Source ID:; App Source:

Seize noms pour gagner son pool

Mats Sundin... (Photo: PC)

Agrandir

Mats Sundin

Photo: PC

Voici une liste de 16 joueurs qui ne sont pas nécessairement les plus connus, les plus talentueux ni les plus populaires de leur équipe respective, mais qui pourraient vous permettre de faire la barbe à vos amis ou collègues de travail dans votre pool des séries. Car c'est souvent lors des dernières rondes du repêchage que tout se joue.

BOBBY RYAN, Anaheim

Lors de leur conquête en 2007, les Ducks étaient construits autour de Scott Niedermayer, Chris Pronger et Jean-Sébastien Giguère. Deux ans plus tard, leur destinée repose plutôt sur un trio d'attaquants. Ryan Getzlaf et Corey Perry sont déjà des joueurs étoiles, mais on connaît un peu moins le jeune Bobby Ryan. Repêché au deuxième rang derrière Sidney Crosby en 2004, Ryan a récolté 57 points en 64 matchs à sa première saison complète. Il a marqué sept buts à ses sept derniers matchs.

MARK RECCHI, Boston

Discrètement, Mark Recchi a totalisé 61 points en 81 matchs cette saison, et le Canadien serait bien avisé de le garder à l'oeil. Non seulement le vétéran de 41 ans a-t-il participé à quatre des cinq buts des siens contre le Tricolore jeudi dernier, il montre une fiche de 117 points en 140 matchs de séries. Les Savard, Krejci, Bergeron et Kessel devraient tous vite trouver preneur dans votre pool, mais c'est le bon vieux Recchi qui pourrait être l'aubaine à Boston.

DAYMOND LANGKOW, Calgary

Daymond Langkow est loin d'avoir connu sa meilleure saison (49 points en 73 matchs), mais il montre tout de même 53 matchs de séries au compteur. En revanche, Michael Cammalleri et Olli Jokinen - qui sont fort probablement des attaquants supérieurs à Langkow - vivront leur toute première expérience en séries.

ANTON BABCHUCK, Caroline

Les gens qui participent à des pools qui exigent un minimum de défenseurs pourraient réussir un bon coup en optant pour Anton Babchuck dans les rondes tardives. L'Ukrainien de 24 ans émerge sur le tard, ayant récolté 35 points en 72 matchs cette saison après en avoir obtenu 26 à ses 96 premiers matchs en carrière. Qui plus est, Babchuck a 11 points à ses 10 derniers matchs.

KRIS VERSTEEG, Chicago

Une verte recrue dans un pool des séries? Pas l'idéal, on en conviendra, mais Versteeg pourrait être une exception. Utilisé à toutes les sauces, Versteeg a également servi la cause des Blackhawks en évoluant au sein de plusieurs trios à sa première saison. Lorsque l'un de ses trios connaissait des ennuis, Joel Quenneville a souvent choisi d'y insérer le jeune Versteeg, qui joue avec une énergie contagieuse, afin de le secouer.

R.J. UMBERGER, Columbus

Celui-là est bien connu par ici... R.J. Umberger a tourmenté le Canadien le printemps passé. Il n'a amassé que 46 points au cours de la dernière saison, mais qui sait si sa carrière ne ressemblera pas à celles de John Druce et Chris Kontos, ordinaires en saison, mais ultra-productifs en séries?

NIKLAS KRONWALL, Detroit

On parle beaucoup de Nicklas Lidstrom et Brian Rafalski - et avec raison -, mais les Wings possèdent un autre défenseur qui risque de s'élever au rang des meilleurs de sa profession. Si vous devez prendre un défenseur et que les grosses pointures ont déjà été repêchées, Kronwall pourrait être une excellente solution de rechange. Il a terminé la saison avec 51 points, dont 22 en supériorité numérique.

SAKU KOIVU, Montréal

Le capitaine du Canadien est évidemment loin de constituer une carte cachée, mais on oublie parfois à quel point il est fiable en séries. Koivu obtient une moyenne de 0,81 point par match en saison régulière et 0,90 en éliminatoires.

JAMIE LANGENBRUNNER, New Jersey

À 33 ans, Langenbrunner vient de connaître sa meilleure saison en carrière avec 29 buts et 69 points. Zach Parise et Patrik Elias obtiennent plus de publicité et seront fort probablement sélectionnés avant lui dans la plupart des pools, mais Langenbrunner doit lui aussi être considéré comme un attaquant de premier plan - encore plus lorsque l'enjeu est à son comble.

SEAN AVERY, Rangers de New York

Les choix sentimentaux sont généralement à proscrire si vous voulez fouler le podium de votre pool... Rarement y aura-t-il eu un joueur plus détestable que Sean Avery dans la LNH, mais cela étant dit, si les Rangers surprennent les Capitals au premier tour, il y a fort à parier que la petite peste y aura été pour beaucoup.

DANIEL BRIÈRE, Philadelphie

Ralenti par une blessure à l'aine pendant une bonne partie de la saison, Brière a connu une campagne décevante, de sorte qu'il pourrait toujours être disponible dans les dernières rondes de votre repêchage. Brière a amassé 11 points à ses 10 derniers matchs cette saison, et 53 en 57 matchs éliminatoires au cours de sa carrière.

CHRIS KUNITZ, Pittsburgh

Depuis qu'il endosse l'uniforme des Penguins, Kunitz a 18 points en 20 matchs. Joueur mésestimé depuis plusieurs années, il est un très bon complément aux Sidney Crosby et Evgeni Malkin et est habituellement à son meilleur dans les moments importants.

ANDY MCDONALD, St.Louis

Keith Tkachuk est allergique aux séries; on ne sait toujours pas si Paul Kariya reviendra au jeu cette saison; le défenseur le plus productif de l'équipe a été Carlo Colaiacovo, avec 28 points; et les Brad Boyes, David Perron, David Backes et Patrik Berglund n'ont jamais participé aux séries. Si vous voulez absolument un joueur des Blues, optez pour McDonald. Il a réussi 36 points en 37 matchs cette année et est le joueur-clé de l'avantage numérique.

JOE PAVELSKI, San Jose

Avec tous les attaquants talentueux que l'on retrouve chez les Sharks, Pavelski n'a pas le temps d'utilisation et l'attention qui devraient lui revenir. Un centre en constante progression, Pavelski patrouille régulièrement la pointe en avantage numérique. Ça ne semble être qu'une question de temps avant que l'Américain ne récolte une moyenne d'un point par match.

MATS SUNDIN, Vancouver

Les frères Sedin ont clairement démontré qu'ils pouvaient constituer le noyau offensif d'une équipe en saison régulière. Reste à transposer ça en séries... Henrik a amassé 20 points en 43 matchs éliminatoires, Daniel 18 en 43. Entendu, les Sedin à 28 ans ne sont pas les Sedin à 22... Sauf que disons que la feuille de route en séries de leur compatriote Mats Sundin est un peu plus reluisante: 74 points en 83 matchs. Et puisque le valeureux Suédois a sûrement les jambes fraîches, n'ayant disputé que 41 matchs cette saison, ses succès en séries pourraient fort bien se poursuivre à Vancouver.

SERGEI FEDOROV, Washington

Évidemment, si vous pouvez mettre la main sur l'un des quatre as des Caps -Ovechkin, Backstrom, Semin ou Green -, n'hésitez pas un instant. Sinon, vous pourriez vous rabattre sur Sergei Fedorov, qui a marqué 168 points en 169 matchs éliminatoires au cours de sa carrière. Voilà une statistique qui étonne autant qu'elle impressionne.

 




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer