Mon collègue Marc Antoine Godin s'est assis avec l'analyste de RDS, Benoît Brunet, ce week-end à Québec, pour sonder ses états d'âme. Cet entretien a été publié hier dans nos pages.

Publié le 5 oct. 2010
Mathias Brunet LA PRESSE

Brunet croule sous les critiques depuis son entrée en poste il y a deux ans, mais il semble arriver à garder un équilibre dans la tourmente. Tant mieux pour lui. Il faut être solide dans les circonstances et, à cet égard, Benoît Brunet, l'homme, a tout mon respect. C'est un compagnon de travail agréable qui gagne à être connu dans l'intimité.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet

J'éprouvais aussi beaucoup d'admiration pour le joueur. Brunet n'avait pas le talent d'un Vincent Damphousse, mais c'était un joueur intelligent sur la glace et surtout très tenace. Il faut en effet beaucoup de ténacité pour vivre toutes les périodes de réhabilitations auxquelles il a eu à se soumettre à la suite de ses nombreuses blessures.

J'aime moins Benoît Brunet l'analyste. Benoît indique dans l'interview que son prédécesseur, Yvon Pedneault, a subi le même sort et que son successeur aura probablement à essuyer de nombreuses critiques parce que l'analyste de RDS est surexposé en raison de l'hégémonie du Réseau des sports.

C'est partiellement vrai. La plupart des critiques à son égard sont cependant méritées. Je ne parle pas des débordements et de commentaires gratuits et personnels mais des critiques constructives.

Le français de Benoît Brunet est médiocre. Ses analyses sont souvent trop simplistes. Brunet connaît son sport, mais il n'arrive pas à transposer ses connaissances au micro, de sorte qu'il nous débite trop souvent une série de clichés.

Il pourrait mieux connaître les joueurs de la LNH, surtout ceux de l'Association de l'Ouest, tout comme les espoirs. Le voir saliver quand des joueurs jettent les gants m'horripile, tout comme sa propension à minimiser les coups déloyaux. Il incarne en ce sens la vieille garde du hockey, ce qui ne correspond pas du tout à ma vision de ce sport.

Malheureusement, je dois syntoniser une autre station quand je le peux parce qu'il ne rend pas mon écoute agréable.