La stratégie du «rope-a-dope» avait fonctionné à merveille pour Mohamed Ali contre George Foreman en 1974, mais les Voltigeurs de Drummondville n'ont pas choisi d'y recourir, vendredi, en demi-finale de la Coupe Memorial MasterCard. Même si leurs réserves d'énergie étaient à presque zéro, Guy Boucher a demandé à ses joueurs d'y aller avec leur recette habituelle, c'est-à-dire en initiant le jeu pour à tout le moins refouler l'adversaire dans sa zone le plus longtemps possible.

Marc Tougas LA PRESSE CANADIENNE

La recette, adoptée durant les deux premières périodes avant que le club drummondvillois ne connaisse une sérieuse baisse de régime à partir de la troisième, a failli fonctionner. Mais ce sont finalement les Spitfires de Windsor qui ont eu le dessus au compte de 3-2, obtenant le dernier mot en prolongation après avoir vu les Voltigeurs combler un déficit de 2-0 en deuxième.

C'est Adam Henrique qui a tranché à 4:31 de la période supplémentaire. Le gardien des Voltigeurs Marco Cousineau venait de faire un arrêt miraculeux aux dépens de Taylor Hall, quelques secondes plus tôt.

Les représentants de l'Ontario avaient pris l'avance en première grâce à une poussée de deux buts en l'espace de 2:15. Les champions du Québec ont ensuite ramené tout le monde à la case départ en deuxième.

Les piles des Voltigeurs sont tombées à plat en troisième, alors que les Spitfires ont dominé 16-2 au chapitre des tirs, mais Cousineau a tenu le fort pour permettre aux siens de se rendre en prolongation pour la troisième fois du tournoi. Les hommes de Boucher se sont inclinés pour la première fois dans ce contexte.

Les Spitfires, les champions de la Ligue de l'Ontario, affronteront donc les Rockets de Kelowna en grande finale de la Coupe Memorial, dimanche, au Colisée de Rimouski.

La dernière fois qu'aucune équipe du circuit Courteau n'a atteint la finale d'une Coupe Memorial disputée sur une patinoire de la LHJMQ, c'était en 1988, à Chicoutimi. Hull et Drummondville avaient alors laissé le chemin libre à Windsor et Medicine Hat.

Yannick Riendeau a connu une soirée d'un but et une aide pour les Voltigeurs. Samson Mahbod a également trouvé le fond du filet.

Hall, un espoir de premier plan en vue du repêchage de 2010, et Ben Shutron ont marqué les autres buts des Spitfires. Ceux-ci avaient éliminé l'Océanic de Rimouski, la veille, dans le match de bris d'égalité.

Cousineau a été solide pour un deuxième match de suite, même si le but de Shutron, le deuxième des Ontariens, lui a filé entre les deux jambières. Il a affronté 47 tirs

Andrew Engelage a fait face à 21 lancers.

Mahbod et Jesse Blacker ont tous deux été blessés et ils ont dû recevoir des soins au vestiaire quand le premier a frappé le deuxième par derrière en deuxième période.

Le match a été disputé devant une foule de 4576 spectateurs au Colisée de Rimouski. Il y avait plusieurs bancs vides. L'Océanic, l'équipe hôtesse du tournoi, avait été éliminée la veille.

Baroud d'honneur

Si cette demi-finale allait être leur dernier match, les joueurs des Voltigeurs n'allaient pas tomber au combat sans un dernier baroud d'honneur. Ils ont amorcé l'affrontement à leur façon habituelle, c'est-à-dire en construisant souvent le jeu et en bourdonnant de façon soutenue en zone adverse. Et ce, malgré leurs réserves d'énergie à la baisse.

Les Spitfires ont malgré tout dominé l'engagement 16-7 au chapitre des tirs et pris les devants 2-0.

Hall a d'abord marqué à 15:47, reprenant le retour d'un tir à l'embouchure du filet. Cousineau n'a eu aucune chance là-dessus. Mais il aurait sans doute aimé se reprendre sur le tir de la ligne bleue de Shutron. Celui-ci lui est passé entre les jambières, à 18:02.

Entêtés, les Voltigeurs ont comblé l'écart en deuxième période.

Mahbod a d'abord profité d'un jeu de Riendeau depuis l'arrière du filet à 1:13. Riendeau a ensuite marqué sur le retour d'un tir à 15:10, lors d'un double avantage numérique. Le cinq contre trois a été le résultat d'une «crampe au cerveau» de Mark Cundari. Celui-ci a dirigé un tir depuis sa zone vers Cousineau, qui a abouti au-dessus de la baie vitrée.

Les Voltigeurs ont connu un plus lent départ en début de troisième. Dale Mitchell s'est échappé, mais Cousineau l'a stoppé de la jambière. Les Spitfires ont passé la majorité de l'engagement en zone adverse, sans succès. Il a donc fallu disputer la prolongation.