En plus d'entraîner des glissades au classement, chaque défaite du Canadien semble amener son lot de controverse.

François Gagnon LA PRESSE

Après le congédiement de Georges Laraque et le «chamaillage» qui a mis en vedette les Cammalleri, Lapierre, Moen et Metropolit, au lendemain de la défaite de mercredi dernier aux mains des Blues de St.Louis, voilà que la station radiophonique TEAM-990 rapportait mercredi que Carey Price et Andrei Markov se seraient échangés des mots aigres-doux après le revers de 4-3 en prolongation. Il appert que le défenseur, qui avait raté deux occasions en or de donner la victoire aux siens en prolongation en plus de se faire prendre hors position sur le jeu qui a mené au but gagnant, et le gardien, qui n'a pas été fort sur ce but, auraient échangé des blâmes dans la défaite.

Quoi de plus normal après un match affreux au cours duquel le Canadien a effectué une remontée en troisième période pour voler un point?

Quoi de plus normal quand l'équipe encaisse une quatrième défaite de suite?

Loin d'être scandalisé par ces «révélations», Jacques Martin a indiqué qu'il était «heureux» de voir que ses joueurs acceptaient mal la défaite. Il a surtout tenu à souligner qu'ils avaient su répondre avec des victoires contre les Devils, au New Jersey, vendredi, et aux dépens des Rangers, le lendemain, au Centre Bell.