Bruce Boudreau se serait bien passé du sixième match qu'il disputera lundi soir au Centre Bell face au Canadien.

François Gagnon LA PRESSE

Surtout qu'après avoir battu le Tricolore à deux reprises à Montréal la semaine dernière, et après les six revers de suite encaissés par le Canadien à domicile en séries éliminatoires, l'entraîneur-chef des Capitals sait très bien que ces séquences prendront fin un jour.

S'avouant un brin anxieux à l'aube de cette partie qui pourrait propulser les deux équipes dans un septième match sans lendemain pour le perdant, Boudreau a affiché un peu d'impatience lorsqu'on lui a demandé si son équipe affichait à l'endroit du Canadien, le respect qu'il méritait.

«Je dis depuis le début que cette équipe est très bonne, qu'elle est rapide et très bien dirigée. Il n'y a personne au sein de mon équipe qui considérait cette série gagnée d'avance. Le Canadien pourrait très bien se rendre à la Coupe Stanley et la gagner s'il n'était pas éliminé en première ronde. Cela démontre clairement le potentiel de cette équipe qui nous donne beaucoup d'ennuis et qui nous en a donné toute l'année», a-t-il tranché.

Changements majeurs

S'il est clair que Jacques Martin reviendra avec la même formation qui lui a permis d'éviter l'élimination vendredi, Bruce Boudreau concoctera des changements susceptibles de l'aider à venir à bout du Tricolore dès ce soir.

«Il y aura des changements. Lesquels? Je jongle encore avec ces décisions», a indiqué Boudreau qui a d'ailleurs eu recours à quatre quatuors d'attaquants pour éviter de dévoiler la composition de ses trios.

Dans le vestiaire des Caps, personne ne savait à quoi s'en tenir.

«Je patinais avec Morrison, Fehr et Chimera ce matin. Il y en a un de trop. Mais je ne sais pas encore qui c'est», a indiqué Bélanger qui sera certainement épargné.

Si Boudreau a tenté de cacher son jeu le plus possible, il semblait que Tomas Fleischman et Brendan Morrison -limités à une passe chacun - seraient les malheureux élus.

Le vétéran Scott Walker et David Steckle pourraient les remplacer.

Il est toutefois acquis que Semyon Varlamov amorcera un quatrième départ consécutif et que Shaone Morrisonn reprendra sa place à la ligne bleue en compagnie de Joe Corvo après une absence de deux rencontres.

Attaque à cinq

Si les Capitals doivent compter sur l'éveil offensif d'Alexander Semin et Mike Green, ils doivent surtout voir leur attaque à cinq redevenir ce qu'elle était en saison régulière.

Avec un petit but en 24 occasions, les Caps présentent une efficacité de 4,2 %. Seuls les Sabres de Buffalo et les Predators de Nashville qui n'ont pas encore marqué font pire que les Capitals qui ont pourtant terminé au tout premier rang en saison régulière avec une efficacité de 25,2 %.

Bruce Boudreau a d'ailleurs travaillé l'attaque massive pendant près d'une demi-heure dimanche.

Ses deux unités (Backstrom-Semin-Knuble avec Ovechkin et Green à la pointe et Bélanger-Fehr-Laich-Poti-Corvo) ont travaillé de longues minutes sans autre opposition que le gardien José Théodore.

«Nous voulions simplement améliorer notre déplacement de la rondelle. Ils (les spécialistes de la défensive du Canadien) font de l'excellent travail pour couper les corridors de passe et mettre de la pression sur Ovie. Il y a un ailier qui ne le lâche jamais. Ça devient donc un genre de quatre contre trois pour les autres. Il faut en tirer profit», a indiqué Éric Bélanger qui renouera avec l'attaque massive.

«J'étais régulièrement employé en jeu de puissance au Minnesota. Mais en arrivant ici, disons qu'il y avait pas mal de gros noms à déplacer. Surtout que tout fonctionnait très bien. Si j'ai la chance de jouer au sein de la deuxième vague demain, j'espère que je vais pouvoir en profiter», a poursuivi Bélanger qui sera du match en dépit des sept dents qu'il a perdues et du palais qu'il s'est fait sectionner lorsque Marc-André Bergeron l'a atteint avec son bâton vendredi.

«J'ai passé l'après-midi chez le dentiste samedi. Il a commencé à réparer tout ça, mais ça va prendre plusieurs autres rendez-vous. J'ai pu manger hier et j'ai bien dormi. J'ai donc pu reprendre des forces et je serai prêt pour le gros match de demain.»