Même s'il n'a pas entendu les propos de Mike Richards, le capitaine des Flyers de Philadelphie, P.K. Subban constate que son comportement durant le match de mardi a soulevé l'ire de ses adversaires.

Mis à jour le 17 nov. 2010
Marc Antoine Godin LA PRESSE

Mais le défenseur recrue du Canadien n'a pas l'intention de se laisser intimider par les commentaires de Richards, qui juge que Subban ne s'est pas encore mérité le respect des hockeyeurs de la LNH.

Et il n'a pas l'intention de s'excuser non plus.

«Je suis un gars confiant en mes moyens, mais je ne suis pas le seul dans la ligue à avoir cette confiance, a-t-il plaidé. Peut-être que ça en dérange certains parce que je suis un jeune joueur, mais je ne peux pas me soucier de ce que disent les autres.

«En autant que mes entraîneurs et mes coéquipiers sont heureux de moi, je dois seulement continuer et m'efforcer de m'améliorer.»

Visiblement irrité par le jeu de Subban dans la victoire de 3-0 du Tricolore, mardi, Richards a dit espérer que quelqu'un chez le Canadien allait corriger la situation et remettre Subban sur le droit chemin.

Les coéquipiers de Subban, on le devine bien, n'avaient que faire de cette recommandation.

«C'est son style de jeu et il n'y a rien que l'on puisse lui dire», a répondu le vétéran Hal Gill en haussant les épaules.

«Quand il est sur la patinoire, il doit jouer de la façon dont il se sent confortable. Mais d'après ce que je peux voir, il joue bien lorsqu'il est à ce niveau-là.»

Quant à l'entraîneur Jacques Martin, qui est soucieux de voir l'attention de ses hommes dévier du match de jeudi face aux Predators, il a indiqué que les propos de Mike Richards lui importaient peu.

«Un joueur fait ce qu'il a à faire pour essayer de gagner, a noté Martin Est-ce que Sidney Crosby dérange certains joueurs? Probablement. Mais il joue à fond de train et c'est ce qui le rend excellent. C'est la même chose dans le cas de Mike Richards.

«Les bons joueurs sont des gars qui sont souvent très proches des limites de la légalité. L'important c'est d'être capable de contrôler ses émotions.»

Question de respect

Le capitaine des Flyers estime que Subban ne s'y prend pas de la bonne manière pour obtenir le respect de ses pairs. Mais de quelle façon un joueur obtient-il le respect dans la ligue?

«Je n'en ai aucune idée, a répondu Subban du tac-au-tac. Chose certaine, je ne joue pas avec l'intention de blesser qui que ce soit, je ne fais que jouer mon match.

«Et je ne comprends pas à quoi les gens font référence lorsqu'ils disent que de ma personnalité pourrait entrer en ligne de cause. Je ne vois pas quel lien il peut y avoir entre ma personnalité et ce que je fais sur une patinoire.

«On peut parler tant qu'on veut, mais il faut d'abord et avant tout jouer.»

Subban réalise que son style ne laisse personne indifférent, mais il est convaincu d'une chose: le racisme n'est pas en cause dans les tensions qui l'impliquent sur la patinoire.

«On joue au hockey, c'est le sport qu'on aime, et il n'y a rien de tout cela qui se passe sur la glace, assure-t-il. Il y a bien des choses qui se disent sur une patinoire, mais rien du genre.»

Mais de là à donner le verbatim de tout ce qui s'est dit entre Richards et lui durant la rencontre, il y a un pas que Subban n'a pas voulu franchir.

«Ce qui se passe au banc des punitions reste au banc des punitions», a-t-il répondu.

Congé pour Halpern et Gorges

En marge de cette petite tempête Richards-Subban, le Tricolore a tenu un léger entraînement à Brossard. Deux éclopés du match de mardi manquaient à l'appel.

Jeff Halpern a quitté le match en troisième période à la suite d'un plaquage par derrière de Darroll Powe en début de troisième période.

Même s'il semblait sonné après ce coup en apparence illégal, Jacques Martin assure qu'il n'a pas subi de commotion cérébrale et qu'il sera en mesure de retrouver ses coéquipiers.

Même chose du côté de Josh Gorges, qui a également été la cible de Powe en début de match et qui a aussi pris congé afin de subir des traitements. Sa présence face aux Predators de Nashville n'est pas compromise.

La ligue a fait savoir que l'attaquant des Flyers ne serait pas sanctionné pour le coup à l'endroit de Halpern, qui avait pourtant les critères d'un coup par derrière asséné dans l'angle mort.

«C'est le rôle de Powe de frapper comme ça, mais on n'a pas apprécié que les coups soient proches de la tête, a expliqué Maxim Lapierre. C'est pour ça que je l'ai invité à se battre.

«C'était le bon moment, j'étais à côté de lui à mise au jeu et ça faisait deux sévères mises en échec qu'il donnait. Le but était simplement de montrer que l'on était présent.

«La table est mise depuis longtemps contre les Flyers et ça ne date pas du match d'hier, a ajouté Lapierre. Ce sera un autre bon défi lorsqu'on va aller à Philadelphie.»

«Ce sera un bon match lorsqu'on va retrouver les Flyers, a renchéri Hal Gill. Ça va être animé et ça va donner du bon hockey.»

Si les joueurs du CH ont déjà l'affrontement de lundi en tête, voilà une excellente nouvelle pour les Predators de Nashville, qui seront au Centre Bell jeudi soir.