Girardi a également été patient à la pointe pour les Rangers et il a redonné l'avance aux siens en se servant d'Hamrlik comme écran.

La débandade

Les Rangers ont pris une option sur la victoire en 67 secondes lorsque Ryan Callahan, Marian Gaborik et Brian Boyle ont marqué pour chasser Price du match. Cette séquence a commencé lorsque Brandon Dubinsky a battu Gomez en fond de territoire pour amener l'attaque au filet à la faveur de Callahan. Puis, il y a eu le revirement de Weber dans l'enclave au grand plaisir de Gaborik. Finalement, Hamrlik qui a pris une mauvaise punition en zone offensive en début de période, s'est fait prendre en zone offensive ce qui a valu une descente à trois contre un des Rangers. Hamrlik ainsi que les trois avants (Lars Eller, Andrei Kostitsyn et Michael Cammalleri) ont laissé James Wisniewski seul avec Price.

Sauvons la face

Au terme de la première période, il était surtout important que le Canadien referme son jeu pour éviter de subir une raclée gênante. Et, les hommes de Jacques Martin ont réussi à gagner la période médiane en marquant le seul but de cet engagement. Encore une fois, c'est un jeu d'un pointeur, Wisniewski, qui a valu ce but. Le jeu a eu sa source avec Gomez qui a gagné sa mise en jeu en zone offensive face à Dubinsky. Puis, en troisième période, on a encore eu droit à un beau jeu d'un pointeur, Wisniewski qui a valu un but pour Gionta. Le Canadien entretenait alors un mince espoir, mais Benoit Pouliot a été chassé pour sa charge au filet et les Rangers en ont profité pour confirmer leur victoire.

* * *

Le jeu du match: Brandon Dubinsky

Avec une égalité de 1-1, il a gagné sa bataille en coin de patinoire face à Scott Gomez pour se pointer au filet et préparer le but de Ryan Callahan, donnant l'avance en permanence aux siens.

Le héros du match: Dan Girardi

Avec un but et une passe, cet arrire s'est impliqué dans l'attaque pour terminer avec une fiche de +2. De plus, il a obtenu quatre mises en échec et bloqué trois tirs.

Le chiffre du match: 67

Les Rangers ont en effet eu besoin de 67 secondes en fin de première période pour marquer trois fois et s'assurer ainsi de la victoire.