Maxim Lapierre a doublé sa production de buts cette saison avec ses deux filets aux dépens des Flyers. Fort de ses six tirs cadrés et d'un autre qui a frappé le poteau en deuxième période, Lapierre aurait pu réaliser son deuxième tour du chapeau en carrière avec un peu de chance. Mais le poids de la défaite a écrasé toute forme de célébrations de la part de l'attaquant québécois.

François Gagnon LA PRESSE

«Ces deux buts ne comptent pas du tout en raison du résultat du match. Ça n'a pas de bon sens de perdre une partie après s'être donné une avance de 2-0. Et pour être bien honnête, je crois vraiment que le gardien aurait du faire les arrêts sur ces deux buts», a commenté Lapierre avec une moue d'insatisfaction accrochée au visage.

Après avoir commenté la performance décevante des 18 patineurs de l'équipe, Michael Cammalleri a levé les yeux vers Carey Price qui répondait aux questions des journalistes de l'autre côté du vestiaire. «Il aurait toutes les raisons au monde d'être en colère contre nous», a lancé l'ailier gauche.

«Je ne suis pas en colère, a indiqué Price lorsqu'on lui a fait mention de la remarque de Cammalleri. Mais je suis déçu du résultat de ce match. Nous avions une victoire à portée de mains et on l'a laissé filer. Les Flyers forment une bonne équipe et nous avions la chance de les battre pour une deuxième fois. On l'a ratée», a mentionné Price.

Le gardien a donné la frousse à ses coéquipiers et à l'état-major de l'équipe lorsqu'il a été atteint à la gorge par une rondelle. Un incident qui a permis de relever une autre fois l'absence d'un protecteur supplémentaire sous le masque du gardien.

«J'ai été atteint solidement, mais j'ai évité le pire. Tout est normal. Je suis bien conscient du risque supplémentaire que je cours, mais j'ai de la difficulté à composer avec cette pièce. Elle bouge tout le temps et me dérange plus qu'autre chose. Je n'ai qu'à garder mon menton bien appuyé sur ma poitrine.»

Pointé du doigt pour ne pas dire menacé par le capitaine des Flyers, Mike Richards, après la victoire de mardi dernier au Centre Bell, P.K. Subban n'a pas eu à se défendre de la soirée.

«Tout ça a été monté en épingle au cours des derniers jours. C'était un match important et les Flyers l'ont démontré en revenant de l'arrière avec force pour se sauver avec la victoire. Pour le reste, le hockey demeure le hockey. Il se dit et se fait des choses sur la patinoire qui sont propres à ce sport. Mais ce n'est rien de bien grave. C'est décevant d'avoir perdu ce soir, mais il faudra tirer des leçons de ce revers», a plaidé Subban.

Non seulement le jeune défenseur a-t-il été laissé tranquille par les Flyers, mais c'est lui qui s'est imposé physiquement en assénant une solide mise en échec qui a obligé Claude Giroux à retraiter au vestiaire.

«Ce n'est rien de sérieux et je serai du prochain match. C'était aussi un coup tout à fait légal. Je n'ai pas de reproche à lui adresser. Je suis surtout soulagé par la victoire et aussi par le fait que j'ai pu racheter ma belle chance ratée en fin de deuxième. Après avoir laissé le Canadien prendre les devants 2-0 en première, on voulait vraiment revenir pour donner la chance à Brian (Boucher) de gagner», a indiqué Claude Giroux qui affiche 12 buts déjà cette saison.

Avec les deux passes récoltées par Benoit Pouliot aux dépens des Flyers, 10 joueurs du Canadien affichent maintenant plus de passes que Scott Gomez qui n'en revendique que quatre en 21 matchs cette saison.