Depuis le temps qu'on attend que les meilleurs soient les meilleurs!

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Bob Gainey avait réuni ses trois meilleurs éléments en attaque et ça a payé. Saku Koivu, Alex Kovalev et Alex Tanguay ont été à l'origine de cinq des six buts du Canadien.

«Le trio de Koivu a produit comme on s'y attendait, soutenu Gainey. Ils ont joué comme trois gars qui voulaient jouer ensemble et ils se sont bien échangé la rondelle.»

La majorité des dommages ont été faits en avantage numérique, le Canadien marquant trois buts.

«On n'a pas joué comme on le voulait en première période, mais à partir de la deuxième, on est revenus à la manière qui a donné tant de succès au Canadien l'an dernier, c'est-à-dire en profitant de l'avantage numérique «, a relevé Tanguay.

«L'attaque à cinq est importante, mais elle a souvent fait défaut cette saison. On s'était dit qu'il fallait bouger plus, créer un peu plus d'espace entre les attaquants et cesser de stationner deux gars devant le filet.»

Le trio vedette de la soirée avait évidemment reconnu l'urgence de la situation.

«On pourrait bien dire que ça va prendre quelques matchs avant qu'on trouve notre rythme tous les trois, mais il faut y mettre notre meilleur effort tout de suite. On n'a pas le choix de gagner, sinon la saison va être finie le 15 avril!»

Alex Kovalev tenait sensiblement le même discours. «On n'a pas beaucoup de temps pour créer une chimie, a convenu l'Artiste. On a bien répondu, mais ce n'est qu'un match. Mais c'est un bon début.»

Le quatrième trio s'illustre

Curieusement, les trois dynamos de l'attaque ont joué moins de 15 minutes. En fait, plus que jamais le Tricolore a été l'équipe de quatre trios, celui de Glen Metropolit s'acquittant admirablement bien de ses tâches défensives devant le meilleur trio des Thrashers.

«Glen n'avait pas été bien utilisé jusqu'à ce soir, a reconnu Gainey. Avec Higgins et Dandenault, ils ont formé un trio rapide et face à (Ilya) Kovalchuk et Todd White, ils ont fait le travail demandé.»

Et ils ont même ajouté un but!

Mais on va attendre un peu avant de sortir les clairons, si vous le voulez.

Le Canadien a été dominé au chapitre des lancers pour la 17e fois en 18 matchs. Il n'a pas exactement dominé la rencontre à forces égales, comptant plutôt sur des unités spéciales en pleine forme pour fabriquer cette victoire.

«Notre équipe peut mieux jouer que ce soir, a concédé Gainey. Mais on a fait des améliorations. De manière générale, je nous ai trouvé plus confiants, plus assurés et plus constants.

«On a joué avec beaucoup de concentration.»

Komisarek et Price s'imposent

Deux autres joueurs de qui on attend beaucoup ont semblé se ressaisir.

Mike Komisarek a administré six mises en échec aux Thrashers, ce qu'il n'avait pas fait à l'adversaire depuis le 18 février contre les Penguins de Pittsburgh.

C'était le Komisarek du bon vieux temps.

«Samedi soir, déjà, on sentait qu'il sortait de ce style de jeu figé dans lequel il n'était tout simplement pas à l'aise, a mentionné Gainey.

«J'ai vu beaucoup plus d'intuition dans ses décisions et son jeu avec la rondelle avait de l'autorité, ce qui n'était pas le cas depuis un certain temps.»

Carey Price, sans être sensationnel, a disputé un bon match. Faible sur un but, il s'est cependant racheté avec quelques beaux arrêts, comme lorsqu'il a sorti la mitaine face à Kovalchuk en deuxième.

«Il m'a paru plus calme et s'est contenté de juste jouer son match», a encore dit Gainey.

Kovalev a eu un commentaire intéressant à propos de son gardien. «On a enfin joué un bon match devant lui au lieu d'attendre un bon match de lui», a-t-il expliqué.