Pendant qu'un Alexander Ovechkin repentant assumait, ce matin, à Washington, l'entière responsabilité de l'élimination de son équipe aux mains du Canadien, le Tricolore concoctait un plan pour amorcer sa série face aux Penguins du bon pied.

François Gagnon LA PRESSE

Les deux équipes se croisent au Mellon Arena à 19h ce soir.

«Pour causer une surprise en éliminant Washington, le Canadien a d'abord surpris les Capitals en remportant le premier match. Ils tenteront la même chose ce soir et nous devrons être prêts à faire face à ce défi», assurait Pascal Dupuis après l'entraînement de son équipe.

Auteur du but qui a permis aux Penguins d'éliminer les Sénateurs en six matchs lors de la première ronde, Dupuis assure que le congé de près d'une semaine ne nuira pas à son équipe.

«C'est sûr que Montréal est sur une lancée. De notre côté, les deux journées complètes de congé ont fait du bien. Mais les entrainements ont été intenses le reste de la semaine et nous sommes prêts. Il faudra juste s'assurer de l'être autant sur le plan mental que physique. Il faudra bien amorcer le match parce que le Canadien a toujours bien amorcé ses parties contre Washington», a ajouté Dupuis qui est retombé de son nuage après le but décisif marqué samedi dernier.

«C'était mon premier but en prolongation en séries. Quelle sensation incroyable. Je suis tombé en décochant mon tir. Je n'ai donc pas vu la rondelle entrer. Le tir était haut. Comme je n'ai rien entendu, je me suis dit que la rondelle avait frappé le filet protecteur. Puis, j'ai entendu la foule maugréer. Quand j'ai levé les yeux, les gars fonçaient sur moi. J'ai juste eu le temps de me protéger et j'étais enseveli. J'étais bien content, mais après deux jours à la maison, avec les enfants, j'ai pu mettre ça de côté. C'est une nouvelle série qui commence ce soir. Ce qu'on a fait ne tient plus.»

Série déterminante pour Fleury

Après quelques matchs difficiles face aux Sénateurs, le gardien Marc-André Fleury assure qu'il est fait prêt à faire face au Canadien contre qui il a connu sa part d'ennuis.

«J'ai quand même trois victoires en quatre matchs cette année contre eux. Je crois que c'est correct. Non?», a plaidé Fleury.

«C'est vrai que mes chiffres contre Montréal ne sont pas aussi forts que je le voudrais - 9 victoires, 6 défaites, 1 revers en prolongation, 3,46 de moyenne et une efficacité de 88,6 % - mais j'essaie de ne pas m'attarder à ça. On a une grosse série devant nous. Ils ont prouvé leur talent en sortant Washington. Nous avons eu plus de difficulté qu'on l'anticipait contre Ottawa. Tout ça est très bon, car ça nous assurera de ne rien tenir pour acquis», a poursuivi le gardien québécois.

Héros de la première ronde chez le Canadien, Jaroslav Halak sera bien sûr le vis-à-vis de Fleury ce soir.

Chacun leur tour, les entraineurs Dan Bylsma, des Penguins, et Jacques Martin, du Canadien, se sont assurés d'endiguer toute source de motivation qui pourrait déborder dans le vestiaire de l'autre équipe.

«Nous avons apporté plusieurs changements à notre système afin qu'il soit en mesure de contrer le talent et les forces du Canadien. Avec ce qu'ils ont accompli en première ronde, nous devons nous ajuster à eux. Et non le contraire», a lancé le plus sérieusement du monde l'entraîneur-chef des Penguins.

Vous n'êtes pas obligés de le croire...

«Notre but est de contrôler la rondelle plus que nous l'avons fait en première ronde contre Washington. Il faudra passer plus de temps en zone adverse. Cela dit, il n'est pas question d'y aller coup pour coup avec une équipe aussi puissante en attaque. Leur arsenal est trop complet pour courir un risque pareil», a indiqué Jacques Martin.

* * *

Les formations

Aucun changement à la formation du Canadien.

Travis Moen amorcera le match avec Gomez et Gionta. Plekanec sera encadré de ses ailiers habituels, Cammalleri et Andrei Kostitsyn. Dominic Moore pilotera le troisième trio complété par Pouliot et Lapierre alors que Pyatt, Metropolit et Marc-André Bergeron rempliront des rôles de soutien au sein du quatrième trio.

Même s'il a patiné à fond ce matin, Jaroslav Spacek ne sera pas de la formation ce soir. C'est du moins ce qu'a assuré Jacques Martin après l'entraînement de son équipe.

Andrei Markov évoluera donc en compagnie de Ryan O'Byrne. Le duo de l'heure chez le Canadien, Hal Gill-Josh Gorges, sera bien sûr réuni alors que P.K. Subban évoluera à la droite de Roman Hamrlik.

Petite note sur Subban, il monte en grade avec le Canadien. Non seulement est-il toujours avec le grand club en dépit du fait que les Bulldogs viennent d'amorcer leur deuxième ronde éliminatoire, mais il profitait d'un semblant de casier dans le vétuste vestiaire occupé par les clubs visiteurs à l'igloo.

Confiné à une petite chaise pliante en métal, autour de laquelle il devait déposer ses pièces d'équipement, Subban profitait de quelques tablettes derrière lui. Mais il était toujours assis sur une petite chaise de métal.

«Je monte en grade», a-t-il indiqué avec un sourire.

Parce que la direction de l'équipe a imposé le bâillon à Subban avant la rencontre, il a été impossible de lui poser des questions sur le défi que représente un duel avec Sidney Crosby et les champions de la Coupe Stanley. Il sera disponible seulement après le match. Tout comme Jaroslav Halak.

Dans le camp des Penguins, les trios sont les suivants:

Kunitz - Crosby - Guerin

Ponikarovsky - Malkin - Talbot

Cooke - Staal - Dupuis

Rupp - Adams - Fedotenko

Les duos de défenseurs:

Orpik - Gonchar

Eaton - Letang

Goligoski - McKee

C'est drôle, mais dans le vestiaire des champions de la Coupe Stanley, tous les joueurs étaient disponibles. De Sidney Crosby à Marc-André Fleury...

* * *

Des partisans du Canadien ayant voyagé toute la nuit marchaient autour de l'igloo ce matin avec en mains des précieux billets achetés à 200 $ l'unité. «Mais on est en bas près de la patinoire. Ça vaut la peine», a indiqué un jeune homme encore fripé par les 12 heures passées à bord de sa voiture...

* * *

Les Penguins ont installé une grande scène devant leur amphithéâtre. Scène sur laquelle se produisent des groupes musicaux et derrière laquelle on retrouve un écran géant sur lequel sont diffusés les matchs locaux et à l'étranger des Penguins. Dès 11 h ce matin, quelques mordus avaient déjà élu domicile à quelques mètres de la scène. Bien assis sur des chaises pliantes, ils encadraient des glacières remplies de victuailles et de boissons alors que défilaient sur l'écran les faits saillants des six matchs de la série opposant leurs favoris aux Sénateurs d'Ottawa en première ronde. Une chance qu'il fait beau...