(San Diego) Le Canadien Mackenzie Hughes et le Sud-Africain Louis Oosthuizen ont fait revivre des souvenirs de Tiger Woods samedi à l’Omnium de golf des États-Unis.

Doug Ferguson Associated Press

Tout comme en 2008, alors que Woods avait réussi deux longs aigles aux 13e et 18e, cela a rendu la course vers la première place des plus excitantes.

D’abord, Hughes a calé un roulé de 60 pieds depuis l’extérieur du vert en face de la coupe au 13trou pour se replacer dans la course.

Oosthuizen a ensuite répliqué avec un aigle de 50 pieds au 18e.

Ces deux coups spectaculaires ont mené à une triple égalité en tête au terme de la troisième ronde entre Hughes, Oosthuizen et Russell Henley, qui a tenu bon pour partager la première place à l’approche d’une ronde finale où tout pourrait arriver.

« C’est un parcours où tout peut arriver. C’est un parcours difficile et de la vieille époque. Tu auras des ratés et tu en ressentiras les contrecoups. C’est simplement une question de savoir comment tu vas gérer ces situations », a déclaré Oosthuizen.

PHOTO MICHAEL MADRID, USA TODAY SPORTS

Louis Oosthuizen

Rory McIlroy et Bryson DeChambeau étaient à deux coups des meneurs après 54 trous.

McIlroy n’a pas gagné de tournoi majeur depuis sept ans, tandis que DeChambeau souhaiterait bien remporter l’Omnium des États-Unis pour la deuxième année de suite. Brooks Koepka était le dernier golfeur à avoir réalisé cet exploit, en 2017 et 2018.

« À partir d’où j’étais vendredi, je me disais que deux rondes de 68 allaient me donner une chance de l’emporter, a expliqué McIlroy, qui a amorcé la troisième ronde à six coups de la tête. J’ai fait la première partie du travail. C’est maintenant à moi d’offrir une autre ronde de golf similaire. »

Si les deux premières journées étaient dépourvues de rebondissements, la troisième n’a pas déçu à ce chapitre.

Hughes, qui n’avait pas réussi à se qualifier pour les rondes de la fin de semaine à ses quatre derniers tournois, a ajouté un oiselet au 18e pour terminer la ronde à 68 (- 3).

Il a été le premier joueur à atteindre - 5.

« Je sais que Tiger était un peu plus à droite, mais à mi-chemin dans mon roulé, j’aimais la trajectoire, a dit Hughes à propos de son coup au 13fanion. La charge qui traverse ton corps lorsque la balle entre dans le trou et que la foule s’exclame, c’est la raison pour laquelle nous jouons. Ça me donne la chair de poule juste d’y penser. »

Oosthuizen connaissait une ronde sans histoire, jusqu’à ce qu’il réussisse à caler des roulés à ses trois derniers trous pour réussir l’oiselet au 16e et l’aigle au 18e. Il a joué 70.

Henley a pris une avance de deux coups au 11e, quand il a envoyé sa sortie de sable directement au fond de la coupe. Il a toutefois montré des signes de faiblesses lors de la dernière heure, quand il a commis un boguey au 15e et sauvé de peine et de misère la normale à son dernier trou. Il a ramené une carte de 71.

À la veille de la ronde finale, 13 joueurs étaient toujours sous la normale, dont huit étaient seulement séparés par trois coups d’écart.

McIlroy avait amorcé la ronde à six coups du meneur. Il a réussi trois oiselets en quatre trous au début de son neuf de retour, mais il a envoyé son coup de départ lors du trou suivant dans un obstacle d’eau. Il a ajouté un oiselet au 18e pour ramener une carte de 67.

DeChambeau a joué 68, réussissant trois oiselets sans aucun boguey.

« Tu dois vraiment être très patient lors de ces tournois majeurs, a souligné DeChambeau. Ce n’est pas facile. J’ai l’impression que je commence à comprendre le golf lors des majeurs et la façon de faire pour gérer son jeu, son attitude et son niveau de patience. Si je peux continuer de cette façon dimanche, je crois que j’aurai une bonne chance de gagner. »

Seul autre Canadien sur le parcours, Adam Hadwin a glissé de 28 places en raison de sa ronde de 75, sa pire du tournoi jusqu’à présent.

Consultez le tableaux des meneurs (en anglais)