(Pinehurst) Rory McIlroy a signé un premier tour sans boguey dans un tournoi majeur depuis sa dernière victoire dans ce contexte il y a 10 ans, jeudi, un 65 qui lui vaut une part du sommet avec Patrick Cantlay, à l’Omnium des États-Unis.

McIlroy a couronné sa partie avec un roulé de 20 pieds pour un oiselet au 18trou. Il faisait son quatrième pas vers la coupe quand la balle y est tombée.

« Je pensais être à court, a déclaré McIlroy. C’était une excellente façon de terminer la journée. Avec la façon dont j’ai joué et comment je me suis comporté, j’ai l’impression que ce score est bien mérité. »

Consultez le tableau des meneurs (en anglais)

Cantlay a fait mouche à partir d’une fosse de sable pour un oiselet à son deuxième trou. Il a aussi calé deux roulés d’une vingtaine de pieds pour des oiselets, en plus de s’être limité à un boguey.

PHOTO GEORGE WALKER IV, ASSOCIATED PRESS

Patrick Cantlay

Le club Pinehurst 2 était à la fois jouable et punitif, avec plus d’une douzaine de scores sous la normale. Le champion du Tournoi des Maîtres Scottie Scheffler n’était pas du lot, par contre.

Dans la foulée de sa cinquième victoire de l’année, au Memorial, le numéro un mondial a tout de même réussi un 71.

Après un bon départ, Tiger Woods a commis cinq bogueys en sept trous, en route vers un 74.

PHOTO JIM DEDMON, USA TODAY SPORTS

Tiger Woods

Dans les tournois majeurs, il en est à 12 tours d’affilée sans avoir fait mieux que la normale.

McIlroy efficace dès le début

McIlroy a vite été efficace, envoyant un coup de fer 6 à sept pieds du fanion au quatrième trou. Totalisant 528 verges, celui-ci est le par 4 le plus difficile du parcours.

McIlroy a prévalu les trois dernières fois où il a débuté avec une ronde sans boguey à l’occasion d’un grand tournoi – à l’Omnium britannique en 2014, au Championnat de la PGA en 2012 et à l’Omnium des États-Unis en 2011.

« C’est important d’avoir un bon départ quand on sait ce qui nous attend », a-t-il confié.

Présent au tournoi pour la première fois, Ludvig Aberg a excellé avec un 66. Chaque tournoi majeur est quelque chose de nouveau pour l’étoile montante suédoise. Professionnel depuis un an seulement, Aberg a terminé deuxième à Augusta.

PHOTO KATIE GOODALE, USA TODAY SPORTS

Ludvig Aberg

Bryson DeChambeau et Matthieu Pavon ont joué 67. DeChambeau a fini deuxième au Championnat de la PGA le mois dernier.

Sergio Garcia (69) a réalisé l’autre tour sans boguey – 17 normales et un oiselet. Il en est à sa 25participation consécutive à l’évènement.

« Il y a toujours quelqu’un pour qui tout fonctionne comme sur des roulettes, a dit Garcia. Mais je pense qu’à mesure que le parcours sera plus ferme et plus rapide, ça va être dur de réaliser ce genre de score. »

Cantlay n’a fini que quatre fois dans le top 10 en 26 tournois majeurs depuis 2017, l’année où il est revenu au jeu après une sérieuse blessure au dos.

« J’ai travaillé très fort sur mon jeu, a dit Cantlay. Généralement, si vous apportez quelques changements et que vous travaillez très fort, ça devient une question de temps avant d’avoir du succès. »

Xander Schauffele, gagnant du Championnat de la PGA, le mois dernier, a démarré le tournoi avec un 70. Même chose pour Colin Morikawa, qui a joué dans le groupe final lors des deux premiers grands tournois de l’année.

Morikawa a commis deux doubles bogueys, mais il a conclu sa ronde avec un roulé de 30 pieds pour un oiselet, au 18e.

Les Canadiens en lice sont Corey Conners (69), Taylor Pendrith (71), Mackenzie Hughes (72), Adam Svensson (73), Adam Hadwin (74), Nick Taylor (74) et Ashton McCulloch (75).