Lorsque Mike Komisarek a quitté la patinoire après son combat avec Milan Lucic, la semaine dernière à Boston, le Canadien est resté muet sur la nature de sa blessure et sur la durée anticipée de son absence.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

En fait, en concédant que Komisarek ne serait pas du voyage de trois matchs qui s'en venait, le Tricolore a laissé flotter un faux optimisme. Car non seulement le costaud défenseur ne sera pas du match revanche face aux Bruins, ce soir, mais il sera à l'écart du jeu encore quatre à cinq semaines, selon Guy Carbonneau.

 

«C'était difficile d'évaluer l'état de Mike en raison de l'enflure», a expliqué Carbo, sans jamais confirmer que Komisarek souffrait bel et bien d'une luxation de l'épaule.

«Puis, dans les jours qui ont suivi, il a subi de nouveaux examens pour qu'on soit certains du diagnostic.

«On espère le revoir à Noël.»

Voilà un dur coup pour une brigade qui, à court terme, n'a pas beaucoup de profondeur, qui doit employer un Roman Hamrlik diminué par les bobos ainsi qu'un Ryan O'Byrne qui connaît sa part d'ennuis.

Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, Guillaume Latendresse a raté l'entraînement d'hier en raison d'une blessure dont il a lui-même préféré taire la nature.

«On verra demain s'il peut jouer», a dit Carbo.

À l'entraînement, il avait placé Sergei Kostitsyn aux côtés de Saku Koivu et Alex Tanguay.

Le nom de Mike Komisarek a été placé sur la liste des blessés, ce qui permet au Canadien de libérer une place dans sa formation pour le remplacer.

Plus tôt cette semaine, le DG des Bulldogs de Hamilton, Julien BriseBois, a confié au collègue Mathias Brunet qu'à court terme, le robuste Alex Henry pourrait faire l'objet d'un rappel plutôt que les jeunes Yannick Weber et Mathieu Carle, dont le jeu défensif reste à polir.

«Henry a 175 matchs d'expérience dans la LNH et il est l'un de nos défenseurs les plus stables», a souligné Brisebois.

Guy Carbonneau a indiqué hier que certains défenseurs à Hamilton «n'attendaient qu'un coup de fil». Mais il a aussi rappelé qu'au besoin, Mathieu Dandenault pourrait prêter main-forte à la ligne bleue.

Cela dit, même si le Tricolore a tenu le fort en l'absence de Komisarek - huit buts accordés en quatre matchs - sa perte risque de se faire sentir à plus long terme. L'arrière de 26 ans est le plus robuste chez le Canadien et indéniablement le meilleur pour bloquer des tirs.

«Il ne faut pas chercher à le remplacer, mais jouer chacun notre propre style de façon plus relevée», a expliqué hier Josh Gorges, qui a été le joueur le plus employé par Carbo, jeudi, face aux Sénateurs (27:33).

Question: étant donné les problèmes du Tricolore dans son jeu de transition et au point d'appui, lors des avantages numériques, la blessure de Komisarek incitera-t-elle Bob Gainey à s'enquérir de la disponibilité de Jay Bouwmeester?

On l'espère.

En attendant, Carey Price reconnaît qu'il va s'ennuyer de Komisarek.

«Oh! C'est clair, a-t-il dit. Mais heureusement, les gars jouent bien devant moi. Jeudi, contre les Sénateurs, on n'avait donné que 11 lancers après deux périodes...»

Plusieurs ont noté que Josh Gorges avait élevé son niveau de jeu depuis qu'il est jumelé à Andrei Markov.

«Josh avait un défaut dans le passé, celui de vouloir jouer comme un gros joueur même s'il ne l'est pas, a raconté Guy Carbonneau. Depuis qu'il a cessé de vouloir courir partout, il est devenu beaucoup plus efficace. «

«J'aime jouer plus souvent car je prends mieux mon rythme et je n'ai pas le temps de penser en rentrant au banc, a dit Gorges. «Avoir plus de responsabilités représente un défi, mais j'adore les défis.»