(Brookline) Phil Mickelson a décidé de conserver le même plan de match et a fait preuve de retenue quand il s’est retrouvé dans l’eau chaude à l’Omnium des États-Unis, tout un changement pour lui. Seulement lundi, il jouait avec des micros, pas des clubs de golf.

Mis à jour le 13 juin
Doug Ferguson Associated Press

Le prochain majeur est réputé pour être le plus difficile qui soit, le seul qui lui échappe et qui l’empêche de faire partie du groupe sélect des golfeurs ayant remporté le Grand Chelem. Et celui-ci risque d’être bien différent de tous les autres auxquels a participé Mickelson.

Le golfeur aux six titres du Grand Chelem disputera un tournoi en sol américain pour la première fois en plus de quatre mois, lui qui est maintenant le visage du nouveau circuit LIV, financé par des intérêts saoudiens et qui a pour objectif de déranger la PGA.

Il risque sa popularité bâtie au fil de ses victoires et de ses défaites – toutes aussi mémorables les unes que les autres – des 30 dernières années.

« En ce qui a trait aux partisans, je comprends leurs opinions et je comprends qu’ils ressentent de fortes émotions en lien avec mon choix. Et je respecte cela », a dit Mickelson.

Il n’a rien ajouté à ses commentaires de la semaine dernière, en marge du premier tournoi du nouveau circuit en banlieue de Londres, ou Mickelson et 16 autres golfeurs ont défié la PGA en participant à cette série de tournois dirigée par Greg Normand.Lefty aurait reçu 200 millions US seulement pour s’y inscrire.

Bien que les joueurs de la PGA ayant fait le saut vers le circuit renégat aient été suspendus, Mickelson assure qu’il n’a pas mis une croix sur un retour à la PGA. Il a ajouté lundi que ça devrait être une décision qui lui appartienne.

« J’ai travaillé dur pour obtenir une place à vie, a souligné Mickelson, dont les six titres en tournois majeurs font partie de ses 45 victoires sur le circuit. J’ai aussi travaillé dur pour redonner à la PGA et au golf au cours des plus de 30 années comme professionnel et j’ai mérité cette carte de membre à vie. Alors je crois que ça devrait être mon choix. »

Mickelson a répondu aux questions des journalistes pendant 25 minutes. Il a parfois été hésitant, regardant au sol, les mots ne lui venant pas aussi facilement que d’habitude. Il est devenu irrité quand les journalistes on demandé plus d’une question.

L’une portait sur son héritage et si ce dernier allait changer maintenant qu’il est en quelque sorte financé par l’Arabie saoudite.

« Je n’aime pas quand vous ne cessez de poser plusieurs questions en même temps », a-t-il répondu.

Quant à son héritage, il dit apprécier ce que la PGA a fait pour lui et qu’il est excité par l’opportunité que représente le nouveau circuit.

« Il s’agit sans l’ombre d’un doute d’un incroyable engagement financier » a fait remarquer Mickelson.

Sinon, il ne s’est pas mouillé.

Aux familles des victimes du 11-Septembre – 15 des 19 pirates aériens étaient Saoudiens –, il s’est dit de tout cœur avec eux, alors que des groupes de familles de victimes ont demandé à Mickelson et aux autres golfeurs de renoncer au circuit LIV.

Quant à son avenir au sein de la PGA, il estime que tout ce qu’il pourrait dire tiendrait de la spéculation. Quant aux changements potentiels apportés à l’admissibilité des joueurs pour l’Omnium des États-Unis, il a répondu que ce n’était pas d’en discuter publiquement.

Il a obtenu une exemption de cinq ans l’année dernière quand il est devenu le plus vieux golfeur à gagner un tournoi majeur en mettant la main sur le Championnat de la PGA à l’âge de 50 ans.

Le commissaire de la PGA, Jay Monahan, a commenté pour la première fois depuis que des joueurs ont fait défection vers le circuit compétiteur. Il a dit qu’il demanderait aux golfeurs qui ont quitté ou à ceux qui songent à le faire s’ils ont déjà eu à s’excuser de faire partie de la PGA.

Mickelson, qui dit ne pas avoir parlé à Monahan depuis octobre dernier, qu’il y avait « plusieurs choses faites par la PGA au fil des ans avec lesquelles [il] était en accord et d’autres en désaccord » et que malgré tout, il a toujours appuyé le circuit.